L’erreur de d’Alembert : un souvenir parisien de Jan Śniadecki

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer (dans le billet inaugural de la catégorie L’Europe en ses langues) la réticence des Français du 18e siècle à prononcer correctement les langues étrangères ; et aujourd’hui encore, on a tendance, en regardant un texte écrit en polonais, à le juger un peu vite « imprononçable ». Dans ce billet, on trouvera le témoignage d’un Polonais qui a eu l’occasion, au 18e siècle, de détromper un de ses amis parisiens à ce sujet. L’anecdote est prestigieuse, car l’ami français n’est autre que d’Alembert, et elle me fournit en excellent prétexte pour introduire le Polonais : Jan Śniadecki.

Portrait de Jean le Rond d’Alembert (1717-1783), huile sur toile d’après un pastel de Quentin de La Tour, 54.7 x 44.8 cm

Lire la suite

Les problèmes de rangement de l’atelier Golczewski : sur la confusion de caractères romains et cyrilliques (Lwów, 1746)

À l’occasion du premier volet de l’introduction à la Nouvelle Athènes, j’ai consacré une note rapide au premier imprimeur du premier tome de l’ouvrage, Paweł Józef Golczewski. Ce billet est consacré à poser les bases d’une enquête sur les fontes typographiques utilisées dans son atelier : si, de fait, on ne sait pas grand’chose de cet éditeur léopolitain, un détail dans la typographie de la Nouvelle Athènes offre un éclairage instructif sur la librairie ruthène du 18e siècle.

Lwów (Львів, Lviv, Lemberg, Leopol) dans le dernier quart du 18e siècle, soit un peu plus tard que le floreat de Paweł Golczewski. Malheureusement, les pages de titre de ce dernier ne portent pas d’indication précise d’adresse (source : Polona.pl ; cliquer sur l’image).

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (4) : Varsovie, 1780

En 1780 parut chez Michał Gröll, l’un des plus importants libraires varsoviens de l’époque stanislavienne, un ouvrage anonyme intitulé Bardzo łatwe rozmowy dla chcących się uczyć Polskiego y Francuskiego Języka. Très faciles dialogues pour ceux qui apprennent les langues Polonoise et Françoise (l’ouvrage connut une réédition en 1811). Composé de manière rigoureusement symétrique, et se veut complètement réversible : il s’agit autant de permettre au Polonais d’apprendre le français par ses propres moyens que d’offrir au voyageur français en Pologne un manuel pratique de conversation.

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (3) : Częstochowa, 1715

Le précédent billet s’est intéressé à la manière dont une méthode de langue de la fin du 18e siècle s’organisait selon une stratégie de patriotisme linguistique, défendant le bon usage des langues européennes contre es abus d’une francophilie approximative (comparable, mutatis mutandis, à l’omniprésence de l’anglais dans les sociétés contemporaines).

En se projetant cette fois-ci au début du siècle, on voudrait plutôt illustrer l’oscillation, au sein d’un même ouvrage, entre un certain souci de qualité du discours (qui se rapproche de la pratique de la conversation), et l’habituelle préoccupation d’efficacité qui motive l’existence des méthodes de langue.

Vignette représentant le monastère de Jasna Góra tirée de Jan Wolski, Dni Pańskie słońcem Boskiego Słowa wypogodzone. To jest kazania na niedziele całego roku (Częstochowa, 1714)

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (2) : Copenhague, 1797

Après un premier billet où j’ai présenté l’intérêt d’un parcours bibliographique parmi les méthodes de langues modernes dans le contexte d’une réflexion sur le statut de la langue française dans l’Europe du 18e siècle, il est temps maintenant de lire l’un de ces manuels : ce sera les Principes généraux de la langue danoise, avec un abrégé des curiosités de la ville de Copenhague et des environs de cette capitale (Copenhague et Leipsig, Proft & Storch, 1797) par Mathias Hagerup, professeur à l’académie des cadets de marine de Copenhague.

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (1) : entre plaisir lettré et communication efficace

C.W. Eckersberg (1783-1853), Scène de Jean de France (I, 6) de Ludvig Holberg, 1812. Source : smk.dk

Il ne fait guère de doute que L’Europe, selon le mot de Marc Fumaroli, parlait français au 18e siècle ; mais de quelle manière ?

Ce carnet est dédié à une approche comparatiste du 18e siècle ; et l’un des premiers outils de ce comparatisme est la polyglossie. C’est pourquoi je me propose d’inaugurer ce carnet par une série de billets (dont le nombre n’est pas encore fixé) sur le sujet des rapports qui existaient au 18e siècle entre la langue française et d’autres langues modernes ; ces langues seront surtout les « langues rares » de l’Europe médiane et septentrionale, en particulier, en l’état actuel de mes dépouillements, le polonais et le danois.

Lire la suite