Une introduction à la Nouvelle Athènes de Benedykt Chmielowski #1 : déchiffrer le monde depuis une bibliothèque ukrainienne

Après deux billets consacrés à présenter de courts extraits du chapitre de la Nowe Ateny (Nouvelle Athènes) de Benedykt Chmielowski, il est temps d’introduire l’ouvrage dans son ensemble. On trouvera donc dans ce billet, qui est le premier d’une nouvelle série dédiée à l’examen plus large de l’ouvrage (laquelle paraîtra concurremment avec les passages sur les serpents) :

  • quelques rapides éléments de contexte ;
  • une traduction, annotée et commentée comme à l’accoutumé, de la page de titre de l’édition princeps du premier tome, qui est peut-être la meilleure introduction possible au monde baroque du p. Chmielowski.

Contexte : histoire éditoriale

Nowe Ateny, en français La Nouvelle Athènes, est la première encyclopédie polonaise ; son auteur, Benedykt Chmielowski, est né en 1700 et mort en 1763. La vie de ce prêtre catholique se confond donc avec la période saxonne qui a vu le règne des rois de la maison de Wettin, Auguste II et Auguste III (et les quelques années de règne de leur concurrent malheureux, Stanisław Leszczyński). Chmielowski a également publié des sermons et s’est aussi fait historien de blason. (On trouvera ici quelques renseignements biographiques supplémentaires).

La Nouvelle Athènes est son ouvrage le plus célèbre. Le tableau ci-dessous en synthétise l’histoire éditoriale (d’après la Bibliografia staropolska d’Estreicher, notices 109974 à 109979, et les pages de titre des tomes concernés) :

Tome Edition princeps Réédition
I
Pierwsza część/Première partie
Lwów, Paweł Józef Golczewski, 1745 Lwów, collège jésuite, 1755
II
Część wtóra/Deuxième partie
Lwów, collège jésuite, 1746 Lwów, collège jésuite, 1754
III
Część trzecia albo Supplement/Troisième partie ou supplément
Lwów, collège jésuite, 1754  
IV
Częsc czwarta, a drugi Supplement/Quatrième partie ou second supplément
Lwów, collège jésuite, 1756  

Cette encyclopédie baroque, témoin d’une pratique tardive d’un savoir humanistique, est donc postérieure à la Cyclopædia d’Ephraim Chambers (1728) et contemporaine de l’Histoire naturelle de Buffon (premier volume en 1749), de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (premier volume en 1751) ou de A Dictionary of the English Language du Dr Johnson (1755). Les Lumières polonaises se nourriront de la réception de ces derniers ouvrages, qui inspireront à Ignacy Krasicki son Zbiór potrzebniejzych wiadomości porządkiem alfabetu ułożonych (Choix d’informations essentielles présentées par ordre alphabétique, 1781), et plongeront l’ouvrage de Chmielowski dans un discrédit dont il mettra du temps à sortir ; mais il constitue assurément, en termes d’histoire des mentalités et de la culture baroque et populaire en Pologne, un document inestimable.

Traduction : Benedykt CHMIELOWSKI, Nowe Ateny, t. I, Lwów [Lviv], 1745, page de titre


NOUVELLE ATHÈNES
OU
ACADÉMIE
PLEINE
DE TOUTE SCIENCE,
RÉPARTIE
SOUS DIVERS TITRES, comme autant de CLASSES,
ÉRIGÉE
comme Aide-mémoire AUX SAGES, comme Instruction AUX IDIOTS, comme réféfence AUX HOMMES D’ÉTAT, comme divertissement AUX MÉLANCOLIQUES.

ALIAS

DE DIEU, de la Pluralité des divinités, du Choix de belles tournures,
de Beaucoup de questions curieuses, D’une collection d’augures,
DES Animaux terrestres, des poissons, des oiseaux, Des Mathématiques,
DES merveilles du monde, des peuples, des Régimes Politiques,
DES Langues et des Arbres, Des Éléments, de la Foi,
des Hiéroglyphes, des Énigmes, des Manières des peuples ;
Chaque pays qui abrite d’étranges Curiosités,
le Monde entier décrit depuis la base, avec brièveté.

Et tout cela a été permis par le grand travail et aux dépens mêmes de l’Auteur
ici ænigmatice désigné :
Pâques approchant, le Printemps commence son nom ;
Son patronyme, dans Bière ou Miel, fait mal au front ! 

C’est-à-dire par le Père BENEDYKT CHMIELOWSKI Doyen de Rogatine,
recteur de Firlejów et de Podkamień.

_________________________________________________________________________________________

À LWÓW
Dans l’atelier de Paweł Józef Golczewski Imprimeur avec Privilège
de Sa Majesté Royale,
l’an de l’Incarnation de la Sagesse Éternelle 1745


Commentaire d’ensemble

La lecture de cette page me rappelle une remarque de Marie-Claire Alain face à la caméra de Bruno Monsaingeon. Après avoir analysé les différentes voix du prélude de choral Der Tag, der ist so freudenreich (BWV 605), l’organiste expliquait que, comme toute l’imagerie religieuse de l’époque, la symbolique de la pièce était très naïve. La lecture de Chmielowski suscite, me semble-t-il, une impression comparable : elle offre à l’intelligence du lecteur un mélange de sophistication et de naïveté qui prouve qu’une grande maîtrise discursive et une certaine absence de scepticisme peuvent tout-à-fait cohabiter dans le même ouvrage.

Le projet de savoir universel de Chmielowski, dûment hiérarchisé (il commence par Dieu ; on se souviendra que le manuel de français de Częstochowa commençait lui aussi son lexique par la théologie), est donc exprimé dans un style qui rappelle, par son macaronisme et son ambition étiologique, celui des almanachs (kalendarzy). La formulation de l’énigme, en particulier, associe un répertoire populaire à l’inventaire à la Kircher du titre. Les deux, cependant, sont unis par la forme mesurée et rimée : le sous-titre (introduit par alias) se lit comme un poème, séparé de l’énigme finale par une nouvelle insertion non mesurée qui, en parlant de l’auteur à la troisième personne, semble introduire une polyphonie dans cette page de titre.

Dans l’inventaire, certaines tendances se dégagent. Les mirabilia le dominent largement : comme dans l’exorde du chapitre sur les serpents, il s’agit de se concentrer sur des phénomènes naturels notables, qui présentent un intérêt particulier dans l’enquête sur le monde (ils se détachent sur le fond de connaissances plus ordinaires), et qui sont aussi plus susceptibles de retenir l’attention de lecteurs avides de « curiosités » (« ciekawości »).

La description du monde est donc avant tout un catalogue de sujets d’étonnement (« kwestji cudne », « questions curieuses »), qui sont finalement dans l’ordre des choses : les « merveilles du monde » (« cudy świata ») procèdent de la nature miraculeuse (cudowna) de la Création. L’encyclopédiste répond à cette diversité du monde par la mise en avant de stratégies de déchiffrement : celle du paganisme avec les oracles, celle du lecteur avec l’énigme finale, et celle de l’érudit chrétien entre les deux. La séquence « des Hiéroglyphes, des Énigmes, des Manières des peuples » introduit ainsi d’abord l’énigme que présentent les hiéroglyphes, écriture figurée ; c’est une énigme en soi, car la lecture des hiéroglyphes est initiation (d’où le sujet des énigmes en général), et c’est une énigme anthropologique, car il s’agit de parler d’un peuple lointain (d’où les manières des peuples). S’il est possible de faire assez simplement sens de cette séquence, d’autres, comme « DES Langues et des Arbres, Des Éléments, de la Foi », peuvent laisser perplexe ; la table des matières, ou la lecture de l’ouvrage, expliciteront l’agencement de ces classes. Quoiqu’il en soit, la page de titre présente un monde décrit selon des catégories signifiantes plutôt qu’inventorié selon l’ordre alphabétique qui domine dans l’encyclopédisme des Lumières (et qu’utilisera Ignacy Krasicki en Pologne). On proposera avec précaution l’hypothèse suivante : l’ordre adopté par Chmielowski pourrait traduire un point de vue réaliste (le monde est fait de substances intrinsèquement liées les unes aux autres), alors que l’ordre alphabétique est celui du langage, et suggérerait une perspective davantage nominaliste. (Il ne faut cependant pas pousser trop loin cette lecture métaphysique ; l’ordre alphabétique répond à un souci de praticité, et n’est par ailleurs nullement exclusif d’une approche taxonomique des savoirs).

Malgré la rupture évidente que les Lumières introduiront avec le mode de pensée de Chmielowski, certains enjeux de la littérature morale ne changent pas dans la Pologne du 18e siècle. Ainsi de l’ivrognerie, à laquelle l’énigme fait allusion, et que les écrivains de la seconde moitié du siècle continueront à combattre (Krasicki e.g. la dénoncera dans ses fables, ses satires et ses uwagi). Par ailleurs, l’émergence d’une classe d’écrivains néoclassiques ouverts à l’étranger et aux idées « philosophiques » sous le règne de Stanisław August ne signifie pas la disparition spontanée du public de Chmielowski ; la famille Doświadczyński, dans le roman de Krasicki (1775), en est assez représentative.

Si l’on peut sourire d’une démarche qui rappelle plus l’Œdipus Ægyptacus (1652-1654) d’Athanasius Kircher qu les travaux de Champollion, il convient de regarder les hiéroglyphes de Chmielowski avec bienveillance : le 17 avril 1758, Joseph de Guignes devait lire devant l’Académie des Inscriptions un « Mémoire dans lequel, après avoir examiné l’origine des lettres phéaciennes, hébraïques, etc. on essaye d’établir que le caractère épistolique, hiéroglyphique et symbolique des Égyptiens se retrouve dans les caractères des Chinois, et que la nation chinoise est une colonie égyptienne ». La rupture est-elle là si évidente entre le compendium baroque et la linguistique des Lumières ? Chmielowski et Guignes essaient, en fin de compte — avec des outils intellectuels et dans des circonstances très différents — de faire la même chose : savoir ce que peuvent signifier les hiéroglyphes, et avec aussi peu de succès. Plus que d’un changement de paradigme, la divergence entre l’entreprise de Chmielowski et les autres discours de avoir au 18e siècle témoigne de variations importantes sur un même fond de libido sciendi.

Notes de traduction

érigéepol. erigowana. Ce latinisme (ou le verbe dont il est dérivé : erygować) n’est pas répertorié dans le dictionnaire de Trotz. Quoiqu’immédiatement intelligible (il n’est d’ailleurs pas en italiques dans l’original), il signale la latinité sous-jacente du texte et suggère la  comparaison topique entre le livre et une architecture (exegi monumentum perrenius aere…), en soulignant l’équilibre et la pérennité.

ALIAS : l’usage de ce mot affectionné de Chmielowski est peu classique : on attendrait plutôt viz. (pour videlicet) avant une liste qui est un détail des matières, et non un titre alternatif. Question de style.

DE dans la traduction, DE (en capitales) rend la préposition O en majuscule, De (initiale majuscule) rend o en minuscule, et de (en bas de casse) remplace l’absence de la préposition, car il est à la longue perturbant d’enchaîner en français ls régimes de de sans répéter la préposition. L’apparition de la préposition polonaise est largement dictée par des exigences métriques, l’ensemble de cette liste étant composée en trzynasytozgłowkowce (tridécasyllabes, qui se décomposent en deux hémistiches de 7 et 6 syllabes), en rimes plates (laquelle domine très, très largement la poésie polonaise).

augures : pl. Sybillów ; il s’agit donc des prophéties des Sybilles, « Sybilli panny » (p. 43). Le pluriel masculin en -ów de la page de titre est difficile à expliquer au regard du genre féminin du mot dans le reste de l’ouvrage. On peut supposer qu’il s’agit moins de rassembler les Sybilles elles-mêmes que leurs oracles, le mot devenant masculin dans son acception métonymique (la prophétesse pour la prophétie). Je ne sais pas si cette lecture est très convaincante : le mot oracle, en français, permet de jouer sur cette polysémie, mais je propose augures dans mon texte pour maintenir une rime.

DES Animaux terrestrespol. O Zwierzu. Le mot zwierz désigne un animal ou une bête, de préférence de grande taille, y compris marine (morze pełne zwierza, Trotz) ; il est ici pris dans un sens collectif (comme nous avons déjà vu gad, et comme l’atteste l’exemple de dictionnaire ci-dessus !), et s’oppose aux deux suivants : il s’agit donc des animaux terrestres, qui sont moins grands que osobliwe (particuliers) ou pryncypalne (principaux, remarquables), termes qui les caractérisent dans le titre du ch. 13.

chaque : pol. co kraj, avec co distributif (cf. de nos jours co raz, co dzień…)

Pâques… mal au front : cette petite énigme est composée de deux trzynastogłoskowce (tridécasyllabes) ; son objet, le nom de l’auteur, l’ouvre et la ferme : imię et nazwisko sont ses premier et dernier mots. Les références nécessaires à son déchiffrement se trouvent dans les almanachs (kalendarzy) et les brasseries : cette énigme est moins un sceau hermétique apposé sur la page de titre qu’un jeu avec la culture populaire des bons catholiques polonais. La conjonction de la forme hermétique et de la bonne chère pourrait faire penser à un clin d’œil rabelaisien, mais cela semble peu probable ; domine plutôt ici la naïveté de l’imagerie religieuse populaire à l’époque baroque et le souci moralisant.

  • Imię est l’objet du premier vers : ce mot désigne soit le nom complet (prénom et patronyme), soit le seul prénom. Les deux sens sont activés concurremment ici : c’est le nom (complet) qui commence (« zaczyna ») par le printemps (car l’indice fait deviner tout le prénom, et pas seulement ses premières syllabes e.g.), mais ce vers par opposition au second est bien consacré au seul prénom de l’auteur (Benedykt, Benoît). La mention du printemps fait reconnaître la fête du saint : si Benoît de Nurcie est aujourd’hui fêté le 11 juillet par l’Église romaine (translation des reliques), il était fêté au 18e siècle le 21 mars (décès), soit au moment de l’équinoxe de printemps. La Saint-Benoît tombe par ailleurs en plein Carême (Wielki Post) et avant le début du Temps de la Passion : c’est en cela qu’elle est « proche de Pâques ». On pourra vérifier cela dans l’Almanach royal pour 1746 (impr. 1745)  — 21 mars, St. Benoît ; 27 mars : dimanche de la Passion ; 10 avril : Pâques — ou dans cet almanach polonais (kalendarz) pour 1726 — St. Benoît : 21 mars, 31 mars : mi-Carême, 14 avril : Rameaux, 21 avril : Pâques). (Si cet almanach polonais pour 1746 semble faire tomber la St. Benoît le 14 mars, même s’il met bien Pâques le 10 avril, c’est parce qu’il répertorie le martyrologe orthodoxe (« z kalendarzem kościoła Greckiego i Ruskiego », cf. page de titre)).
  • Le deuxième vers est consacré sans ambiguïté au patronyme, nazwisko. L’indice est assez transparent et consiste à faire deviner la première syllabe du nom (chmiel), le suffixe -owski étant comme impliqué par le fait qu’il s’agisse d’un nom propre. Chmiel signifie houblon, élément essentiel du brassage de la bière (piwo) et de l’hydromel (miód pitny). L’expression zawracać głowę, que l’on trouve dans le dictionnaire d’Abraham Trotz (un autre ouvrage qu’il faudra présenter dans ce carnet), signifie « faire mal à la tête » au sens physique (Trotz donne comme exemple de cette acception « to wino głowę zawraca », ce vin monte à la tête), mais aussi de manière figurée : « aliéner l’esprit », comme par exemple dans « gładyszka mu głowa zawróciła » : cette jeune beauté lui a fait tourner la tête. L’expression a deux avantages : elle est un avertissement moral contre les méfaits de l’alcool (qui constitue à l’époque un réel problème de salubrité publique en Pologne), et elle a aussi une dimension autoréférentielle : c’est l’auteur qui, en se présentant de manière sybilline, fait tourner la tête à son lecteur.

c’est-à-dire : pl. to jest. L’énigme ne reste pas en suspens : Chmielowski en fournit tout de suite la clef. Si la tradition de l’énigme est renaissante et baroque, et participe d’une conception herméneutique du monde que l’inventaire des classes du texte a rendue évidente, il s’agit moins ici de démultiplier les sens que de présenter de manière figurée un corps doctrinal qui est d’ordre factuel (le lecteur se souviendra de la manière dont Chmielowski impose une lecture allégorique de l’amphisbène).

Références

Rogatine, Firlejów, Podkamień : localités de l’actuelle Ukraine, faisant partie, à l’époque de Chmielowski, du palatinat ruthène (województwo ruskie) : Rohatyn (Рогатин) est la plus importante, et Firlejów (Фірлеїв) est aujourd’hui Lipówka (Липівка) ; elles sont portées sur cette carte.

Paweł Józef Golczewski : Comme on l’a vu plus haut, seul ce premier tome sera publié par cet éditeur léopolitain avant que la publication de l’ouvrage ne soit reprise par le collège jésuite. Golczewski semble s’être spécialisé dans les livres de piété :

Ignacy Chodynicki, Historya… miasta Lwowa, Lwów, Karol Bogusław Pfaff, 1829, p. 416


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *