Le doctorant et les iconoclastes. Réflexions sur la pseudo-histoire littéraire

You find people like that on the fringes of scholarship — genuinely brilliant, sometimes — but cracked, you know, possessed by some crazy idea that has no basis in reality, but which seems to them to hold the key to understanding the whole cosmos.

Philip Pullman, Lyra’s Oxford

1 / Le serpent de mer dans le métro

J’avais de grands espoirs pour ce billet : une présentation plus avancée de la philosophie de Jan Śniadecki, ou bien une introduction au dictionnaire polonais de Michel Abraham Trotz, ou simplement la suite de la traduction de Chmielowski. Mais j’ai été détourné de ces louables intentions par une affiche du métro : dans un théâtre parisien, quelqu’un « fait monter l’histoire sur scène », et sur scène pose la question : « Molière a-t-il vraiment écrit toutes ses pièces ? ». Tout d’un coup, j’avais en face de moi un de ces serpents de mer qui hantent « the fringes of scholarship », les confins de l’érudition.

Pour un doctorant en littérature comparée qui s’est spécialisé depuis huit ans  dans l’étude de la littérature européenne à l’époque moderne, c’est un coup rude à encaisser après une journée de rédaction de thèse. Tous les « À quoi bon ? », « Nous chercheurs, on sert à rien » qui nous turlupinent régulièrement reviennent : à quoi bon passer sa journée à disséquer des problèmes linguistiques, historiques, interprétatifs — parce que l’on aime ce que l’on fait, parce qu’on sait qu’on doit remplir des critères de preuve et parce que, sur le plan humain, on ne veut pas décevoir la directrice de thèse qui lit (et colorie en rouge) les pages qu’on lui envoie — si, finalement, faire de l’histoire littéraire, c’est être dans l’ombre de ça ? Servons-nous encore à quelque chose dans une société où se développe une histoire littéraire alternative et fumeuse qui vend des places de théâtre ?

Le serpent de mer selon Erik Pontoppidan, The Natural History of Norway, trad. anon., London, A. Linde, 1755, t. II, pl. 27. Image du bandeau de titre : Gerhard de Veer, Carte de la Nouvelle-Zemble (1601), où l’on voit les étonnantes créatures qui peuplent les eaux du passage du nord-est.

Ce long billet est consacré à exposer mon point de vue sur la question. Il comprend un peu plus de 10000 mots et prend environ 50mn à lire. Il est divisé en dix chapitres et un aparté :

  1. la présente introduction ;
  2. Comment tuer le serpent de mer ? présente la nature de ma contribution, comme jeune chercheur, au débat sur la pseudo-histoire littéraire, qui combine une réflexion sur la place de l’université dans la société et une approche analytique et logique ;
  3. Logique et sens du mélodrame analyse les rapports entre logique et rhétorique dans le contexte polémique de la pseudo-découverte selon laquelle Corneille aurait écrit tout ou partie des œuvres de Molière. Dans ce chapitre, je commence à avoir recours au langage symbolique de la logique, et y aurai recours jusqu’en 8 ;
  4. Molière et les cygnes noirs traite, à partir de Popper, la question de la preuve dans la critique d’attribution considérée comme une discipline empirique, et conclut qu’on ne peut pas prouver empiriquement que Corneille a écrit L’École des femmes. Ce chapitre est suivi d’un Aparté qui justifie l’emploi, en contexte de SHS, de la falsifiabilité de Popper, qui ne va pas de soi ;
  5. Prospective intellectuelle ou pétition de principe ? examine, au regard de la conclusion précédente, la pertinence de la démarche cornéliste comme effort d’exploration intellectuelle ;
  6. Peut-on sauver le projet cornéliste ? examine sous quelles conditions il est logiquement possible de considérer que, pourvu qu’on tienne pour vrai que Molière n’a pas écrit telle ou telle pièce, cela voudrait dire que Corneille en est l’auteur ;
  7. Exit Agnès ! L’École des femmes comme relation logique contient la réduction à l’absurde de l’argument présenté au chapitre précédent ;
  8. L’option relativiste envisage la possibilité, au regard de l’échec de l’enquête logique, de défendre l’hypothèse cornéliste au nom d’un « chacun sa vérité ». C’est le dernier chapitre où seront présentées des formules et des calculs logiques sous forme symbolique ;
  9. Les universitaires, les sophistes et l’esprit critique revient, au regard des conclusions précédentes, sur la dimension sociétale du problème ;
  10. Littérature, logique et sophistique examine enfin la pertinence d’une enquête logique du type de celle présentée ici dans le domaine des humanités.

Le lecteur pressé peut lire les chapitres 2, 8 (fin), 9 et 10 pour avoir la teneur de la réflexion sociétale.

Lire la suite

L’erreur de d’Alembert : un souvenir parisien de Jan Śniadecki

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer (dans le billet inaugural de la catégorie L’Europe en ses langues) la réticence des Français du 18e siècle à prononcer correctement les langues étrangères ; et aujourd’hui encore, on a tendance, en regardant un texte écrit en polonais, à le juger un peu vite « imprononçable ». Dans ce billet, on trouvera le témoignage d’un Polonais qui a eu l’occasion, au 18e siècle, de détromper un de ses amis parisiens à ce sujet. L’anecdote est prestigieuse, car l’ami français n’est autre que d’Alembert, et elle me fournit en excellent prétexte pour introduire le Polonais : Jan Śniadecki.

Portrait de Jean le Rond d’Alembert (1717-1783), huile sur toile d’après un pastel de Quentin de La Tour, 54.7 x 44.8 cm

Lire la suite

Quelques changements dans le carnet

Ce billet n’a pas beaucoup d’intérêt en soi, mais dans la mesure où le billet d’ouverture proposait une taxonomie des catégories qui change aujourd’hui, il me semble logique de signaler au lecteur qui lirait le carnet dans l’ordre chronologique ces changements et leur motivation.

Depuis le début de la rédaction de ce carnet, j’ai déjà eu l’occasion de créer une catégorie qui n’était pas prévue à l’origine pour rassembler les billets consacrés à la Nouvelle Athènes du p. Chmielowski. Inversement, il semble aujourd’hui que la catégorie Idées et poétiques ne soit pas destinée à se remplir dans un avenir plus ou moins proche. Je l’avais créer pour accueillir des billets consacrés à la circulation des idées philosophiques et littéraires (empirisme, philosophie du langage et de l’esprit, poétique…), mais ce que j’écris sur ces sujets finit dans mes articles et dans ma thèse en cours, et dans des formats longs qui ne conviennent pas vraiment au carnet.

Je maintiens en revanche la catégorie consacrées aux explications de texte. Celle-ci est toujours vide, mais je ne désespère pas de l’inaugurer prochainement. Pour rappel, le principe est là d’accueillir des explications de textes poétiques ou, au moins, littéraires (la traduction et le commentaire de la Nouvelle Athènes faisant plutôt figure de contribution philologique à l’histoire des idées) — je pense à une traduction et un commentaire d’une  pièce de Franciszek Dionizy Kniaźnin pour cela. De même, j’ai toujours des idées pour Le 18e siècle, plus tard, en partant notamment de la novella de H. P. Lovecraft The Strange Case of Charles Dexter Ward.

Il me semble aussi que s’imposait la création d’une catégorie Épopées. Comme le laissent supposer l’intitulé et le résumé de ma thèse en cours, je suis censé être un spécialiste de littérature épique moderne, et de fait, l’essentiel de mes publications (notamment la dernière en date, qui donne un aperçu de mon travail de thèse) concerne ce genre. Ce carnet, par ailleurs, est largement nourri de ces préoccupations : la série consacrée à la Nouvelle Athènes découle de mon travail sur Boj zmaja sa orlovi de Jovan Rajić, auquel j’ai consacré un billet philologique. De la même manière, mon intérêt pour les questions de traduction, pour la poétique classique, etc., sont largement liés au traitement du genre épique dans l’Europe moderne. Il me semble normal que les catégories de ce carnet reflète cette spécialisation déterminante, tout en faisant de la place à ses nombreuses ramifications. Grâce à l’aide, notamment, de F. D. Kniaźnin, cette rubrique devrait s’enrichir prochainement.

Un billet comme celui-ci demande la création d’une catégorie Vie du carnet, qui isole ces mises au point fonctionnelles de contenus plus approfondies. Enfin, une page CV et publications va voir le jour. Même si ces informations sont disponibles sur ma page Academia, ajouter au carnet un liste de mes travaux me semble pertinent, dans la mesure où le carnet en est l’écho et aussi le laboratoire (et que le fonctionnement de plus en plus évidemment intéressé d’Academia a de quoi susciter quelque méfiance).

Pour que ce billet technique ne soit pas le seul à paraître aujourd’hui après une longue absence due à la rentrée et (bien sûr) à la rédaction de ma thèse, il est accompagné d’un petit billet dans la catégorie L’Europe en ses langues, qui pour le coup s’éloigne des manuels pour se concentrer sur les préjugés linguistiques et me permet d’introduire un personnage pour lequel j’ai beaucoup de sympathie et d’intérêt et qui, pour ces raisons, sera sans aucun doute appelé à revenir dans ce carnet — tant, d’ailleurs, au titre de l’histoire des idées, de la critique littéraire que de la poésie épique.

Et qui sait, peut-être aura-t-il, un jour, comme le p. Chmielowski, sa propre catégorie ?

Les problèmes de rangement de l’atelier Golczewski : sur la confusion de caractères romains et cyrilliques (Lwów, 1746)

À l’occasion du premier volet de l’introduction à la Nouvelle Athènes, j’ai consacré une note rapide au premier imprimeur du premier tome de l’ouvrage, Paweł Józef Golczewski. Ce billet est consacré à poser les bases d’une enquête sur les fontes typographiques utilisées dans son atelier : si, de fait, on ne sait pas grand’chose de cet éditeur léopolitain, un détail dans la typographie de la Nouvelle Athènes offre un éclairage instructif sur la librairie ruthène du 18e siècle.

Lwów (Львів, Lviv, Lemberg, Leopol) dans le dernier quart du 18e siècle, soit un peu plus tard que le floreat de Paweł Golczewski. Malheureusement, les pages de titre de ce dernier ne portent pas d’indication précise d’adresse (source : Polona.pl ; cliquer sur l’image).

Lire la suite

Des choses rampantes #4 : le basilic (2). Un basilic à Varsovie !

Voici la fin de la notice de Benedykt Chmielowski consacrée au basilic. Comme précisé dans le billet précédent, elle s’enchaîne avec le reste du texte sans aucun retour à la ligne : la séparation est de mon fait, pour aérer la publication sur le carnet (et publier le début un peu plus vite). La fin de cette notice fait donc état de deux observations du basilic : l’une à Rome, au 9e siècle, expédiée en une phrase ; l’autre, à Varsovie, en pleine Renaissance, qui est développée sous la forme de ce qu’André Jolles propose dans Formes simples d’appeler un mémorable.

Le basilic de Varsovie aujourd’hui (Rynek Starego Miasta 5). Source

Dans ce billet, je continue à traduire et à « remarquer » le texte de Chmielowski, en recensant ses sources et en commentant sa stylistique, et ce qu’elle nous apprend de l’état d’esprit de notre encyclopédiste ruthène. J’en propose aussi un commentaire général un peu long ; d’une part, parce que ce fragment de paragraphe me semble intéressant du point de vue de la critique textuelle, et d’autre part parce que cette anecdote varsovienne a fait l’objet, sur internet et à la presse, de traitements cryptozoologiques approximatifs. Elle m’intéresse en tant qu’historien de la littérature, des idées, de l’Europe centrale et/ou de l’époque moderne, et il m’a semblé que face à la concurrence des historiens du bizarre, elle méritait d’être traitée et analysée avec soin.

Lire la suite

Parmentier et la brambora : autour des voyages de la pomme de terre au 18e siècle

Il y a cinq jours, le 12 août, on pouvait célébrer le 280e anniversaire de la naissance d’Antoine Parmentier, promoteur de la culture de la pomme de terre en France. Je ne suis pas du tout historien de l’agriculture ou de la table, et n’ai pas l’ambition d’apporter à ce sujet des éléments de recherche originaux. Mais cet anniversaire a été l’occasion, pour le dix-huitiémiste que je suis maintenant, de se rappeler un souvenir d’enfance, qui résonne (à sa petite échelle) dans le contexte d’une actualité plus vaste.

Edward Hartwig (1909-2003), champ de pomme de terre dans le wojewódstwo krakowskie, 1956. (Source : Polona.pl ; œuvre diffusée avec l’autorisation des héritiers de l’artiste, reproduction ou altération totale ou partielle à des fins commerciales interdite).

Lire la suite

Des choses rampantes #3 : le basilic (1), ou les mystères d’un serpent mi-coq, mi-dindon

Revenons à nos serpents. Après avoir ouvert le chapitre sur les reptiles par deux courts paragraphes (un prœmium et une notice sur l’amphisbène), le p. Chmielowski aborde une créature beaucoup plus importante : le basilic. L’animal doit son importance à l’abondante littérature (crypto)zoologique et poétique qui s’y rapporte, mais aussi à un contexte plus local : Varsovie est l’un des derniers endroits où l’on aurait observé un basilic à l’époque moderne.

Une belette ceinte de rue attaque un basilic (basilicoq), par Václav Hollar. Source

Lire la suite

Une introduction à la Nouvelle Athènes de Benedykt Chmielowski #1 : déchiffrer le monde depuis une bibliothèque ukrainienne

Après deux billets consacrés à présenter de courts extraits du chapitre de la Nowe Ateny (Nouvelle Athènes) de Benedykt Chmielowski, il est temps d’introduire l’ouvrage dans son ensemble. On trouvera donc dans ce billet, qui est le premier d’une nouvelle série dédiée à l’examen plus large de l’ouvrage (laquelle paraîtra concurremment avec les passages sur les serpents) :

  • quelques rapides éléments de contexte ;
  • une traduction, annotée et commentée comme à l’accoutumé, de la page de titre de l’édition princeps du premier tome, qui est peut-être la meilleure introduction possible au monde baroque du p. Chmielowski.

Lire la suite

Des choses rampantes #2 : l’amphisbène

On trouvera ici une courte suite au précédent billet consacré à la Nouvelle Athènes de Chmielowski. Le prochain billet de cette série sera consacré à une présentation plus générale du texte et de l’auteur.

Après l’entrée en matière du premier paragraphe, Chmielowski commence donc l’inventaire « De Reptilibus, albo o Gadzie » (d’après le titre courant de la page 497) à l’amphisbène.

L’amphisbène, symbole de la discorde civile, par Václav Hollar (1607-1677). Chmielowski substitue à cette interprétation politique une interprétation psychologique. Source

Lire la suite

Des choses rampantes #1 : les reptiles dans la Nouvelle Athènes de Benedykt Chmielowski

J’ai, à deux reprises déjà (succinctement et un peu plus précisément), fait allusion à la Nouvelle Athènes du p. Benedykt Chmielowski. Cette encyclopédie baroque mérite d’être présentée, d’autant que ses chapitres sur les serpents monstrueux proposent un intertexte éclairant au Boj zmaja sa orlovi de Jovan Rajić qui représente, à bien des égards, un baroque européen tardif.

Je réserverai pour plus tard une présentation détaillée de l’ouvrage et de son auteur, et voudrais plutôt présenter le protocole qui devrait présider à une série de billet dont celui-ci est le premier.

Lire la suite

Les « pruge » de Jovan Rajić : vers solitaires, colonnes ou rayures ?

Je suis engagé, depuis deux ans environ, dans la traduction française d’un poème épique serbe intitulé Boj zmaja sa orlovi [Le Combat du dragon avec les aigles]. Cette épopée, due à l’archimandrite Jovan Rajić, serait « la première épopée de la littérature serbe [prvi ep u srbskoj književnosti] » d’après Mirjana D. Stefanović, éditrice du texte pour Službeni Glasnik (Belgrade, 2008). Par là il faut entendre le premier poème épique écrit, issu de la tradition savante (ep), dans la mesure où en Serbie, comme dans l’ensemble des Balkans, existe une longue tradition orale (celle de la gusle). Le poème relate différents épisodes des guerres balkaniques menées par les empires de Joseph II et Catherine II contre l’empire ottoman en 1788-1789.

Je ne présenterai pas ici le texte, son auteur ou ses enjeux ; c’est le but de l’édition que je prépare en ce moment (et à laquelle je pourrai me consacrer une fois ma thèse finie). Je souhaiterais, en revanche, inaugurer la catégorie Traductions et philologie de ce carnet d’esquisses en présentant brièvement un des problèmes d’interprétation (et donc de traduction) que peut poser le texte, et ma proposition pour le résoudre (et au fur et à mesure du travail, d’autres billets de cette nature devraient venir enrichir cette catégorie).

Locus problematicus : I, 29

Le passage dans l’édition originale (Vienne, 1791 [p. 3]). Ci-dessous en orthographe serbe moderne et en latinica.

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (4) : Varsovie, 1780

En 1780 parut chez Michał Gröll, l’un des plus importants libraires varsoviens de l’époque stanislavienne, un ouvrage anonyme intitulé Bardzo łatwe rozmowy dla chcących się uczyć Polskiego y Francuskiego Języka. Très faciles dialogues pour ceux qui apprennent les langues Polonoise et Françoise (l’ouvrage connut une réédition en 1811). Composé de manière rigoureusement symétrique, et se veut complètement réversible : il s’agit autant de permettre au Polonais d’apprendre le français par ses propres moyens que d’offrir au voyageur français en Pologne un manuel pratique de conversation.

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (3) : Częstochowa, 1715

Le précédent billet s’est intéressé à la manière dont une méthode de langue de la fin du 18e siècle s’organisait selon une stratégie de patriotisme linguistique, défendant le bon usage des langues européennes contre es abus d’une francophilie approximative (comparable, mutatis mutandis, à l’omniprésence de l’anglais dans les sociétés contemporaines).

En se projetant cette fois-ci au début du siècle, on voudrait plutôt illustrer l’oscillation, au sein d’un même ouvrage, entre un certain souci de qualité du discours (qui se rapproche de la pratique de la conversation), et l’habituelle préoccupation d’efficacité qui motive l’existence des méthodes de langue.

Vignette représentant le monastère de Jasna Góra tirée de Jan Wolski, Dni Pańskie słońcem Boskiego Słowa wypogodzone. To jest kazania na niedziele całego roku (Częstochowa, 1714)

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (2) : Copenhague, 1797

Après un premier billet où j’ai présenté l’intérêt d’un parcours bibliographique parmi les méthodes de langues modernes dans le contexte d’une réflexion sur le statut de la langue française dans l’Europe du 18e siècle, il est temps maintenant de lire l’un de ces manuels : ce sera les Principes généraux de la langue danoise, avec un abrégé des curiosités de la ville de Copenhague et des environs de cette capitale (Copenhague et Leipsig, Proft & Storch, 1797) par Mathias Hagerup, professeur à l’académie des cadets de marine de Copenhague.

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (1) : entre plaisir lettré et communication efficace

C.W. Eckersberg (1783-1853), Scène de Jean de France (I, 6) de Ludvig Holberg, 1812. Source : smk.dk

Il ne fait guère de doute que L’Europe, selon le mot de Marc Fumaroli, parlait français au 18e siècle ; mais de quelle manière ?

Ce carnet est dédié à une approche comparatiste du 18e siècle ; et l’un des premiers outils de ce comparatisme est la polyglossie. C’est pourquoi je me propose d’inaugurer ce carnet par une série de billets (dont le nombre n’est pas encore fixé) sur le sujet des rapports qui existaient au 18e siècle entre la langue française et d’autres langues modernes ; ces langues seront surtout les « langues rares » de l’Europe médiane et septentrionale, en particulier, en l’état actuel de mes dépouillements, le polonais et le danois.

Lire la suite