Des choses rampantes #4 : le basilic (2). Un basilic à Varsovie !

Voici la fin de la notice de Benedykt Chmielowski consacrée au basilic. Comme précisé dans le billet précédent, elle s’enchaîne avec le reste du texte sans aucun retour à la ligne : la séparation est de mon fait, pour aérer la publication sur le carnet (et publier le début un peu plus vite). La fin de cette notice fait donc état de deux observations du basilic : l’une à Rome, au 9e siècle, expédiée en une phrase ; l’autre, à Varsovie, en pleine Renaissance, qui est développée sous la forme de ce qu’André Jolles propose dans Formes simples d’appeler un mémorable.

Le basilic de Varsovie aujourd’hui (Rynek Starego Miasta 5). Source

Dans ce billet, je continue à traduire et à « remarquer » le texte de Chmielowski, en recensant ses sources et en commentant sa stylistique, et ce qu’elle nous apprend de l’état d’esprit de notre encyclopédiste ruthène. J’en propose aussi un commentaire général un peu long ; d’une part, parce que ce fragment de paragraphe me semble intéressant du point de vue de la critique textuelle, et d’autre part parce que cette anecdote varsovienne a fait l’objet, sur internet et à la presse, de traitements cryptozoologiques approximatifs. Elle m’intéresse en tant qu’historien de la littérature, des idées, de l’Europe centrale et/ou de l’époque moderne, et il m’a semblé que face à la concurrence des historiens du bizarre, elle méritait d’être traitée et analysée avec soin.

Lire la suite

Parmentier et la brambora : autour des voyages de la pomme de terre au 18e siècle

Il y a cinq jours, le 12 août, on pouvait célébrer le 280e anniversaire de la naissance d’Antoine Parmentier, promoteur de la culture de la pomme de terre en France. Je ne suis pas du tout historien de l’agriculture ou de la table, et n’ai pas l’ambition d’apporter à ce sujet des éléments de recherche originaux. Mais cet anniversaire a été l’occasion, pour le dix-huitiémiste que je suis maintenant, de se rappeler un souvenir d’enfance, qui résonne (à sa petite échelle) dans le contexte d’une actualité plus vaste.

Edward Hartwig (1909-2003), champ de pomme de terre dans le wojewódstwo krakowskie, 1956. (Source : Polona.pl ; œuvre diffusée avec l’autorisation des héritiers de l’artiste, reproduction ou altération totale ou partielle à des fins commerciales interdite).

Lire la suite

Des choses rampantes #3 : le basilic (1), ou les mystères d’un serpent mi-coq, mi-dindon

Revenons à nos serpents. Après avoir ouvert le chapitre sur les reptiles par deux courts paragraphes (un prœmium et une notice sur l’amphisbène), le p. Chmielowski aborde une créature beaucoup plus importante : le basilic. L’animal doit son importance à l’abondante littérature (crypto)zoologique et poétique qui s’y rapporte, mais aussi à un contexte plus local : Varsovie est l’un des derniers endroits où l’on aurait observé un basilic à l’époque moderne.

Une belette ceinte de rue attaque un basilic (basilicoq), par Václav Hollar. Source

Lire la suite

Une introduction à la Nouvelle Athènes de Benedykt Chmielowski #1 : déchiffrer le monde depuis une bibliothèque ukrainienne

Après deux billets consacrés à présenter de courts extraits du chapitre de la Nowe Ateny (Nouvelle Athènes) de Benedykt Chmielowski, il est temps d’introduire l’ouvrage dans son ensemble. On trouvera donc dans ce billet, qui est le premier d’une nouvelle série dédiée à l’examen plus large de l’ouvrage (laquelle paraîtra concurremment avec les passages sur les serpents) :

  • quelques rapides éléments de contexte ;
  • une traduction, annotée et commentée comme à l’accoutumé, de la page de titre de l’édition princeps du premier tome, qui est peut-être la meilleure introduction possible au monde baroque du p. Chmielowski.

Lire la suite

Des choses rampantes #2 : l’amphisbène

On trouvera ici une courte suite au précédent billet consacré à la Nouvelle Athènes de Chmielowski. Le prochain billet de cette série sera consacré à une présentation plus générale du texte et de l’auteur.

Après l’entrée en matière du premier paragraphe, Chmielowski commence donc l’inventaire « De Reptilibus, albo o Gadzie » (d’après le titre courant de la page 497) à l’amphisbène.

L’amphisbène, symbole de la discorde civile, par Václav Hollar (1607-1677). Chmielowski substitue à cette interprétation politique une interprétation psychologique. Source

Lire la suite

Des choses rampantes #1 : les reptiles dans la Nouvelle Athènes de Benedykt Chmielowski

J’ai, à deux reprises déjà (succinctement et un peu plus précisément), fait allusion à la Nouvelle Athènes du p. Benedykt Chmielowski. Cette encyclopédie baroque mérite d’être présentée, d’autant que ses chapitres sur les serpents monstrueux proposent un intertexte éclairant au Boj zmaja sa orlovi de Jovan Rajić qui représente, à bien des égards, un baroque européen tardif.

Je réserverai pour plus tard une présentation détaillée de l’ouvrage et de son auteur, et voudrais plutôt présenter le protocole qui devrait présider à une série de billet dont celui-ci est le premier.

Lire la suite

Les « pruge » de Jovan Rajić : vers solitaires, colonnes ou rayures ?

Je suis engagé, depuis deux ans environ, dans la traduction française d’un poème épique serbe intitulé Boj zmaja sa orlovi [Le Combat du dragon avec les aigles]. Cette épopée, due à l’archimandrite Jovan Rajić, serait « la première épopée de la littérature serbe [prvi ep u srbskoj književnosti] » d’après Mirjana D. Stefanović, éditrice du texte pour Službeni Glasnik (Belgrade, 2008). Par là il faut entendre le premier poème épique écrit, issu de la tradition savante (ep), dans la mesure où en Serbie, comme dans l’ensemble des Balkans, existe une longue tradition orale (celle de la gusle). Le poème relate différents épisodes des guerres balkaniques menées par les empires de Joseph II et Catherine II contre l’empire ottoman en 1788-1789.

Je ne présenterai pas ici le texte, son auteur ou ses enjeux ; c’est le but de l’édition que je prépare en ce moment (et à laquelle je pourrai me consacrer une fois ma thèse finie). Je souhaiterais, en revanche, inaugurer la catégorie Traductions et philologie de ce carnet d’esquisses en présentant brièvement un des problèmes d’interprétation (et donc de traduction) que peut poser le texte, et ma proposition pour le résoudre (et au fur et à mesure du travail, d’autres billets de cette nature devraient venir enrichir cette catégorie).

Locus problematicus : I, 29

Le passage dans l’édition originale (Vienne, 1791 [p. 3]). Ci-dessous en orthographe serbe moderne et en latinica.

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (4) : Varsovie, 1780

En 1780 parut chez Michał Gröll, l’un des plus importants libraires varsoviens de l’époque stanislavienne, un ouvrage anonyme intitulé Bardzo łatwe rozmowy dla chcących się uczyć Polskiego y Francuskiego Języka. Très faciles dialogues pour ceux qui apprennent les langues Polonoise et Françoise (l’ouvrage connut une réédition en 1811). Composé de manière rigoureusement symétrique, et se veut complètement réversible : il s’agit autant de permettre au Polonais d’apprendre le français par ses propres moyens que d’offrir au voyageur français en Pologne un manuel pratique de conversation.

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (3) : Częstochowa, 1715

Le précédent billet s’est intéressé à la manière dont une méthode de langue de la fin du 18e siècle s’organisait selon une stratégie de patriotisme linguistique, défendant le bon usage des langues européennes contre es abus d’une francophilie approximative (comparable, mutatis mutandis, à l’omniprésence de l’anglais dans les sociétés contemporaines).

En se projetant cette fois-ci au début du siècle, on voudrait plutôt illustrer l’oscillation, au sein d’un même ouvrage, entre un certain souci de qualité du discours (qui se rapproche de la pratique de la conversation), et l’habituelle préoccupation d’efficacité qui motive l’existence des méthodes de langue.

Vignette représentant le monastère de Jasna Góra tirée de Jan Wolski, Dni Pańskie słońcem Boskiego Słowa wypogodzone. To jest kazania na niedziele całego roku (Częstochowa, 1714)

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (2) : Copenhague, 1797

Après un premier billet où j’ai présenté l’intérêt d’un parcours bibliographique parmi les méthodes de langues modernes dans le contexte d’une réflexion sur le statut de la langue française dans l’Europe du 18e siècle, il est temps maintenant de lire l’un de ces manuels : ce sera les Principes généraux de la langue danoise, avec un abrégé des curiosités de la ville de Copenhague et des environs de cette capitale (Copenhague et Leipsig, Proft & Storch, 1797) par Mathias Hagerup, professeur à l’académie des cadets de marine de Copenhague.

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (1) : entre plaisir lettré et communication efficace

C.W. Eckersberg (1783-1853), Scène de Jean de France (I, 6) de Ludvig Holberg, 1812. Source : smk.dk

Il ne fait guère de doute que L’Europe, selon le mot de Marc Fumaroli, parlait français au 18e siècle ; mais de quelle manière ?

Ce carnet est dédié à une approche comparatiste du 18e siècle ; et l’un des premiers outils de ce comparatisme est la polyglossie. C’est pourquoi je me propose d’inaugurer ce carnet par une série de billets (dont le nombre n’est pas encore fixé) sur le sujet des rapports qui existaient au 18e siècle entre la langue française et d’autres langues modernes ; ces langues seront surtout les « langues rares » de l’Europe médiane et septentrionale, en particulier, en l’état actuel de mes dépouillements, le polonais et le danois.

Lire la suite

Pour un 18e siècle comparatiste

Pour introduire un carnet d’esquisses : Brouillons d’architecture par le Comte Stanislas Potocki, c. 1800, sépia sur papier. Source : Polona.pl

Bienvenue sur ce carnet Hypothèses.org !

C’est avant tout un carnet d’esquisses, qui devrait me permettre de mettre au clair un certain nombre d’idées issues de ma recherche et de les partager avec la communauté des chercheurs, mais aussi avec le public curieux.

Lire la suite