Comment l’Europe parlait français (2) : Copenhague, 1797

Après un premier billet où j’ai présenté l’intérêt d’un parcours bibliographique parmi les méthodes de langues modernes dans le contexte d’une réflexion sur le statut de la langue française dans l’Europe du 18e siècle, il est temps maintenant de lire l’un de ces manuels : ce sera les Principes généraux de la langue danoise, avec un abrégé des curiosités de la ville de Copenhague et des environs de cette capitale (Copenhague et Leipsig, Proft & Storch, 1797) par Mathias Hagerup, professeur à l’académie des cadets de marine de Copenhague.

De l’égale dignité des langues

Le livre st dédié, en français, à « André Pierre, comte de Bernsthorff » (Andreas Peter Bernstorff, alors ministre des affaires étrangères et de facto premier ministre du Danemark 1735-1797), dont les titres occupent toute une page. L’épître dédicatoire, ponctuée de « Monseigneur ! » assez peu légers, brosse un portrait flatteur du ministre en défenseur à la fois de la politique et de la langue danoises, allié désigné des « vues patriotiques » de Hagerup qui voudrait mettre la langue danoise « en crédit auprès des étrangers ».

De fait, la démarche de Hagerup s’assimile clairement à une défense et illustration de la langue danoise. Il ne s’agit pas là d’un manuel réversible (présenté comme également utile aux francophones et aux danophones), mais d’une présentation raisonné et prosélyte de la langue danoise. Citant l’un de ses prédécesseurs dans le genre, Des Campeaux, qui avait donné en 1787 une Grammaire danoise :

Il y a à peu près dix ans que feu monsieur Descampeaux donna sa grammaire de la langue Danoise ; et j’ai très bien senti ce que je risquais en publiant la mienne après lui. Mais si j’ai fait des fautes dans sa langue, on me permettra aussi de dire qu’il en a fait dans la mienne, quoique je n’ai pas la simplicité de croire, que cela puisse m’excuser. (Préface)

Il s’agit donc de présenter la langue danoise aux étrangers d’un point de vue autochtone. Le lecteur francophone repèrera ls erreurs de français de Hagerup, mais apprendra un danois impeccable. Hagerup semble conscient de la dimension un peu puérile de l’argument des fautes de langue ; reste qu’en l’employant, il revendique l’gale dignité du français et du danois et défend la valeur intrinsèque de la polyglossie : il n’y a pas de raison qu’on fasse de fautes dans aucune langue.

Rapide introduction aux lettres danoises

L’« Introduction historique » de l’ouvrage précise les circonstances de ces velléités patriotes. Si, « jusqu’à la fin du siècle dernier la langue danoise était absolument inculte et ignorée de l’étranger », et que « ce qu’il y avait alors de savants dans cette partie du Nord écrivaient en latin » et qu’« à la cour on ne parlait qu’allemand et français », cette langue a cependant retenu l’attention de grammairiens (Peder Syv et Erik Pontoppidan, dont Hagerup inverse étonnamment les dates de parution des ouvrages).

Après ces grammairiens vint le « réformateur » qu’attendait la langue danoise : « Louis Holberg » (Ludvig Holberg) ; mais son style reste tributaire d’influences étrangères, notamment des gallicismes :

Cependant il s’en fallait beaucoup que le langage, même dans les meilleurs écrits de Holberg fût épuré. C’eût été un prodige, si étant le premier qui tirât la langue de l’obscurité où elle était avant lui, il l’eût en même temps portée à la perfection. Mais tous ses ouvrages fourmillent de mots étrangers et particulièrement français : et, soit mauvaise habitude de l’auteur, soit pauvreté de la langue, il est vrai que cette bigarrure défigurait le style beaucuoup.

Après ce pionnier vinrent les gazetiers Jens Schelderup Sneedorff et Jakob Baden (ce dernier aussi grammairien), et la mention d’une « des plus heureuses époques » de la langue en 1780, c’est-à-dire le commencement au Danemark de den florissante periode, grâce à la neutralité promue par Bernstorff.

Ce que tous ces écrivains tendent à prouver, c’est que la langue danoise est douée d’un génie propre, comme on peut le lire à la fin de l’introduction :

Qu’au reste elle [la langue danoise] ait des avantages qui lui sont propres, c’est ce dont il sera aisé de se convaincre pour peu qu’on la connaisse ; mais le développement en serait déplacé dans l’introduction d’un ouvrage, dont il est l’objet indirect.

La défense et illustration, esquissée au moment de la confrontation avec une langue plus connue, est comme laissée de côté — mais n’est-elle pas renforcée par prétérition ?

Hagerup n’évite de toute façon pas complètement cet object indirect qui lui tient à cœur, et propose aux pp. 150-153 un panorama « De la poésie danoise », qui recense rapidement les grands auteurs du 18e siècle. Cette esquisse est suivi de trois extraits de Store og gode Handlinger af Danske, Norske og Holsterner[Grands et hauts faits des Danois, des Norvégiens et des Holsteiner] de Ove Malling, introduits ainsi :

Les trois morceaux qui suivent sont tirés de l’ouvrage qui a pour titre Store og gode Handlinger af Danske, Norske og Holsternere, samlede ved O. Malling ; le Thomas danois, et qui surpasse l’orateur français en éloquence mâle, et l’égale dans tout le reste. Le style dudit ouvrage est parfaitement digne d’un de nos meilleurs orateurs.

Le choix des textes est cohérent avec le projet politique de l’ouvrage : il s’agit de présenter les grands hommes du Danemark, mais aussi un écrivain qui, par le genre où il œuvre, mérite d’être comparé à un académicien français (Antoine Léonard Thomas). Par ailleurs, ces extraits ne sont pas traduits : pour constater l’excellence du style (ou simplement pour lire cette partie de l’ouvrage), le lecteur doit avoir maîtrisé la grammaire et accepté le génie de la langue danoise.

La pédagogie de Hagerup s’est ici faite patriote, mais le lecteur y aura été préparé, notamment par l’« abrégé des curiosités de la ville de Copenhague et des environs de cette capitale » promis par la page de titre, où le manuel de grammaire se fait guide de voyage. Ce passage « touristique » est un prolongement des exercices de compréhension écrite : commencé en page 168 (sur 233 de texte), il se présente sous forme bilingue, le texte danois, en gothique, étant imprimé sur la page de gauche, le français, en romaine, sur celle de droite. La description de Copenhague est divisée en paragraphes relativement courts et au style sobre, qui évoquent la vie quotidienne de Copenhague, les conséquences de l’incendie de 1795, la capacité des étables, les lieux de réunion des sociétés savantes… Avant d’accéder à la haute éloquence d’Ove Malling, le lecteur se sera ainsi familiarisé avec un style sobre et efficace, facile d’accès, en faisant du « petit danois ».

De manière générale, Hagerup pédagogue fait preuve de bienveillance envers le lecteur, et Ses scrupules de grammairiens sont ainsi manifestes dans la section consacrée aux degrés de l’adjectif :

Quoique ces deux manières [de composer les comparatifs et les superlatifs] soient peut-être également bonnes en elles-mêmes, j’en préfère ici la dernière, parce qu’elle m’a paru avoir une difficulté de moins pour les étrangers. (p. 43)

Il n’appartient qu’au lecteur de saisir la main tendue et de se laisser guider dans la langue danoise…

Dransk et franglais

Le patriotisme linguistique de Hagerup passe aussi par l’enseignement, aux étrangers, d’un danois meilleur même que la langue à la mode qui se parle dans certains milieux :

En Danemark on regarde la prononciation de Copenhague comme la meilleure […]. Cependant cette préférence ne doit s’entendre que de la prononciation ; car pour ce qui est de la pureté de notre langue, relativement aux langues étrangères, il ne faut pas en juger par la manière dont beaucoup de monde la parlent à Copenhague, et souvent même dans les meilleures circles de cette capitale.

On est scandalisé d’entendre comme certaines personnes la surchargent de mots étrangers dont elle n’a que faire. Quelques-uns vont même jusqu’à tomber publiquement dans ce vice ; et quoiqu’on le commette plus ou moins grossièrement, il ne laisse pas d’être trop commun à ceux mêmes qui se piquent de posséder leur langue. Voici, par exemple, un morceau sublime dans ce genre. De disputeerte længe med acharnement om disse facheuse Affairer, endelig declareerte han at han absolument ikke lod sig engagere til denne entreprise. Voilà ce qu’on appelle parler avec élégance. Un étranger qui entend ce jargon, et juge par là de notre langue, quelle idée doit-il s’en former. Se doutera-t-il que la raison n’est pas pauvreté dans la langue, mais paresse ou ignorance dans ceux qui la parlent. Ce n’est pas que quiconque la possède ne se passe de presque tous ceux-là même ; mais pour cela il faut l’avoir étudiée, et il faut que cet étude au lieu d’être le dernier ou absolument omis, précède tous les autres. Avant que cela arrive il n’est pas permis d’espérer l’époque heureuse pour notre langue où elle ne sera plus la victime de cette manie ridicule de l’enrichir à ses propres dépens. (pp. 15-16)

Cet exemple de « dransk » (fransk + dansk) est encore plus frappant dans l’original, où caractères romains et gothiques traduisent pour l’œil l’hybridité du discours :

« Un morceau sublime dans ce genre », ou le « dransk » du 18e siècle

On ne sait malheureusement pas si ce délicieux exemple est une fabrication ad hoc ou un document authentique — il est en tout cas un bel ancêtre du franglais, dans lequel on peut essayer de le traduire ainsi :

Ils ont talké très longtemps et tough de ce sad event, et enfin il a staté qu’il ne voulait pas se launcher dans ce business at all.

 Quoiqu’il en soit, l’argument essentiel est ici que la langue danoise, par son « génie » propre (au sens de « caractère propre et distinctif d’une langue », soit ici en puisant dans ses propres ressources lexicales) est parfaitement à même de dire tout ce pour quoi une certaine mode impose de recourir à des emprunts, dont l’extranéité se manifeste jusque dans la typographie (le danois étant imprimé en fraktur et les gallicismes en caractères romains). Cette pratique assez semblable au franglais contemporain est une norme sociale : le pronom dans « ce qu’on appelle parler avec élégance » diffuse la responsabilité de la norme et implique un consensus ; l’origine de cette norme est clairement identifiée (« les meilleurs cercles », soit les salons de la bonne société), et ses effets raillés par le reprise d’un terme-clef de l’esthétique des 17e et 18e siècle (« sublime »).

Hagerup rejoint ici la satire que Ludvig Holberg, malgré la « bigarrure » lexicale de son propre style, avait dès 1722 donné de cette excessive francophilie dans une comédie intitulée Jean de France, eller Hans Frandsen, dont le personnage éponyme fredonne en arrivant sur scène :

La, la la la la la, nu kommer jeg icke ihu den bougre de pagrad, som jeg lærdte sidst af Mons: Blondis par Di, det er en grand malleur, mais voila mon pere & mon Sviger Pere, bon matin Messieurs! coment vive ma chere Isabelle.

Le français, de Holberg à Hagerup, semble donc remplir le rôle de l’anglais global que M. Fumaroli fustigeait dans la préface de Quand l’Europe parlait français : une langue dont la séduction est immédiate mais la pratique parfois approximative, et qui finit par corrompre le vernaculaire. C’est l’occasion de retourner au constat de G. Philippe : si la langue anglaise « devient, au 20e siècle, le point de comparaison obsédant d’un français pour lequel le vent de l’histoire a tourné », les commentaires de Hagerup nous invitent aujourd’hui, en plus de reconnaître à l’anglais le statut privilégié qui fut celui du français au 18e siècle, à prêter à ce français international un des défauts de l’anglais global.

Pour résumer (et conclure), cette excursion danoise me semble prouver trois choses :

  1. Si, d’un certain point de vue, l’Europe parlait bien français au 18e siècle, elle le parlait de manières qui, même dans les meilleurs milieux, ne ressemblaient parfois que de loin à ce qui s’entendait à Paris. Le choix d’écrire le manuel en français est par ailleurs moins éthique (on pourrait se risquer à dire : idéologique) que pratique : Hagerup écrit son manuel en français avant tout parce qu’il s’agit d’une langue véhiculaire largement diffusée et que son but est, comme le passage ci-dessus le montre bien, d’aller combattre sur son propre terrain l’hégémonie du français.
  2. Le français d’un pédagogue comme Hagerup obéit à un système qui échappe à la France, laquelle ne saurait prétendre à la seule possession de sa langue une fois celle-ci diffusée à l’étranger. Dans le long passage cité plus haut, *circle pour cercle et étude au masculin sont incorrects selon les éditions de 1762 et 1798 (a, b) du Dictionnaire de l’Académie (et Féraud note bien que si « Ménage prétend qu’étude est masculin, dans la signification de travail, et féminin dans celle de cabinet [, ce] mot n’a plus que ce dernier genre, dans quelque sens qu’on l’emploie »). Ces incorrections sont cependant le signe d’une pratique de la langue informée par une  compétence de latiniste qui entre ici en conflit avec l’usage français et la norme académique : *circle < circulum ; étude (substantif masculin) < studium (substantif neutre).
  3. L’Europe n’était pas unanimement décidée à parler français ; dans les Etats où existaient d’autres langues vernaculaires, celles-ci non seulement étaient déjà des langues de culture mais faisaient aussi, avec des auteurs comme Mathias Hagerup, l’objet de défenses et illustrations. Sans le rayonnement exceptionnel de la langue française, de telles apologies auraient bien sûr été moins nécessaires : notre but n’est pas de nier l’importance de la langue française dans l’Europe des Lumières, mais de la relativiser au regard de l’existence, voire de la résistance, des autres langues européennes au 18e siècle. Il faut par ailleurs préciser que Hagerup n’est pas un nationaliste aux vues étroites, mais un maître de langue, auteur aussi d’un manuel de français à l’usage de ses élèves danois et d’ouvrages en français. Par son travail et ses discours, il défend l’idée d’une Europe polyglotte, plutôt que d’une Europe francophone où les autres langues ne pourraient survivre qu’au prix de leur gallicisation. Il participe, en somme, à une réception de la langue et de la culture française dans laquelle, pour reciter P.-Y. Beaurepaire, « le modèle culturel, aristocratique et mondain français, que les gens de lettres relaient effectivement à travers l’espace européen des Lumières […] est discuté, approprié, croisé, contesté, rejeté parfois ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *