Comment l’Europe parlait français (1) : entre plaisir lettré et communication efficace

C.W. Eckersberg (1783-1853), Scène de Jean de France (I, 6) de Ludvig Holberg, 1812. Source : smk.dk

Il ne fait guère de doute que L’Europe, selon le mot de Marc Fumaroli, parlait français au 18e siècle ; mais de quelle manière ?

Ce carnet est dédié à une approche comparatiste du 18e siècle ; et l’un des premiers outils de ce comparatisme est la polyglossie. C’est pourquoi je me propose d’inaugurer ce carnet par une série de billets (dont le nombre n’est pas encore fixé) sur le sujet des rapports qui existaient au 18e siècle entre la langue française et d’autres langues modernes ; ces langues seront surtout les « langues rares » de l’Europe médiane et septentrionale, en particulier, en l’état actuel de mes dépouillements, le polonais et le danois.

Un problème comparatiste : l’Europe française du 18e siècle

Marc Fumaroli terminait la préface d’un ouvrage qui a fait date, Quand l’Europe parlait français, par une opposition entre « les artistes de la conversation française », dont le 18e siècle fournirait aujourd’hui le modèle à une élite internationale francophile, et « les écoles Berlitz du néo-français », comprises comme le symptôme d’une mondialisation qui privilégie la communication efficace sur la recherche de l’expression (Marc Fumaroli, Quand l’Europe parlait français dans La Grandeur et la Grâce, Paris, Laffont, « Bouquins », 2014, p. 19). On objectera que l’ouvrage est déjà ancien (2001) : mais dans la mesure où il a fait l’objet il y a quelques années l’objet d’une réédition en Bouquins, le problème ne semble pas avoir perdu toute son actualité.

Dans la préface inédite de ce Bouquin, Marc Fumaroli présente son projet avec la modestie du miniaturiste :

au cours de la série de vies brèves, de portraits, de petits faits vrais et de citations […] intitulée Quand l’Europe parlait français, j’ai essayé de faire percevoir dans la voix, les manières, les mœurs de plusieurs étrangers francophones du premier 18e siècle, quoique modifiés par le caractère national de chacun, l’existence d’un modèle français d’être au monde […]. (La Grandeur et la Grâce, Paris, Laffont, « Bouquins », 2015, pp. XIII-XIV)

Le titre cependant annonce une fresque historique, et il convient de confronter cette nouvelle préface du Bouquin à celle (rééditée in extenso) de Quand l’Europe parlait français, où l’auteur annonce vouloir peindre

un 18e siècle où les Français sont partout chez eux, où Paris est la seconde patrie de tous les étrangers, et où la France est l’objet de la curiosité générale des Européens. (Quand l’Europe parlait français, « Préface » dans La Grandeur et la Grâce, p. 5)

La question historico-linguistique de la diffusion du français se double ici de la promotion d’un modèle culturel, et donnerait facilement l’impression qu’il s’agit d’unifier l’Europe par une francophonie idéale qui ne soit pas qu’un partage linguistique, mais aussi une uniformisation de la diversité européenne sur le modèle parisien.

Le génie de la langue française et la « conversation », art du langage dont elle est le véhicule et le moteur, deviennent ainsi des « lieux de mémoire » (Marc Fumaroli rédigea leur entrée dans l’ouvrage dirigé par Pierre Nora). L’histoire des discours hostiles à la langue française a aussi été faite, par Gilles Philippe (Le Français, dernière des langues, 2010). Dans l’introduction de son ouvrage, G. Philippe met en garde contre « la possible “patrimonialisation” du discours contre notre langue », qui représenterait, de fait, l’inverse de la « mémorialisation » du génie ou de la conversation.

Il ne s’agira ici ni de prendre systématiquement le contrepied des analyses de M. Fumaroli, ni de refaire le travail de G. Philippe, mais plutôt d’aborder le problème du statut du français de l’extérieur. Ce qui retient l’attention de Marc Fumaroli est essentiellement le travail au sein de la langue française : il décrit

une redécouverte de la France des Lumières, vue et comprise dans sa propre langue par ses visiteurs ou ses observateurs étrangers les plus attentifs (p. 484)

Gilles Philippe, quant à lui, fait plus de place aux critiques étrangères contre la langue française, mais c’est avant tout en ce qu’elles affectent la perception de la langue par ses locuteurs et ses scripteurs privilégiés (les écrivains) qu’elles l’intéressent :

…les critiques avancées au 18e siècle contre le français […] vont bientôt essaimer en Europe et trouver ailleurs des formulations qui pourront, en retour, infléchir et nourrir le débat national. C’est ainsi d’Italie que vinrent les premières salves ; non qu’il n’en eût fusé d’Allemagne presque aussi tôt, mais ces attaques ne furent pleinement entendues en France que dans la seconde moitié du 19e siècle.

Ces deux critiques, en d’autres termes, travaillent essentiellement à l’intérieur de la francophonie ; on voudrait ici s’intéresser, en comparatiste, à ses dehors, c’est-à-dire moins à la manière dont les Français considèrent leur langue ou celle dont les francophones se « francisent », que, plutôt, à la réalité de la pratique du français dans l’Europe (surtout médiane et septentrionale) du 18e siècle.

Un corpus : les méthodes de langue du 18e siècle

Pour ce faire, on se basera sur le dépouillement d’un corpus particulier : celui des méthodes de français pour étranger et des méthodes de langues modernes pour francophones (deux types d’ouvrages qui, on aura l’occasion de le constater, se recoupent parfois). Ce corpus, que j’ai commencé à fréquenter à l’occasion de mes contributions à l’Histoire des traductions en langue française, 17e et 18e siècles, me semble apporter des informations quantitatives (le nombre des manuels prouve que les étrangers apprenaient le français, comme certains Français apprenaient les langues étrangères) et qualitatives (le français des manuels témoigne du genre de français que pouvaient parler, au quotidien, les étrangers francophones).

Il s’agira donc ici de s’inscrire, à travers une série de billets consacrés à ce corpus particulier, dans la lignée du travail de Pierre-Yves Beaurepaire qui, dans Le Mythe de l’Europe française au 18e siècle (Paris, Autrement, « Mémoires/histoires » n° 130), proposait de dessiner une géographie intellectuelle nuancée d’un 18e siècle où

le modèle culturel, aristocratique et mondain français, que les gens de lettres relaient effectivement à travers l’espace européen des Lumières […] est discuté, approprié, croisé, contesté, rejeté parfois. (p. 7)

Ce corpus a aussi un avantage que l’on pourrait dire sociologique (mais la sociologie historique n’est pas du tout mon domaine et je ne voudrais pas faire d’approximations) : il nous éloigne du monde des salons et de ce « modèle aristocratique » décrit par Marc Fumaroli :

Dans la typologie des caractères nationaux qui prévaut encore au 18e siècle dans l’esprit de Voltaire et de Mme de Staël, le Français (entendons le noble français) passait pour doué de beaucoup d’esprit, mais il lui manquait l’esprit de suite (p. VIII)

De ce noble français, je dirai deux choses. D’un part, c’est un certain noble (parisien, versaillais), à côté duquel existe aussi le pauvre gentilhomme de province évoqué par Valentin Jamerey-Duval : « Si faute de souliers, j’eusse voulu souffrir d’avoir les pieds meurtris par des sabots, je n’aurais fait qu’imiter la patience de plusieurs honnêtes gentilshommes de notre province » (Mémoires. Enfance et éducation d’un paysan au XVIIIe siècle, éd. Jean-Marie Goulemot, Paris, Minerve, 2011, p. 78). D’autre part, le « noble français » mondain exerce souvent son esprit aux dépens des langues et des noms des étrangers : c’est ainsi que dans les salons, Lessing devenait Le Singe et Gottsched Gaucher (cf. le témoignage de Helferich Peter Sturz commenté par Roland Mortier, Diderot en l’Allemagne, Slatkine, 1986, p. 21), et que Jonathan Swift rêvait, en 1725, que « perhaps in Paris they may ask after Monsieur Suif » (cité par Eugene Hammond, Jonathan Swift: Our Dean, University of Delaware Press, p. 299). Bref, le milieu mondain français, représentatif d’une partie de la classe nobiliaire, accueille les étrangers pourvu qu’ils parlent français, ou acceptent d’être pliés au français : c’est un milieu qui résiste au comparatisme translinguistique.

En s’intéressant aux manuels de langue, on évite l’écueil de cette résistance, qui est celle de l’otium conversationnel, et l’on rentre dans différentes sphères d’activités : celle des écoles conventuelles ou militaires, ou bien celles de vademecum pour voyageurs faisant des emplettes —bref, le negotium de la vie ordinaire. Car le noble ou le bourgeois qui voyage doit avant tout (et avant la conversation) faire ses comptes avec les aubergistes et les postillons, s’adresser à une domesticité étrangère quand il s’arrête à l’auberge ou rend des visites. Il n’en est pas moins cosmopolite que le bel esprit des salons, mais il a sans doute besoin, dans ces circonstances, de plus d’« esprit de suite » : son cosmopolitisme consiste moins à refaire le monde, à le critiquer ou à s’en abstraire, qu’à y vivre, tout simplement.

Une bonne étude de cas qui participe de ce versant, polyglotte et plus terre-à-terre peut-être, du cosmopolitisme, a été donnée par Marek Dębowski dans son étude Jean Potocki et le théâtre polonais (2014). Il y fait le portrait d’Emmanuel-Nicolas Murray, « défenseur des Lumières polonaises », lequel

n’est pas un aristocrate voyageur, mais un cosmopolite laborieux, professeur et gazetier indépendant, jouant auprès des institutions et des puissants un rôle de « consultant » tout en poursuivant sa propre réflexion sur les belles‑lettres ; en somme, il incarne la dimension bourgeoise du cosmopolitisme, un cosmopolitisme menacé par l’instabilité économique et les tracasseries administratives, mais aussi actif et sincère que le cosmopolitisme aristocratique. Murray écrivain français bilingue offre un intéressant pendant à Potocki auteur polonais francophone, et illustre la variété des attitudes linguistiques possibles à la fin du 18e siècle.

Bref, en détachant du modèle aristocratique et conversationnel, on accède à une vision plus concrète, et peut-être plus équanime, de ce que pouvait être la pratique de la langue française au 18e siècle, qui coexiste avec des cultures vernaculaires bien vivantes. En Pologne, en Europe plus généralement, le génie des langues n’a pas (contrairement à ce que suppose Marc Fumaroli : « la Révolution avait éveillé le “génie” des nations, et réveillé en chacune l’amour jaloux de sa propre langue », p. 14) attendu la Révolution (française…) pour s’affirmer et se manifester dans une littérature. Il serait sans doute bon de réfléchir à la question linguistique dans le contexte de l’Europe pré-romantique (au sens de non-romantique, et non d’annonçant le romantisme) du 18 siècle : si la France est particulièrement soucieuse de son unité linguistique, il n’en va pas de même en Europe médiane (l’exemple typique étant l’empire multilingue des Habsburg), et inversement, la large diffusion du français peut parfois n’avoir été perçue que comme une commodité, une langue véhiculaire sans charge culturelle spécifique.

Pour résumer, le propos ne sera pas de se redemander si l’Europe parlait bien français, mais plutôt comment elle le parlait — et aussi comment pouvaient être envisagés l’apprentissage d’une langue moderne plus ou moins obscure par un francophone. Il s’agira de nuancer l’opposition construite par Marc Fumaroli entre la « conversation française », héritage des échanges lettrés, et le « néo-français » supposément issu de la mondialisation — de constituer un nuancier des attitudes possibles envers la langue de l’autre de la part tant des allophones que des francophones, et de dresser un inventaire des circonstances (la conversation n’en étant qu’une) où ces attitudes ont l’occasion de se manifester.

Les méthodes de langues étrangères du 18e siècle n’oublient pas (ou en tous cas pas toutes et pas toujours, et on en donnera aussi l’exemple) le plaisir lettré qu’il y a à bien parler une langue étrangère, en particulier une langue moderne de prestige comme le français ; mais, par leur nature même, elles invitent également à maîtriser efficacement la communication dans une langue peu familière et à des occasions banales ; elles oscillent, en somme, entre plaisir lettré et communication efficace.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *