Des choses rampantes #1 : les reptiles dans la Nouvelle Athènes de Benedykt Chmielowski

J’ai, à deux reprises déjà (succinctement et un peu plus précisément), fait allusion à la Nouvelle Athènes du p. Benedykt Chmielowski. Cette encyclopédie baroque mérite d’être présentée, d’autant que ses chapitres sur les serpents monstrueux proposent un intertexte éclairant au Boj zmaja sa orlovi de Jovan Rajić qui représente, à bien des égards, un baroque européen tardif.

Je réserverai pour plus tard une présentation détaillée de l’ouvrage et de son auteur, et voudrais plutôt présenter le protocole qui devrait présider à une série de billet dont celui-ci est le premier.

Un grand nombre des choses qui ne se voient pas, dans la recherche, est l’abondant travail préparatoire que réalisent les chercheurs. En littérature, cela prend la forme d’explications de textes fragmentaires, de remarques à la façon d’Anne Dacier : des commentaires locaux orientés par nos problématiques de lecture, des références bibliographiques notées dans des cahiers… Le format du carnet me semble propre à archiver ce type de matériel qui, sans avoir la valeur d’une édition critique ou d’une étude approfondie, peut aussi être une porte d’entrée dans un texte peu connu et pourtant fort curieux.

Puisque, dans le cadre de la traduction de Rajić, j’ai besoin (ou au moins intérêt) à travailler les chapitres consacrés aux serpents et aux dragons, je me propose de distiller, comme une sorte de feuilleton éditorial, la traduction annotée de ces chapitres dans une série de billets. Dans la mesure où ce projet constitue un nouveau pan de ce carnet, ces billets seront rassemblés dans une nouvelle catégorie, La Nouvelle Athènes du p. Chmielowski, accessible depuis le menu.

Mise en place d’un protocole succinct d’édition numérique

Je présenterai l’ouvrage de Chmielowski au fil des billets, associant traductions locales et vue d’ensemble. Pour cette fois-ci, on trouvera ci-dessous la description rapide du protocole éditorial que je compte suivre dans ces billets, et un premier (très court) exemple de traduction annotée.

Texte original

Je ne donne pas ici d’édition critique du texte polonais, mais renvoie aux excellentes numérisations de la Biblioteka narodowa, disponibles sur Polona.pl, qui sont ma source. Quand le polonais de Chmielowski appelle un commentaire, celui-ci figure dans les notes.

Le style macaronique de Chmielowski

On constatera rapidement, à parcourir l’original numérisé ou la traduction, que Chmielowski écrit un polonais mêlé de syntagmes latins — où les noms latins sont déclinés au cas requis par la syntaxe générale de la phrase polonaise et les verbes latins reçoivent des compléments polonais. Ce style est typique de la rhétorique d’un compendium auctoritatum et doit être restitué, même si la syntaxe française se prête beaucoup moins à l’exercice que la polonaise. Je propose donc de laisser les expressions latines dans le texte, et de les transformer en liens : ces liens ne renvoient pas le lecteur vers une page ou une note, mais font apparaître (grâce à l’attribut html ‹a title=""›) la traduction lorsque le curseur survole le lien, ce qui me semble le meilleur moyen de fluidifier la lecture.

Annotations

Deux types de notes sont à prévoir : les commentaires traductologiques (car traduire, c’est expliquer), et les notes d’érudition (élucidation de sources et de références).

  • Commentaires traductologiques Les choix de traduction (en des endroits difficiles ou remarquables) qui méritent d’être commentés sont appelés, après l’expression concernée, par le symbole .
  • Sources et commentaires Les remarques servant à préciser la source d’un passage ou à proposer une explication d’une difficulté sont, de la même manière, appelée par le symbole  après l’expression concernée.

Ces symboles sont chaque fois liés à la note correspondante par des ancres. Le choix de ces deux symboles plutôt que d’une notation à l’anglo-saxonne (astérisque *, obèle †, cercle ° e.g.) vient de la nécessité de les rendre cliquables sans demander un tir de précision avec le curseur : leur épaisseur est leur meilleur atout. Je pourrais évidemment lier les expressions elles-mêmes, mais cela aboutirait à surcharger le texte d’hyperliens tout en empêchant de distinguer entre les différents types de notes.

Vos retours sur la praticité de ces différentes solutions sont bienvenus en commentaire.

Début de la traduction : Benedykt CHMIELOWSKI, Nowe Ateny, t. I, Lwów [Lviv], 1745, p. 497


REPTILIA, ou VERMINE,
CHOSES RAMPANT sur la TERRE,
en particulier SERPENTS extraordinaires.

JE n’énumère pas ici avec les Naturalistes toute l’abondance de la VERMINE ; enucleabo ici d’après les Auteurs seulement les reptiles qui sont de grande taille, et excitent l’admirationem du Lecteur. En premier lieu sciendum, que REPTILIUM Gesnerus et Aldrovandus dénombrent 30 Species, dont voici les plus remarquables.


Commentaire d’ensemble

Ce paragraphe introducteur est typique du style de Chmielowski et assez représentatif des difficultés que posent sa traduction. L’encyclopédiste s’inscrit ici dans la tradition des mirabilia et puise, comme on le verra, plus dans la science humaniste que chez les naturalistes contemporains. L’adjectif verbal sciendum, en particulier, est fréquent dans les débuts de chapitre, et annonce des elementa, un savoir de base à maîtriser.

Notes de traduction

Vermine (titre, phrase 1) : pol. gad. Trotz à gad renvoie à gadzina, terme qui désigne un individu de l’espèce : « ziemiopłaz, un reptile, un insecte qui rampe ». Ici cependant le nom singulier est d’évidence compris comme un collectif : dans le titre, il est présenté comme le pendant vernaculaire du pluriel latin reptilia ; dans la première phrase, le génitif (singulier) est régime de mnóstwa, l’abondance, la variété, termes qui ne peuvent s’appliquer à un individu, et il est repris par le relatif pluriel które. Enfin, le titre courant de ce chapitre, visible à partir de la p. 497, est « De Reptilibus, albo o Gadzie ». Vermine, collectif dérivé de ver, semble un bon compromis pour la liste de nuisibles extraordinaires qui va suivre.

énumèrepol. « wyliczam ». L’aspect du verbe polonais est imperfectif (pf. wyliczę ; le dictionnaire de Trotz le confirmerait au besoin), et il peut sembler étonnant de le voir coordonné avec le futur latin enucleabo : « Je n’énumérerai pas… mais détaillerai… ».

enucleabo […] Lecteur : pol. « tylko które wielkie, i admirationem Czytelnikowi przynoszą, tu enucleabo z Autorów ». Le style macaronique de Chmielowski n’est pas qu’une affectation de clerc ; il faut plutôt voir les syntagmes latins qui parsèment son texte comme des récifs émergés qui, quoique noyés dans le vernaculaire, sont attachés au plus profond de sa prose. La syntaxe ici est latine, et l’on pourrait presque reconstruire un hypotexte latin :

hic enucleabo eos, qui magni et admirationem Lectori suscitant.

La construction peut s’entendre de deux manières. Soit wielkie (grands) est apposé au relatif które, auquel cas on doit comprendre i comme un adverbe (de la même manière que le et latin) : « ceux qui, par leur grande taille, exciteront aussi l’admiration du lecteur ». À la donnée zoologique (la taille) se superpose, en sus, la réaction admirative. Soit wielkie est l’attribut d’une forme non exprimée du verbe être (, sunt) et i est bien conjonctif : « ceux qui sont grands et excitent l’admiration du lecteur ». Ce sont ici plutôt deux critères de choix : Chmielowski choisit en fonction (1) de la taille et (2) du caractère merveilleux des animaux.
Puisqu’il faut traduire, je choisis cette deuxième solution, dans la mesure ou l’ellipse des formes de być est courante en polonais et, par ailleurs, abondamment pratiquée par Chmielowski (cf. remarque suivante). On notera cependant que cela n’affecte en rien le diagnostic de latinité du style : on dira plutôt que Chmielowski fait fonds des proximités entre la syntaxe polonaise et la latine pour importer dans le vernaculaire une diction typiquement scolastique.

voicipol. « Species 30 z których te znaczniejsze ». Ici encore, le verbe être est omis, et mon voici traduit le démonstratif te.

sources

Gesnerus et Aldrovandus : Conrad Gessner alias Conradus Gesnerus (1516-1565), naturaliste zurichois, auteur d’Historiæ animalium, dont le t. V (†1587) est consacré aux scorpions et aux serpents ; Ulisse Aldrovandi (1522-1605), auteur de Serpentum et draconum historiæ libri II (†1640). En 1749, soit quatre ans après la publication du premier volume de Nowe Ateny, Buffon écrivait au sujet d’Aldrovande dans le premier discours de l’Histoire naturelle :

Aldrovande, le plus laborieux et le plus savant de tous les Naturalistes, a laissé après un travail de soixante ans, des volumes immenses sur l’Histoire Naturelle, qui ont été imprimés successivement, et la plupart après sa mort : on les réduirait à la dixième partie si on en ôtait toutes les inutilités et toutes les choses étrangères à son sujet, à cette prolixité près, qui, je l’avoue, est accablante, ses livres doivent être regardés comme ce qu’il y a de mieux sur la totalité de l’Histoire Naturelle ; le plan de son ouvrage est bon, ses distributions sont sensées, ses divisions bien marquées, ses descriptions assez exactes, monotones, à la vérité, mais fidèles : l’historique est moins bon, souvent il est mêlé de fabuleux, et l’Auteur y laisse voir trop de penchant à la crédulité.


Une réflexion au sujet de « Des choses rampantes #1 : les reptiles dans la Nouvelle Athènes de Benedykt Chmielowski »

  1. Ping : Une introduction à Benedykt Chmielowski et à la « Nouvelle Athènes » (1) | Un 18e siècle comparatiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *