Pour un 18e siècle comparatiste

Pour introduire un carnet d’esquisses : Brouillons d’architecture par le Comte Stanislas Potocki, c. 1800, sépia sur papier. Source : Polona.pl

Bienvenue sur ce carnet Hypothèses.org !

C’est avant tout un carnet d’esquisses, qui devrait me permettre de mettre au clair un certain nombre d’idées issues de ma recherche et de les partager avec la communauté des chercheurs, mais aussi avec le public curieux.

À côté des recherches menées pour une thèse de doctorat en littératures comparées en cours d’achèvement (Théories et pratiques de la poésie épique en Europe de Boileau à Ignacy Krasicki sous la direction de Françoise Lavocat, Sorbonne Nouvelle), j’ai été amené à m’intéresser à une série de sujets touchant à l’histoire littéraire et intellectuelle de l’Europe, tous rassemblés par un fil directeur : la circulation des textes et des idées entre l’Europe occidentale (France, îles britanniques) et les pays slaves d’Europe médiane (Pologne, pays tchèques, Serbie).

Les esquisses qu’il s’agit de présenter dans ce carnet auront donc trait à ces différentes thématiques. Les réactions des collègues slavisants, historiens de la littérature ou des idées, philosophes, sont très bienvenues. Quant à la lectrice et au lecteur curieux, j’espère qu’ils trouveront ici des textes accessibles sur une aire culturelle (l’Europe médiane) dont la première modernité et l’apport particulier à la construction de la littérature des Lumières restent, hélas, trop peu connues en France.

Les catégories sous lesquelles seront répertoriés les billets de ce carnet dessinent les grandes orientations de ce projet :

  • Méthodologie entend, évidemment, proposer une réflexion sur la méthodologie comparatiste nécessaire pour traiter de manière transversale les littératures et ls idées d’un bout à l’autre de l’Europe. Il ne s’agit pas de se limiter à des études d’influences, mais plutôt, en s’inspirant notamment des réflexions de Hisayasu Nakagawa, de redéfinir l’objet à partir de ses nouvelles limites ;
  • Idées et poétiques rassemble les billets consacrés à la poétique (la théorie littéraire, mon domaine d’origine), mais aussi à la place qu’elle peut occuper dans l’organisation des disciplines du savoir en tant que « philosophie de la littérature » au 18e siècle. C’est ainsi que la pensée de la littérature entretient avec la philosophie du langage et de l’esprit, et ses développements empiristes et sensusalistes au 18e siècle, des liens intéressants, et particulièrement forts chez certains penseurs polonais e.g. ;
  • Traductions et philologie rassemble des billets relatifs à mon activité de traducteur de textes slaves du 18e siècle (essentiellement des textes polonais et serbes). Il s’agit, soit de proposer à la lecture des traductions isolées dont une publication plus formelle n’est pas prévue, soit de faire le point sur des problèmes de style, de langue et de traduction qui constituent un pan important du travail sur les textes du 18e siècle ;
  • L’Europe en ses langues rassemble des réflexions sur la polyglossie et la perception des langues modernes dans l’Europe du 18e siècle. Ces réflexions sont largement issues du travail de dépouillement de manuels de langues du 18e siècle (manuels de langues étrangères pour francophones, ou de français pour allophones) dans le cadre de ll’Histoire des traductions en langue française, 17e-18e siècles (Verdier, 2014) ;
  • Le 18e siècle, plus tard devrait accueillir (parce le comparatisme consiste aussi à rapprocher des époques) des réflexions sur la réception littéraire et philosophique du siècle des Lumières, que ce soit sur le plan des idées (par exemple la réception des idées des Lumières parmi les philosophes du Cercle de Vienne) ou de l’imaginaire (il est intéressant de noter la présence du siècle dans les développements du réalisme magique, de José Saramago à Drago Jančar) ;
  • Explications de texte est la catégorie la plus expérimentale. Liée à l’expérience de l’enseignement (dans le supérieur et le secondaire), elle a pour but de rassembler des réflexions méthodologiques sur le travail d’explication des textes, français et étrangers, du 18e siècle, assorties d’exemples concrets. Le but est ici de fournir des exemples concrets du travail du littéraire comparatiste sur son matériau, et de défendre, à l’usage de l’enseignement de la littérature au lycée et à l’université, la légitimité et la nécessité du recours aux littératures étrangères, même celles de « langues rares ». Cela passe par une confiance dans le travail du traducteur, et cette catégorie sera sans doute appelée à fonctionner en lien avec Traductions et philologie.

Ces catégories ne sont évidemment pas définitives, et pourront fluctuer ou s’enrichir au cours des publications. Voilà en tous cas esquissé le projet de ce carnet, dont j’espère qu’elle aura quelque intérêt pour ses lectrices et lecteurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *