Des choses rampantes #3 : le basilic (1), ou les mystères d’un serpent mi-coq, mi-dindon

Revenons à nos serpents. Après avoir ouvert le chapitre sur les reptiles par deux courts paragraphes (un prœmium et une notice sur l’amphisbène), le p. Chmielowski aborde une créature beaucoup plus importante : le basilic. L’animal doit son importance à l’abondante littérature (crypto)zoologique et poétique qui s’y rapporte, mais aussi à un contexte plus local : Varsovie est l’un des derniers endroits où l’on aurait observé un basilic à l’époque moderne.

Une belette ceinte de rue attaque un basilic (basilicoq), par Václav Hollar. Source

Je donne ici la traduction des deux premiers tiers de cette notice, c’est-à-dire la description générale de l’animal et la discussion de ses caractéristiques ; le format de cette première partie est donc assez proche de la notice sur l’amphisbène, quoique dans des proportions bien plus importantes. Le dernier tiers, contenant le récit de l’incident du basilic de Varsovie (1587), viendra plus tard. Ce n’était pas mon dessein d’origine : dans la mesure où la notice est constituée d’un seul paragraphe massif, je voulais en donner la traduction complète. Cela s’explique par deux facteurs :

  • le début de la notice est un véritable palimpseste de sources et mérite déjà beaucoup de commentaires ;
  • le récit de l’incident varsovien demande aussi un important recensement de sources et a par ailleurs fait, de la part de plusieurs cryptozoologistes, l’objet de traitements parfois approximatifs qui demandent à être corrigés.

 

Traduction : Benedykt CHMIELOWSKI, Nowe Ateny, t. I, Lwów [Lviv], 1745, p. 497-498


     LE BASILIC, en Latin BasiliscusRegulus, est un genre de Serpents étranges, natif d’Égypte selon Solin, qui par son venin dessèche les arbres, sans oublier les êtres vivants et sentants, c’est-à-dire les Hommes, les Animaux. Sa forme est modelée sur celle du Coq, arborant des taches blanches comme une couronne, quoiqu’il soit semblable aussi au dindon. Au bas du corps il a une queue de serpent, il marche sur deux [498] pieds, il est jaune sous les ailes. Par son regard il tue ceux qui regardent sa gueule, sa tête, ses yeux, mais pas le reste de son corps : quand on place un miroir devant ses yeux, il meurt après y avoir porté son regard, puisqu’en effet dolor ipsius in caput ejus. Certains affirment, d’après les Naturalistes, que si le BASILIC porte le premier les yeux sur une bête, il la tue, mais que s’il est d’abord observé par l’animal, il doit mourir. Delrio cependant, et Kircher cum recentioribus suggèrent de manière convaincante que ce Serpent ne tue pas par des Yeux venimeux, mais qu’étant plein d’un venin très actif, il infecte l’air autour de lui, lequel infecte Subjecta et Objecta capacia. Il se trouve des Autores plus récents, comme Delrio, etc., qui ne sont pas d’accord avec l’opinion générale selon laquelle le BASILIC devrait se tuer devant un miroir, car ces qualitates venimeuses ne peuvent lui être nuisibles car connaturelles, nées avec lui, et résidant toujours en lui, alias même sans miroir, elles le tueraient. Aucun Auteur n’a proprement décrit sa genesim : Certains estiment que c’est monstrosus partus casu naissant, et non d’une semence : D’autres supposent qu’il naît d’un œuf de Coq, prétendant que le coq dans sa vieillesse, à l’âge de neuf ans, pond, et de honte enfouit l’œuf dans le crottin de cheval, qui par sa chaleur met au Monde ce terrible embryon, ce qui est ridiculum pour les Sages. Ce Serpent a un odium naturel pour la Belette et la Rue ; pour cette raison, ces petits animaux portent de la rue dans leur gueule, comme une arme puissante contre lui, et ainsi sont immunisés contre le venin du BASILIC. Une fois qu’on a introduit cette petite adversaire dans son trou, il doit mourir, selon Solin. •••


Commentaire d’ensemble

Le basilic est un genre de serpents étranges… Cette notice est un véritable palimpseste ; si quelques sources sont citées, la première phrase est, déjà, une paraphrase du Polyhistor de Solin : « basiliscum […] malum in terris singulare ». Certains « faits » relatifs au basilic ne sont pas sourcés (l’aversion pour la rue, par exemple, qui se trouve chez Aldovrande), mais ce n’est, d’une certaine manière, pas très grave : quelles données observationnelles ou expérimentales le p. Chmielowski pourrait-il apporter ? Ce palimpseste cousu de multiples sources poursuit la tradition textuelle qui, pour employer une image herpétologique fort appropriée, est comme un serpent qui se mord la queue.

Expliquer un tel passage pose un certain nombre de problèmes textuels, parce qu’un animal comme le basilic est, littéralement, un être de papier : il n’existe pas de référent contre lesquels on puisse éprouver les descriptions. Les seuls problèmes qu’ils posent sont des problèmes relatifs à la tradition, mais pas à une connaissance réelle du monde. En ce sens, la Nouvelle Athènes est diamétralement opposée à la démarche de Josephus Nicolaus Laurenti (1735-1805). Dans sa thèse Specimen Medicum, Exhibens Synopsin Reptilium Emendatam cum Experimentis circa Venena (1768), ce médecin autrichien liste pour chaque espèce de reptile descriptio, varietas, habitatio, mores, et surtout experimenta, la connaissance sortant de l’ordre du textuel et de la tradition pour s’affronter aux spécimens — alors qu’il n’existe pas, et pour cause, de spécimen de basilic, à mois qu’ils ne soient par exemple « une petite raie que [les charlatans] prennent soin de conformer bizarrement pour en imposer au peuple » (et si c’est là l’avis sans nuance de Poinsinet de Sivry, Athanasius Kircher pensait déjà la même chose du spécimen qu’il avait vu).

Chmielowski semble donc incarner, fort avant dans le 18e siècle, un savoir livresque, traditionnel, philologique, en opposition au savoir expérimental, à cette « historiam naturalem et experimentalem, veram et severam (missis philologicis) » qu’appelait de ses vœux Francis Bacon en 1620 dans l’Instauratio magna (Bacon lui-même faisant profession d’écrire dans ses essays d’une manière « whereof a man shall find much in experience, and little in books »). Il est certain qu’il faut des philologues pour comprendre ce qu’écrit Chmielowski, qui travaille plutôt missis experimentatoribus (en se passant des expérimentateurs)…

Est-ce à dire que l’expérience et le bon sens (celui de Thomas Reid) n’ont aucun poids dans l’écriture de notre compilateur ? Pas tout-à-fait. Si la naïveté dont je parlais dans le billet précédent est sans doute confirmée par ce chapitre (de toute évidence, Chmielowski ne lit pas ses sources avec l’œil critique d’un philologue comme Poinsinet), celui-ci n’en porte pas moins les traces d’une forme d’exercice critique : l’adverbe d’énonciation jakoby, pour parler d’un coq qui pond un œuf, et une condamnation macaronique : co jest ridiculum ; un adverbe évaluatif, dowodnie… Si Chmielowski se tient en retrait et cite sans cesse, son texte est tout de même (légèrement) modalisé ; et par ailleurs, la tradition elle-même propose des doutes.

Le meilleur indice de ces hésitations de notre philologicus ruthène est sans doute le bricolage zoo-philologique que représente l’introduction du dindon, volatile américain, dans la réflexion. En allant chercher ce nouvel animal, Chmielowski propose une solution non dénuée d’élégance pour réconcilier les incohérences de la tradition, qui peine à produire un discours général et ne fait que multiplier les espèces et les cas particuliers. Et après tout, Chmielowski a-t-il tort ? Sur le sujet du basilic, il n’y a rien de vrai à savoir ; et dans la mesure où il a prouvé qu’il maîtrisait la tradition, il est bien libre d’inventer un peu.

Notes de traduction

arborant… dindon : pol. białe makuły jak koronę noszący, lub też podobny do Indyka. Au vu de ce qui vient d’être dit (la ressemblance avec le coq), on s’attendrait à ce que la couronne représente la crête du coq (cf. la gravure de Hollar ci-dessus) ; mais cet appendice (1) s’appelle au 18e siècle comme aujourd’hui grzebień (littéralement peigne, cf. l’anglais (cocks)comb) ; (2) est rouge ; (3) semble difficilement assimilable à une (ou plusieurs) « tache(s) ». Le caroncule présente bien régulièrement chez le coq des taches blanches, mais il est aussi surtout rouge, et il est difficile d’y voir une couronne, surtout chez un animal pourvu d’une crête : bref, on tourne en rond.

Ce passage est en réalité une traduction quasi littérale de l’Historia naturalis (VIII, 21) de Pline : « hunc [i.e. basiliscum…] candida in capite macula ut quodam diademate insignem » (si Solin est la source avouée du passage, les taches sont absentes de son texte : « alba quasi mitrula lineatus caput »). Voilà un problème textuel est résolu, mais il n’en reste pas moins que ces taches blanches sur la tête entrent en concurrence avec la crête du coq ; et ce ne sont pas des auteurs antiques comme Pline et Solin qui ont pu suggérer la ressemblance avec le dindon, volatile endémique d’Amérique du Nord.

Le véritable problème est que Chmielowski essaie ici de concilier deux descriptions du basilic, une antique, et l’autre médiévale. D’une part, Pline fait état d’un petit serpent « xii non amplius digitorum magnitudine », qui devient chez Solin encore plus petit : « serpens est pæne ad semipedem longitudinis » (sachant que 1 pes = 16 digiti ≈ 29,6 cm, le basilic fait donc au plus 22 cm chez Pline, et presque 15 cm chez Solin). D’autre part, le Moyen Âge, probablement influencé par la naissance à partir d’un œuf de coq (cf. infra), a donné au basilic des caractéristiques aviaires, et en a fait à proprement parler un hybride, que Chaucer dans les Contes de Cantorbéry (l. 854) désigne par un mot-valise : basilicok.

Dans le compendium de Chmielowski, deux caractéristiques, issues de deux sources différentes, entrent donc en conflit : d’une part, un trait anatomique motivé par le nom et le statut de l’animal (la couronne) ; d’autre part, l’hybridité, qui contribue à rendre l’animal monstrueux (bien davantage que la petite taille que lui prêtent Pline et Solin), et qui survit à l’époque baroque (comme en témoigne Václav Hollar). La solution de Chmielowski consiste à proposer, comme une interpolation dans la tradition (introduite par lub też), un gallinacé alternatif (le dindon) qui, n’ayant pas de crête, peut recevoir sur la tête un tache blanche en forme de couronne.

Le basilic de Chmielowski représente donc d’une certaine manière un nouveau stade d’hybridation. Le basilic-petit-serpent-couronné (regulus) et le basilicoq (gallus monstruosus cauda anguina) sont par exemple nettement distingués par Aldrovande ; il faut donc imaginer la tête de l’animal de Chmielowski plutôt comme celle du basilic selon la planche xi du De Serpentibus de Jan Jonston (dont le corps ne correspond en revanche absolument pas à la description de Chmielowski). C’est tout le problème de la description d’animaux imaginaires : sans référent réel contre lequel éprouver les descriptions, l’animal est, littéralement, un être de papier, construit par la tradition textuelle et entièrement dépendant d’elle.

ne sont pas d’accord : pol. nie pozwalają. Trotz dans son dictionnaire recense un sens assez technique du verbe :

pozwalam czego […] 3) terme de dispute : accorder à quelqu’un quelque chose ; admettre, approuver, trouver raisonnable ; tomber, demeurer d’accord

Chez Chmielowski se poursuit la grande conversation transséculaire de la culture classique, où les auctores se confirment ou se démentent les uns les autres. À cet affrontement livresque, il faut peut-être superposer l’esprit critique du prêtre ukrainien lui-même, cela dit.

connaturelles : pol. konnaturalne. Le mot est un emprunt direct au latin de Delrio (cf. infra), et n’est évidemment pas lexicalisé dans la langue polonaise de l’époque.

d’un œuf de Coqpol. z jaja Koguciego. Les coqs ne pondent évidemment pas d’œufs, sauf dans la légende du basilic. L’intérêt du passage est ici son caractère elliptique : kogucie est un adjectif, mais il faut en extraire le substantif kogut pour donner leur sujet aux verbes suivants (zniesie sięzakopuje). En d’autres termes, le syntagme jaje kogucie est suffisamment marquant pour rethématiser la phrase — car si l’on remonte la chaîne syntaxique à la recherche d’un sujet singulier, le dernier en date est to dans « c’est un monstruosus partus », c’est-à-dire le basilic lui-même.

Références

SolinGaius Julius Solinus, compilateur romain du 3e siècle, auteur du Polyhistor ou De mirabilibus mundi, catalogue de mirabilia. Solin ne dit pas vraiment que la basilic naît en Égypte, mais plutôt dans les déserts au sud de la Cyrénaïque (« Cyrenis […] a tergo […] solitudo inaccessa, inculta et squalens, quæ Basiliscum creat »), et attribue le fait que les belettes aillent tuer le basilic dans sa tanière à l’action humaine : « Mustelis tantum vincitur, quas illinc homines inferunt carvenis in quibus delitescit ». (On peut consulter l’ensemble du passage sur Gallica).

dolor ipsius in caput ejus : citation fragmentaire du Psaume VII, v. 17, dans la Vulgate (dont les versions modernes hésitent entre ejus et ipsius) :

L’absence du verbe dans la citation abrégée de Chmielowski n’est pas gênante, dans la mesure où le sens reste intelligible (avec in + accusatif, forcément illatif) ; mais elle crée une double impression d’autorité et de familiarité, attendue de bons catholiques comme l’auteur comme ou le lecteur(-modèle) de la Nouvelle Athènes. À la lumière de cette citation biblique, le basilic devient par ailleurs l’exemple vivant (vivum exemplum) du châtiment de l’injuste décrit dans le psaume ; où l’on retrouve la lecture augustinienne déjà entr’aperçue au sujet de l’amphisbène, dans un registre plus ouvertement théologique.

Delrio Martinus Antonius Delrio ou Martín Antonio del Río (1551-1608), jésuite né dans les Pays-Bas espagnols, auteur des Disquisitionum magicarum libri sex (1599–1600). Je ne me risquerai pas à un commentaire sur cet ouvrage, dans la mesure où la somme récente de Jan Machielsen (dont l’introduction est disponible en ligne) dresse un bilan magistral sur l’auteur et son œuvre. Je me contenterai de souligner que l’un des points soulevés par J. Machielsen dans son ouvrage est que Delrio travaille non à partir d’une expérience d’inquisiteur, mais de sources livresques, et que c’est précisément cette démarche qui pose problème à Chmielowski — on retrouve là l’idée que la tradition se mord la queue.

Pour ce qui est de la source de Chmielowski, elle se trouve dans les Disquisitiones, I, iii, 4 :

violento halitu ac virulento vicinum inficit ærem, iste necat accedentes. […] Quod addunt si se un aqua pura et limpida conspiciat, ipsummet emori : dicam verbulo, non credo. Nam si spiritus isti ex ejus oculis exirent, ipsi videnti forent connaturales, qua re nec interimerent : sin connaturales non sint prius in oculis inclusi, debuerant nocuisse : ab aqua vero eos infici et venenari ridiculum.

Kircher cum recentioribusdans son Magnes (traité de l’aimant, 1643), III ix 2, Athanasius Kircher explique qu’il est impossible, en vertu de lois physiques, que le basilic et le catoplébas tuent par leur seul regard (« Basiliscum et Catoplebam intuitu solo obvios interimere […] At hæc omnia falsa esse ut ostendam »), et on a déjà cité plus haut le passage de Delrio. Parmi les autres auteurs modernes à s’être prononcés sur la question, on citera Étienne de Melles (1620-1683), professeur de philosophie au collège du Plessis-Sorbonne et auteur d’un Novum totius philosophiae syntagma (1659), où l’on peut lire (p. 175) :

Basiliscus, si non est, quo d eo narratur, fabulosum, non occidit eum quem intuetur, nisi spiritus lethales per aerem emittendo.

On notera que le pouvoir maléfique de son haleine a déjà été souligné en ouverture de la notice, dans le sillage de Pline et surtout de Solin : « corrumpit auras, ita ut æra nulla alitum impune transvolet, infectum spiritu pestilenti ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *