Comment l’Europe parlait français (3) : Częstochowa, 1715

Le précédent billet s’est intéressé à la manière dont une méthode de langue de la fin du 18e siècle s’organisait selon une stratégie de patriotisme linguistique, défendant le bon usage des langues européennes contre es abus d’une francophilie approximative (comparable, mutatis mutandis, à l’omniprésence de l’anglais dans les sociétés contemporaines).

En se projetant cette fois-ci au début du siècle, on voudrait plutôt illustrer l’oscillation, au sein d’un même ouvrage, entre un certain souci de qualité du discours (qui se rapproche de la pratique de la conversation), et l’habituelle préoccupation d’efficacité qui motive l’existence des méthodes de langue.

Vignette représentant le monastère de Jasna Góra tirée de Jan Wolski, Dni Pańskie słońcem Boskiego Słowa wypogodzone. To jest kazania na niedziele całego roku (Częstochowa, 1714)

En 1715 sortit de l’imprimerie du monastère de Jasna Góra à Częstochowa un petit manuel intitulé Nowa grammatica Fráncuska i Polska, albo sposob nayskutecznieyßy do náuczenia się tak Polakowi francuskiego, iáko też Francuzowi polskiego języka, dla wygody uczących się [Nouvelle grammaire Française et polonaise, ou moyen très efficace pour apprendre autant, pour un Polonais, la langue française, que pour un Français la polonaise, pour le confort de ceux qui apprennent]. La page de garde est unilingue malgré la réversibilité qu’elle affiche, de même que les deux premières parties de l’ouvrage : cette réversibilité semble plus procéder d’une démarche publicitaire que d’un véritable souci pédagogique.

C’est une adaptation d’un manuel de 1700 (sur lequel je reviendrai peut-être) : Klucz do ięzyka francuskiego to iest grammatika polsko-francuska [Clef de la langue française, soit grammaire franco-polonaise] de Bartłomiej Kazimierz Malicki. La version de Częstochowa connut un grand succès et fut réimprimé en divers endroits dans diverses versions à leur tour adaptées ou abrégées ; l’un d’elle en était en 1772 à sa cinquième édition chez les Piaristes de Varsovie. Le manuel dont il va être question ici n’est donc qu’un avatar dans une longue suite de textes (pour une synthèse sur la question un article est incontournable : Lucjan Grobelak, « Grammaires et manuels de français utilisés dans les collèges polonais de la fin du 17e au 18e siècle », Kwartalnik Neofiliologiczny XXVII, Warszawa, PAN,1980, pp. 301-322).

Page de titre de l’édition varsovienne de 1772, « popiąte po druku podana », donnée à la presse pour la cinquième fois.

A-t-on vraiment pensé au confort des Français qui apprennent le polonais ?

Le manuel de Częstochowa (consultable à la BnF, cote X-29633commence sans préambule par la première partie. Titres en capitales sur toute la largeur de la page, le français en romain sur la première ligne, le polonais en italique sur la seconde. Titres de chapitres sur deux colonnes, en minuscules : français à gauche en romain, polonais à droite en italique : « PREMIERE PARTIE, PIERWSZA CZĘSC, Chapitre premier. De la pronuntiation des letres et sylabes Françoises. Rozdźiał pierwszy. O pronuncyácyey álbo wymowieniu liter i syllab Francuskich. » Le texte qui accompagne l’exposition de l’alphabet (puis une revue systématique des lettres) est entièrement en polonais. Le deuxième chapitre est consacré aux « diftonges Françoises » (où le premier exemple est « aa » comme dans « aage »), le troisième traite « Des apostrophes et accents ». La systématicité de cette section phonétique contraste avec la « Petite instruction pour la pronuntiation des lettres Polonoises » non paginée rejetée à la fin du volume, qui ne compte que deux pages et demie d’exposition sommaire de l’alphabet et de la prononciation polonaise, et se termine par ces mots pleins d’optimisme : « Les autres lettres ne different en rien des lettres Françoises, ce que l’usage vous enseignera ». Cet appendice à destination des francophones souligne bien le caractère non réversible des développements phonétiques de cette première partie.

On en verra un autre exemple dans la seconde partie (consacrée à la grammaire), au troisième chapitre (consacré au « nom et ses déclinaisons »). Logiquement, il présente des tables de déclinaisons, le français (langue-cible) à gauche, le polonais à droite. Il s’agit donc, dans un premier temps, de projeter sur la morphosyntaxe française un modèle flexionnel qui n’est a priori pas le sien (même s’il est celui du polonais). Des groupes prépositionnels sont ainsi donnés comme équivalents des formes synthétiques polonaises. Ces correspondances s’organisent selon un modèle latin de la déclinaison (souligné, dans l’en-tête des tables, par l’usage des adverbes latins singulariter et pluraliter) qui ignore les cas locatif et instrumental, mais propose le génitif régime de od comme équivalent de l’ablatif. Dans la déclinaison de matka manquent ainsi les formes matce (loc. sg.), matką (instr. sg.), matkach (loc. pl.) et matkami (instr. pl.).

Singulariter
 Nom. la mere,  mátká.
Gen.  de la mere, mátki.
Dat.  à la mere, mátce.
Acc.  la mere, mátkę.
Voc.  ò mere, ô mátko.
Abl.  de la mere, od mátki.
Pluraliter
 Nom. les meres,  mátki.
Gen.  des meres, mátek.
Dat.  aux meres, mátkom.
Acc.  les meres, mátki.
Voc.  ò meres, ô mátki.
Abl.  des meres, od mátek.

Le public-cible est donc un locuteur polonais latiniste (ce qui est cohérent tant avec le contexte polonais qu’avec l’origine cléricale de l’ouvrage), et cette approche dénonce la réversibilité proposée dans la titre de l’ouvrage : le francophone qui désirerait apprendre le polonais serait sans doute heureux du parallèle avec le latin, mais buterait rapidement, dans ses lectures ou ses échanges, sur les formes locatives et instrumentales que la grammaire ne lui aura pas signalées.

La troisième partie est dédiée aux « équivoques françaises », lesquelles « sont des mots, ou qui sont écris d’une même maniere. ou qui du moins sont d’une même pronontiation, mais qui ont diverses significations » — bref, aux homophones :

Vn aûtel, Ołtarz.
vn hôtel, Dwor.
vn aûne, Olßa.
vne aûne, Łokieć.

(Aûne au masculin est bien sûr l’aulne — olsza, olcha). Aucune précaution de ce genre n’est prise pour les difficultés similaires que le polonais peut présenter pour les francophones.

Un lexique baroque

La « Nomenclature », ou lexique, est basé sur une segmentation du monde qui n’est pas sans rappeler celle de la Nouvelle Athènes du P. Chmielowski. Dans la partie sur les animaux (4),  « Les Serpens. & Insectes rampans. ou reptiles. » constituent une catégorie à part qui commence par : « Vn Dragon. Smok./uv basilic, bázylißek./vn aspic, pádálec ». Les insectes volants sont une sous-catégories des oiseaux (on y trouve « Vne abeille, à miel, Pßcoła »). La tradition des mirabilia est sensible dans l’organisation des différents chapitres (celui sur les poissons commence par « La Baleine, Wieloryb »). La dernière partie (17) n’est pas à proprement parler un lexique, mais indique au lecteur polonais comment s’adresser, en français, au Pape, au roi, etc… Ce chapitre est non-réversible (instructions en polonais, formes d’adresse en français).

Manuel d’entregent ou méthode Assimil ?

Les « Entretiens ou Discours familiers. Rozmowy álbo Dyskursy Pospolite » qui occupent les p. 255-315 sont plus mondains et non exempt d’une certaine forme d’humour, que nous retrouverons plus tard dans d’autres volumes de dialogues. Ils restent malgré tout embarrassés dans une politesse assez lourde, la partie française comporte un certain nombre d’incorrections grammaticales, et l’inspiration cléricale du vocabulaire ressort dans le long entretien entre un mondain et un prêtre (p. 302-315) qui conclut l’ouvrage.

Que peut-on tirer de la lecture de ces « entretiens familiers » ? Le troisième met en scène un échange « entre deux amis qui se rencontrent ». L’un d’eux a de toute évidence accès à la cour, et le second s’enquiert des dernières nouvelles :

— Que dit-on en Cour ?
— On dit que le Roi doit partir bien tôt ; mais on ne sait point où il doit aller.
— Ne parle-t-on point de guerre ?
— non au contraire de paix ?
— C[r]oïez Vous que nous aurons la paix.
— On le dit, c’est un bruit tout commun. (p. 268)

Cet échange de haute politique se conclut par une offre de service de l’un des deux amis (celui qui est bien informé), et l’autre l’entraîne chez un marchant de drap afin qu’il l’aide à choisir (ce qui constitue l’objet des entretiens 4 et 5). Ces deux homme sont-ils ceux qui, dans les dialogues 8 à 10, voyagent ensemble pour se rendre à une foire aux chevaux, et apprennent à « conter [i.e. compter] avec l’Hôte/porachowania sie z gospodarzem » ? Peut-être, même si les entretiens 1 à 5 sont clairement consacrés à la vie urbaine (avec ses avanies, comme le jeu) et qu’ils sont nettement séparés de l’expédition provinciale de 8-10 par deux dialogues destinés aux dames (6 : « entre deux sœurs », 7 « entre deux dames »).

Le premier de ces dialogues féminins met en scène le réveil des deux sœurs et leur départ pour la messe, car « il y a aujourd’hui indulgence aux Capucins » ; l’une des deux sœurs conseille à l’autre un confesseur « qui confesse très bien » (Podź Waszmość do tego Spowiednika, bardzo on dobry Spowiednik). Quant aux deux dames, l’une reçoit dans son jardin la visite de l’autre. Voici le début :

Sługa najniższa W. M. Mości Pani.

Y ia też wzaiemne znam się bydź sługą W. M. Mości Pani

Jak się W. M. Mościa Pani maß?

Bardzo dobrze do oddania winnych usług moich W. M. Mości Pani : A W. M. Mościa Pani w jakim zostajez zdrowiu?

Zdrowam z łaski Bożey: Jeymość Rodzicielka W. M. Mości Pani w iakim jest teraz zdrowiu? słyßałam że wpadła w apoplexyą.

Jest to rzecz prawdziwa Mościa Pani, y z wielkąśmy ią biedą z tego uzdrowili.

Co za Doktor Jeymość kurował?

Zwyczayny Jeimości Doktor.

Ci są zawße naylepsi, bo się naylepiey znają na temperamencie, (komplexyi) zapewne Wmości powiadam; żem się wielce wespuł z W. M. M. Panią turbowała, a gdybym była nie odiechała na wieś, samabym była to W. M. M. Pani oświadczyła.

Bardzom obligowana W. M. Mości Pani; a dawnożeś W. moia W. M. Mościa Pani ze wśi powrociła?

*

Madame Vôtre très humble servante.

Madame je suis la Vôtre de tout mon cœur. Comment Vous portez vous Madame ?

Fort bien, pour Vous rendre mes très humble services ; et vous Madame comment vous portez-vous ?

Fort bien par la grâce de Dieu : et Madame Vôtre Mere comment se porte-t-elle présentement ? j’ai oüi dire, qu’elle avoit eu une attaque d’apoplexie.

Il est vrai Madame, et nous avons bien eu de la peine à l’en délivrer.

Qui est le Medecin qu’il [sic] a traitée ?

Son Medecin ordinaire.

Ce sont toujours les meilleurs, parce qu’ils connoissent le mieux les temperamens, (les complexions, (je vous assure que j’ai pris grande part à vôtre affliction ; et si je n’avois pas ete à la campagne, je vous l’aurois marqué moi-même.

Je vous suis obligée Madame ; y a-t-il long têms, que vous étes revenuë de la campagne ?

Cet échange de politesses est suivi par un long dialogue sur les plantes et la botanique. On peut y voir un artifice pédagogique (mise en situation du vocabulaire des jardins) dont l’artificialité n’est pas sans rappeler celle des dialogues de la méthode Assimil ; on y lira aussi un indice du statut des femmes dont la vie s’organise autour de la piété et d’un locus amœnus domestique pendant que les hommes affrontent l’extérieur…

Les deux dames tiennent bien une conversation familière en français : il semblerait cependant abusif de parler d’un « banquet des esprits », ou plus simplement d’un art de vivre particulièrement français (et la piété intéressée des deux sœurs renvoie sans que soit nécessaire le moindre détour par la France à la dévotion polonaise).

Il ne s’agit pas de minimiser l’importance, dans la société d’Ancien Régime, de l’institution sociale des visites (wizyty), ni celle, dans la vie ordinaire, de l’échange de nouvelles et du small talk, bien au contraire. Ce que me semblent montrer les dialogues de Częstochowa, en revanche, est que le français est autant (et peut-être davantage, parce que cela exige un moindre degré de compétence linguistique), le véhicule d’échanges ordinaires de ce type, délibérément éphémères, qui (comme la mode du dransk) ont été enregistrés par les manuels sans être appelés à survivre dans les mémoires collectives.

On voit donc cohabiter, dans le manuel, le rayonnement de la cour et des activités certes mondaines (la préparation d’un habit chez le tailleur dans le cas des deux messieurs), mais qui débouchent sur un propos mercantile (la conversation des deux amis enchaîne sur un dialogue « pour acheter »). Et si les deux sœurs se plaisent à parler entre elles en français, il est plus que probable qu’une de leurs amies françaises trouvera bien utile de savoir dire à un page, en polonais :

Chłopce zostań się tu, a przyidzieß dać znać, kiedy będzie czas karetę odesłać.

Petit garçon restez ici, et vous viendrez avertir quand il sera têms d’envoyer le carrosse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *