Les « pruge » de Jovan Rajić : vers solitaires, colonnes ou rayures ?

Je suis engagé, depuis deux ans environ, dans la traduction française d’un poème épique serbe intitulé Boj zmaja sa orlovi [Le Combat du dragon avec les aigles]. Cette épopée, due à l’archimandrite Jovan Rajić, serait « la première épopée de la littérature serbe [prvi ep u srbskoj književnosti] » d’après Mirjana D. Stefanović, éditrice du texte pour Službeni Glasnik (Belgrade, 2008). Par là il faut entendre le premier poème épique écrit, issu de la tradition savante (ep), dans la mesure où en Serbie, comme dans l’ensemble des Balkans, existe une longue tradition orale (celle de la gusle). Le poème relate différents épisodes des guerres balkaniques menées par les empires de Joseph II et Catherine II contre l’empire ottoman en 1788-1789.

Je ne présenterai pas ici le texte, son auteur ou ses enjeux ; c’est le but de l’édition que je prépare en ce moment (et à laquelle je pourrai me consacrer une fois ma thèse finie). Je souhaiterais, en revanche, inaugurer la catégorie Traductions et philologie de ce carnet d’esquisses en présentant brièvement un des problèmes d’interprétation (et donc de traduction) que peut poser le texte, et ma proposition pour le résoudre (et au fur et à mesure du travail, d’autres billets de cette nature devraient venir enrichir cette catégorie).

Locus problematicus : I, 29

Le passage dans l’édition originale (Vienne, 1791 [p. 3]). Ci-dessous en orthographe serbe moderne et en latinica.

Notre locus difficilis se situe au v. 29 du chant I :

Гусенице и пруге
   ти на ме изводиш,
нег’ ли мојим орлићем
   вечеру готовиш.

Gusenice i pruge
   ti na me izvodiš,
neg’ li mojim orlićem
   večeru gotoviš.

Dragon et choses rampantes : un imaginaire baroque

Le passage se situe dans une invective adressée par l’aigle (personnification de l’Empire autrichien) au dragon (assimilé à Mahomet et, par extension, à l’empire ottoman). Ce dragon a pour allié « što gamzi po zemlji » (ce qui rampe sur la terre, v. 7) : toute sorte d’êtres serpentaires, alliés baroques du dragon (pour preuve de la typicité baroque de l’expression : les serpents sont collectivement désignés dans la Nouvelle Athènes du p. Chmielowski (t. 1, Lwów, 1745, p. 497t. 3, Lwów, 1754, p. 312) par une périphrase très similaire : « rzeczy po ziemi czołgające się » ; les chapitres qui leur sont consacrés comprennent des notices sur les dragons (draco, smok). Il faudra vraiment que je consacre un billet à cette merveille de l’encyclopédisme baroque, car j’y ai déjà fait allusion ailleurs).

Gusenice (v. 29 ; pol. gąsienice) ne posent pas de problème, pas plus que les v. 30-32, ce qui nous donne la traduction littérale suivante :

Des chenilles ……………
   tu conduis sur moi,
mais en réalité pour mes aiglons
   tu prépares le dîner.

L’aigle jupitérienne attaquera le dragon, ses aiglons se nourriront de ses alliés mineurs (les chenilles relevant de la catégorie des choses rampantes) : le système allégorique du poème est particulièrement cohérent. Mais que signifie pruge ?

Le problème, lexical, est de comprendre le mot pruge, et de lui donner un sens cohérent avec la grammaire du passage : coordonné à gusenice (acc. pl.) par la conjonction i, il constitue le deuxième terme du complément d’objet de izvodiš.

Пруга dans le dictionnaire de Vuk

N’importe quel dictionnaire du serbe contemporain donnera à pruge (nom. sg. pruga) le sens de banderayure, d’où piste (une bande dans le paysage), d’où voie ferrée (une piste à rayures). Pour ne pas se satisfaire de ces définitions du 21e siècle, on consultera évidemment le Srpski rečnik (Vienne, 1818) de Vuk Stefanović Karadžić qui, comme l’indique son titre latin (Lexicon serbico-germanico-latinum), nous fournira des équivalents allemands et latin de notre mot.

  • La forme allemande Streif est vieillie (on dit aujourd’hui Streifen au singulier aussi), mais elle recouvre le sens de banderayure. On le trouve dans des dictionnaires de la fin du 18e siècle et du début du 19e siècle avec ce sens, par exemple dans le Deutsch-lateinisches Wörterbuch (Erlangen, 1794) de Johann Adam Schmerler :
  • Le premier mot latin, linea, ne présente pas de difficulté particulière : une rayure ou une bande est une ligne.
  • La dernière proposition introduit un doute. Tænia est l’équivalent latin du grec ταινία, qui désigne un accessoire de mode : un bandeau de tissu qui se place dans les cheveux. À cette signification non-problématique se superpose cependant une autre acception : tænia est le nom latin de l’horrible ténia (le ver solitaire). Dans le contexte de notre passage, une traduction par vers (au pluriel) serait tout-à-fait appropriée.

Première lecture : chenilles et ténias

Une première solution de lecture consisterait donc à considérer que pruga a pu signifier ver (solitaire), ce qui autoriserait la traduction suivante :

Des chenilles et des vers
   tu conduis sur moi,
mais en réalité pour mes aiglons
   tu prépares le dîner.

On objectera que, si cette lecture est autorisée par la polysémie de tænia, il ne semble pas que Streif l’autorise. Ce n’est pas si sûr : le ver solitaire en allemand s’appelle aujourd’hui Bandwurm (ver-ruban), dont Streifwurm serait un synonyme acceptable ; ce dernier mot est attesté dans l’ouvrage de l’hippologue J. von Sind :

Il faudrait donc que pruga ait connu le même développement polysémique que tænia ou Streif(wurm) — ou spontanément, ou au contact de l’allemand (dans le langage vétérinaire des Serbes du 18e siècle), ou au contact des langes anciennes (dans l’écriture de l’érudit Jovan Rajić). Dans tous les cas, cette lecture, si elle n’est pas économique en références, l’est en tous cas au niveau du sens. Proposons, à partir de cette lecture, une traduction :

Tu mènes sur moi
   des chenilles et des vers,
mais en réalité tu apprêtes
   le dîner de mes aiglons.

Deuxième lecture : de l’hendiadys comme figure épique

On peut ne pas être convaincu par ce parcours lexical, qui, compte tenu de la complexité du jeu des langues en Europe centrale, n’est pourtant pas invraisemblable. Reste qu’il faut bien comprendre pour traduire.

Je proposerai donc ici une deuxième lecture, qui a l’avantage de maintenir le sens de pruga comme Streif, linea ligne ou rayure. Elle implique de reconnaître dans le v. 29, « gusenice i pruge », une figure syntactique, l’hendiadys ; en d’autres termes, d’y lire une « fausse » coordination qui ne véhiculerait qu’une seule idée : non deux espèces d’animaux rampants (puisque l’on n’est pas convaincu par un éventuel sens animalier de pruga), mais un sens qui associe chenilles et lignes (ou rayures).

L’hendiadys est bien répertorié au 18e siècle ; on pourra, pour s’en convaincre, consulter l’épaisse Grammatica Marchica (je renvoie à l’édition augmentée de Marburg, 1753, p. 810-811), qui lui consacre une définition assortie de nombreux exemples ; le premier de ces exemples relaie une lecture humaniste fréquente du cano virgilien :

arma virumque cano, für armatum virum

Il n’y a rien d’invraisemblable à ce que Jovan Rajić, érudit lecteur d’Homère et de Virgile, exploite cette figure parmi d’autres (du côté des figures de mots, il manie magistralement la syllepse e.g.).

Mais si c’est bien une syllepse, comment la comprendre ? Je vois deux possibilités (il en existe peut-être d’autres).

  • Si l’on choisit de considérer pruga dans son sens de bande(au), il est envisageable de lui prêter un sens militaire : du point de vue de l’aigle, ces chenilles rampantes forment sans doute des lignes parallèles, qui seraient alors autant de colonnes des armées serpentines (infernales). Le sens obvie de pruge (plusieurs bandes, donc des rayures) inviterait le lecteur à adopter le point de vue surplombant de l’oiseau défenseur de la chrétienté. L’interprétation est cohérente avec l’esprit du texte, mais linea en latin n’a pas de sens militaire répertorié (la ligne de bataille est acies). Si l’on écarte ces réserves, on peut traduire notre hendiadys par « des chenilles et des colonnes », soit dans une traduction élégante du passage :

Tu mènes sur moi
   des colonnes de chenilles,
mais en réalité tu apprêtes
   le dîner de mes aiglons.

  • Quiconque a déjà jardiné sait qu’un certain nombre de gusenice (de chenilles) ont une livrée rayée, à l’instar de la chenille du carmin. L’expérience commune offre ainsi à la solution précédente (qui, au niveau lexical, n’est pas encore tout-à-fait satisfaisante) une concurrence d’autant plus forte qu’elle ne prête à pruge que son sens le plus évident de rayures, équivalent de Streif, linea, ou strictura. L’hendiadys s’entendrait donc comme « des chenilles et des rayures », soit « des chenilles rayées » (la structure de cet hendiadys reprenant strictement la lecture de arma virumque citée plus haut : des deux noms coordonnés, l’un est rabattu au rang d’épithète de l’autre pour en définir un attribut essentiel et visible). Mais quel intérêt, pour Rajić, de préciser ainsi ? Un aigle et un dragon s’invectivent : le réalisme entomologique ne semble guère de mise. En revanche, une lecture symbolique des rayures est possible comme signe supplémentaire de la nature maléfique des rampants : Michel Pastoureau nous a après tout montré qu’il s’agit de l’étoffe du diable… reste à voir si cette lecture est fonctionnelle aussi dans le baroque balkanique. En ce cas, il importe de traduire notre hendiadys en donnant à ces rayures tout leur rayonnement maléfique :

Tu mènes sur moi
   des chenilles tout en rayures,
mais en réalité tu apprêtes
   le dîner de mes aiglons.

La malignité dérisoire des chenilles s’oppose, dès lors, à la puissance naissante des aiglons : la lecture reste tout aussi cohérente.

Quelle lecture choisir ?

Le sens du passage ne change guère, quoiqu’on lise ; et avant de devoir citer ce passage précis dans un article (à paraître bientôt), je m’étais contenté d’une note marginale en me disant que je résoudrais cette difficulté plus tard. Mais quand il s’agit de rédiger et d’annoter une traduction pour faire connaître un texte, il faut bien traduire.

J’avoue n’être pas décidé. J’ai traduit, pour mon texte, par « des colonnes de chenilles », mais changerai peut-être d’avis lorsque les épreuves reviendront (cela ne fera pas de grande différence : pour commenter le système allégorique du poème, les gusenice sont un indice suffisamment concluant). Je laisserai donc la question en suspens et les commentaires ouverts aux collègues slavisants, tandis que de mon côté je ferai part aux collègues serbes qui m’aident dans mes travaux des remarques suivantes :

  • la traduction de pruge par vers ne me semble pas, en l’état actuel de la recherche lexicale, satisfaisante. À moins que l’on ne découvre une occurrence avérée de pruga dans ce sens précis, ce qui trancherait la question, cette lecture me semble relever d’une interpretatio difficilior (dans la mesure où l’hendiadys est une figure bien répertoriée de l’écriture poétique et épique en particulier). Par ailleurs, si pruge représente bien le ténia (plutôt que le lombric, par exemple), il ne s’agit plus d’un animal  što gamzi po zemlji ou po ziemi czołgające się — rampant sur la terre. Le parasite intestinal ne crée par la même opposition avec la dimension céleste dont l’aigle du poème opère la synthèse mythologico-chrétienne, qui me semble essentiel dans l’esthétique baroque du passage.
  • Les pruge aux ordres du aravitski ljuti zmaj (le furieux dragon arabe) représentent les armées ottomanes : les comprendre comme un terme militaire et traduire « des colonnes de chenilles » (ce qui, après tout, rappelle aussi l’expérience commune des chenilles rampant en file) serait donc cohérent, dans la mesure où la fable animalière est l’allégorie d’un récit militaire (j’explore particulièrement cette question dans mon texte à paraître).
  • La deuxième lecture en hendiadys, « des chenilles tout en rayures », a tout l’air d’une interpretatio simplicior, malgré l’intérêt de la précédente lecture ; reste simplement à vérifier l’appariement symbolique des rayures et du diable dans le contexte culturel serbe du 18e siècle — ce que je ferai à la rentrée, car ceci est, après tout, un billet de vacances…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *