Comment l’Europe parlait français (4) : Varsovie, 1780

En 1780 parut chez Michał Gröll, l’un des plus importants libraires varsoviens de l’époque stanislavienne, un ouvrage anonyme intitulé Bardzo łatwe rozmowy dla chcących się uczyć Polskiego y Francuskiego Języka. Très faciles dialogues pour ceux qui apprennent les langues Polonoise et Françoise (l’ouvrage connut une réédition en 1811). Composé de manière rigoureusement symétrique, et se veut complètement réversible : il s’agit autant de permettre au Polonais d’apprendre le français par ses propres moyens que d’offrir au voyageur français en Pologne un manuel pratique de conversation.

Un manuel authentiquement réversible ?

Un précédent billet a montré comment la grammaire de Częstochowa, qui prétendait elle aussi à une forme de réversibilité, avait du mal à tenir son pari. La présentation de l’ouvrage de Gröll est déjà plus encourageante. La page de titre organise symétriquement de part et d’autre d’un filet ornemental le titre polonais et sa traduction (les variantes typographiques romaine, capitale et anglaise se répondant de syntagme à syntagme). Au bas de la page, l’épigraphe laissée dans une troisième langue (l’allemand) renforce cette impression de symétrie en renforçant par une langue tierce (un lieu linguistique neutre) le fleuron qui sépare le double titre des informations de librairie.

Cette épigraphe est tirée d’un grand succès littéraire de l’Empfindsamkeit allemande de la seconde moitié du 18esiècle, Sophiens Reise von Memel nach Sachsen de Johann Timotheus Hermes (1776, 6e partie), d’où est tirée une notation qui justifie la publication du manuel par émulation avec la fiction :

Ich vertrieb meine Zeit mit Erlernung der vortrefflichen Polnischen Sprache.

J’occupai mon temps à l’étude de l’excellente langue polonaise.

Sur la page de titre, le titre français vient en premier ; des deux développements introducteurs sur la prononciation, le premier est celui à destination des locuteurs français « De la prononciation Polonoise et Françoise », suivi d’un second sur la prononciation française à destination des Polonais — chacun étant accompagné de tables des consonnes et des voyelles de la langue-cible avec des commentaires dans la langue-source. Suit un répertoire qui contient les noms des nombres cardinaux et ordinaux, les noms des saisons, des mois et des jours, les interjections courantes et les conjonctions. Vers la fin du livre, on rencontre de nouveaux répertoires bilingues de phrases-types : « Pour consulter », « Pour menacer », « Pour marquer la joie et le chagrin », « Du beau temps », etc. Bref, la symétrie qui régissait la page de titre se retrouve exactement dans l’économie de l’ouvrage. Si les contenus destinés aux francophones viennent en premier, c’est que les francophones (Français ou étrangers — le choix de Sophiens Reise pour l’épigraphe est sans doute aussi un geste publicitaire à destination du public allemand) sont probablement le premier public de l’ouvrage ; mais le lecteur, francophone ou polonophone, aura accès à des contenus équivalents tout au long du livre.

Des rudiments de langue

Les répertoires de phrases-types sont suivis de phrases utilisant les verbes être et avoir dans les deux langues. Le gros de l’ouvrage se présente, entre le précis grammatical et les répertoires phraséologiques, comme une méthode Assimil du 18e siècle, soit : une succession de dialogues appliqués à toutes sortes de situations de la vie courante (le polonais occupe les pages de gauche, position que l’édition polonaise du 18e siècle réserve généralement, dans les ouvrages bilingues, à la langue dont on vise l’acquisition ou dont on propose une traduction). Ces dialogues sont des exemples de conversations liées aux nécessités du voyage (« Pour le voyage », « Du souper et du logement », « Pour aller à cheval »), à la nécessité de se faire comprendre d’une domesticité ou de commerçants étrangers (« Pour s’habiller », « Le Maître et le Tailleur », « Pour acheter »), et surtout à la civilité et la sociabilité (« Pour saluer quelqu’un » qui ouvre le recueil, mais aussi « Pour demander ce qu’on dit de nouveau », « Pour visiter un malade », « Pour faire civilité à quelqu’un » ou « Pour jouer », qui contient tout le vocabulaire des cartes).

Le début du dialogue « O ięzyku Francuskim/Sur la langue Françoise » adopte le point de vue du Polonais débutant (preuve qu’il ne faut pas sous-estimer le désir de réversibilité des rédacteurs de l’ouvrage), et ses tournures seront agréablement familières à tous les possesseurs de méthodes Assimil :

 Umieszże W[aszmoś]ć  Pan dobrze ięzyzk francuski?  Etes-vous bien savant dans la langue françoise ?
Nie bardzo dobrze prawie nic nie umiem.  Pas trop, je ne sais presque rien.
Powiadają przecie, że Wć Pan bardzo dobrze mówisz po francusku.  On dit pourtant, que vous parlez bien français.
Boday by to prawda była, umiałbym, czego nie umiem.  Plût à Dieu, qu’il fût vrai ! Je saurais ce que je ne sais pas.

A qui parle-t-on ?

Le précédent billet se terminait sur l’apostrophe d’une jeune dame à un page. Le manuel de Gröll présente des morceaux similaires : l’enseignement de la langue est confronté à des réalités concrètes que le lecteur voyageur ne saurait esquiver. Autant qu’à ses égaux, il s’adresse à ses inférieurs, commerçants, hôteliers, peu susceptibles de parler sa langue. Avant même de retrouver une connaissance, le personnage du « Second dialogue. Pour faire une visite le matin » doit passer ainsi par le domestique qui le reçoit :

— A Pan twój gdzie jest? śpi jeszcze?

— Nie, Mości Pani, już się obudził.

— Wstałże już?

— Nie, Mości Panie, jeszcze w łożku.

*

— Où est votre maître ? Dort-il encore ?
— Non Monsieur, il est éveillé.
— Est-il levé ?
— Non, Monsieur, il est encore au lit. (p. 19)

Sont ainsi confirmés, d’une part, l’importance du rituel social de la visite (mais qui en doutait ?), et d’autre part, le fait que l’aristocrate ou le bourgeois voyageur n’est pas toujours entre gens du même monde. Si le prestige de la langue française ouvre au francophone la porte des salons (encore qu’il faille parfois nuancer la qualité du français parlé à l’étranger), son manque de maîtrise du vernaculaire ferait disparaître son autorité devant un domesticité dont il faut bien, pour vivre comme on l’entend, se faire comprendre.

Les manuels enseignent-ils la conversation ?

Le même manuel comporte, parmi les listes de phrases-types et d’idiotismes qui en constitue la dernière partie, un étonnant répertoire amoureux : « Pour donner des marques d’amour ».

Pokazuiąc miłość Pour donner des marques d’amour
Moie serce ! mon coeur !
Kochanko, Wenero ! mon amour !
Moie życie, moia naymilsza ! ma mignonne, m’amie !
Moy naymilszy ! mon mignon !
Moia nadzieio ! mon espérance !
Moie wszystko ! mon tout !
Wszystko, co kocham ! tout ce que j’aime !

(pp. 74-75)

Une interprétation généreuse fera de cet aide-mémoire galant l’allié d’un coup de foudre à l’étranger ; inversement, une interprétation soupçonneuse en fera un instrument au service des mauvaises intentions d’un aventurier… Quoiqu’il en soit, ce manuel de cour ne va pas loin, et ne prétend d’ailleurs pas entraîner le lecteur dans la profondeur d’une psychologie marivaudienne. Point de colloque amoureux ni de sentiments complexes, mais un répertoire des plus convenus auquel seul le charme de l’accent étranger semble pouvoir donner un touche d’originalité.

Une fois ce constat fait, quelle valeur (au sens moral plus qu’épistémique) accorder à cette étude de cas ? Il est évident, comme on l’a déjà dit, que les manuels ne sont que la trace écrite accidentelle de possibles communications orales. Marc Fumaroli, dans Quand l’Europe parlait français, a recensé des ouvrages écrits par de grands aristocrates proches des grandes problématiques de l’actualité des Lumières (son seul exemple, pour la Pologne, étant les Mémoires français de Stanisław August Poniatowski), destinés au public, sinon à la postérité ; les méthodes de langues nous entraînent dans un monde sensiblement différent.

Est-ce à dire qu’il n’y a pas d’amour parmi les lecteurs de méthodes de langues, mais des platitudes ? Probablement pas ; le genre d’exclamations recensées plus haut figure après tout aussi dans La Vie de Marianne et les romans. Il s’agit là de conversation starters ou, dans le langage médiatique d’aujourd’hui, d’éléments de langage amoureux. Leur disponibilité dans un manuel ne signifie pas que des échanges amoureux transfrontaliers au 18e siècle s’y seraient limités ; il ne dépend que de la pente de l’imagination d’imaginer la nature d’une relation qui prendrait son essor depuis cette page.

Il faut donc imaginer, autour des indices de l’oralité translinguistique du 18e siècle, un monde de relations sociales et interpersonnelles, des plus terre-à-terre (l’achat, le logement) aux plus riches (la relation sentimentale). Les marques d’amour de Gröll sont l’indice d’une offre linguistique (dont on peut supposer qu’elle correspondait à une demande) ; quant à l’usage qui en fut fait, il a peut-être été enregistré, mais je n’en ai pas (encore ?) cherché les traces. Il reste certain que le public de ces petits ouvrages constitue, lui aussi (et dès avant la Révolution), un chapitre de l’histoire de la polyglossie européenne, et que l’importance que nous lui accordons relativement aux princes mémorialistes relève, en définitive, d’un choix de méthode plus que d’autre chose.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *