Des choses rampantes #2 : l’amphisbène

On trouvera ici une courte suite au précédent billet consacré à la Nouvelle Athènes de Chmielowski. Le prochain billet de cette série sera consacré à une présentation plus générale du texte et de l’auteur.

Après l’entrée en matière du premier paragraphe, Chmielowski commence donc l’inventaire « De Reptilibus, albo o Gadzie » (d’après le titre courant de la page 497) à l’amphisbène.

L’amphisbène, symbole de la discorde civile, par Václav Hollar (1607-1677). Chmielowski substitue à cette interprétation politique une interprétation psychologique. Source

Traduction : Benedykt CHMIELOWSKI, Nowe Ateny, t. I, Lwów [Lviv], 1745, p. 497


L’AMPHISBÈNE est un Serpent fort de deux têtes, l’une à sa place ordinaire, l’autre sur la queue ; et ainsi pro libitu de ces têtes, il se déplace en rampant en avant ou en arrière. Il représente l’Homme qui n’est pas complètement résolu. Selon Pline et Élien, ces deux têtes indiquent un double sexe, c’est-à-dire Mâle et Femelle.


Commentaire d’ensemble

Après le paragraphe d’entrée en matière, l’auteur semble adopter l’ordre alphabétique pour commencer le catalogue des plus remarquables espèces de serment. C’est le cas des entrées principales : à l’amphisbène et au basilic succéderont le dragon (smok) puis les serpents (węże). Ceux-ci seront détaillés par espèce, mais cette fois sans guère de souci d’ordre alphabétique. Au niveau stylistique, on remarquera une préférence marquée, en polonais, pour les mots d’origines latines (ordinaire traduit ordynaryjnym et non zwyczajnym, et résolu rzeolwowanego). Au niveau interprétatif, Chmielowski se montre lecteur d’Augustin, qui dans le De doctrina christiana (II xvi 24) insiste sur l’importance de la maîtrise de l’histoire naturelle pour comprendre la signification de l’Écriture (« Rerum autem ignorantia facit obscuras figuratas locutiones ») avant de prendre l’exemple du serpent. Pour ce qui est des sources, Aldrovande n’est pas mentionné, mais il traite bien sûr de l’amphisbène.

Notes de traduction

Serpent : pol. Wąż. Le mot gad, comme on l’a noté la dernière fois, est utilisé comme collectif, et wąż désigne les individus.

représentent, indiquent : Le verbe znaczyć (litt. signifier,être le signe de) est utilisé deux fois dans un contexte très étroit. Le premier emploi (« znaczy », traduit par « représente ») décrit une signification symbolique (l’amphisbène signifie l’indécision) ; le second (« znaczą », traduit par « indiquent ») décrit la lecture indicielle de la morphologie de l’animal par les auteurs (les deux têtes signifient que le serpent a deux sexes). Il ne faut sans doute pas lire dans l’usage du même verbe une totale indifférentiation des deux opérations (lecture symbolique et conjecture zoologique), mais la répétition du verbe souligne tout de même l’ordre des énoncés, qui donne priorité à la première sur la seconde. Cette lecture allégorique est par ailleurs présentée comme obligatoire par le mode indicatif : elle ouvre le sens (du physique vers le moral) et le ferme en même temps (en imposant une interprétation). L’écriture du p. Chmielowski est ainsi à la fois catéchistique (une lecture est imposée) et humaniste (les autorités recensées sont des lecteurs de la Nature).

sources

Pline et Élien : Pline l’Ancien mentionne l’amphisbène dans l’Historia naturalis, VIII 23, « De serpentibus » (éd. Louis Poinsinet de Sivry, Paris, Veuve Desaint, 1771, t. III, p. 390) ; Élien lui consacre le chapitre IX 23 du De Natura animalium (éd. Abraham Gronovius (1695-1775), Bâle, Johann Ludwig Brandmüller, t. I, p. 505). À aucun de ces endroits ces auteurs ne proposent une interprétation de la bicéphalité de l’amphisbène comme trahissant la présence de caractéristiques sexuelles mâles et femelles. Une note de Poinsinet éclaire peut-être la lecture de Chmielowski :

Pline l. 10 ch. 62 parle de deux serpents qui, accouplés ensemble, paraissent ne faire qu’un seul serpent à deux têtes. Serait-ce là le véritable amphisbène ? (éd. cit., n. 4 p. 390)


Une réflexion au sujet de « Des choses rampantes #2 : l’amphisbène »

  1. Ping : Une introduction à Benedykt Chmielowski et à la « Nouvelle Athènes » (1) | Un 18e siècle comparatiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *