Le doctorant et les iconoclastes. Réflexions sur la pseudo-histoire littéraire

You find people like that on the fringes of scholarship — genuinely brilliant, sometimes — but cracked, you know, possessed by some crazy idea that has no basis in reality, but which seems to them to hold the key to understanding the whole cosmos.

Philip Pullman, Lyra’s Oxford

1 / Le serpent de mer dans le métro

J’avais de grands espoirs pour ce billet : une présentation plus avancée de la philosophie de Jan Śniadecki, ou bien une introduction au dictionnaire polonais de Michel Abraham Trotz, ou simplement la suite de la traduction de Chmielowski. Mais j’ai été détourné de ces louables intentions par une affiche du métro : dans un théâtre parisien, quelqu’un « fait monter l’histoire sur scène », et sur scène pose la question : « Molière a-t-il vraiment écrit toutes ses pièces ? ». Tout d’un coup, j’avais en face de moi un de ces serpents de mer qui hantent « the fringes of scholarship », les confins de l’érudition.

Pour un doctorant en littérature comparée qui s’est spécialisé depuis huit ans  dans l’étude de la littérature européenne à l’époque moderne, c’est un coup rude à encaisser après une journée de rédaction de thèse. Tous les « À quoi bon ? », « Nous chercheurs, on sert à rien » qui nous turlupinent régulièrement reviennent : à quoi bon passer sa journée à disséquer des problèmes linguistiques, historiques, interprétatifs — parce que l’on aime ce que l’on fait, parce qu’on sait qu’on doit remplir des critères de preuve et parce que, sur le plan humain, on ne veut pas décevoir la directrice de thèse qui lit (et colorie en rouge) les pages qu’on lui envoie — si, finalement, faire de l’histoire littéraire, c’est être dans l’ombre de ça ? Servons-nous encore à quelque chose dans une société où se développe une histoire littéraire alternative et fumeuse qui vend des places de théâtre ?

Le serpent de mer selon Erik Pontoppidan, The Natural History of Norway, trad. anon., London, A. Linde, 1755, t. II, pl. 27. Image du bandeau de titre : Gerhard de Veer, Carte de la Nouvelle-Zemble (1601), où l’on voit les étonnantes créatures qui peuplent les eaux du passage du nord-est.

Ce long billet est consacré à exposer mon point de vue sur la question. Il comprend un peu plus de 10000 mots et prend environ 50mn à lire. Il est divisé en dix chapitres et un aparté :

  1. la présente introduction ;
  2. Comment tuer le serpent de mer ? présente la nature de ma contribution, comme jeune chercheur, au débat sur la pseudo-histoire littéraire, qui combine une réflexion sur la place de l’université dans la société et une approche analytique et logique ;
  3. Logique et sens du mélodrame analyse les rapports entre logique et rhétorique dans le contexte polémique de la pseudo-découverte selon laquelle Corneille aurait écrit tout ou partie des œuvres de Molière. Dans ce chapitre, je commence à avoir recours au langage symbolique de la logique, et y aurai recours jusqu’en 8 ;
  4. Molière et les cygnes noirs traite, à partir de Popper, la question de la preuve dans la critique d’attribution considérée comme une discipline empirique, et conclut qu’on ne peut pas prouver empiriquement que Corneille a écrit L’École des femmes. Ce chapitre est suivi d’un Aparté qui justifie l’emploi, en contexte de SHS, de la falsifiabilité de Popper, qui ne va pas de soi ;
  5. Prospective intellectuelle ou pétition de principe ? examine, au regard de la conclusion précédente, la pertinence de la démarche cornéliste comme effort d’exploration intellectuelle ;
  6. Peut-on sauver le projet cornéliste ? examine sous quelles conditions il est logiquement possible de considérer que, pourvu qu’on tienne pour vrai que Molière n’a pas écrit telle ou telle pièce, cela voudrait dire que Corneille en est l’auteur ;
  7. Exit Agnès ! L’École des femmes comme relation logique contient la réduction à l’absurde de l’argument présenté au chapitre précédent ;
  8. L’option relativiste envisage la possibilité, au regard de l’échec de l’enquête logique, de défendre l’hypothèse cornéliste au nom d’un « chacun sa vérité ». C’est le dernier chapitre où seront présentées des formules et des calculs logiques sous forme symbolique ;
  9. Les universitaires, les sophistes et l’esprit critique revient, au regard des conclusions précédentes, sur la dimension sociétale du problème ;
  10. Littérature, logique et sophistique examine enfin la pertinence d’une enquête logique du type de celle présentée ici dans le domaine des humanités.

Le lecteur pressé peut lire les chapitres 2, 8 (fin), 9 et 10 pour avoir la teneur de la réflexion sociétale.

Lire la suite

Parmentier et la brambora : autour des voyages de la pomme de terre au 18e siècle

Il y a cinq jours, le 12 août, on pouvait célébrer le 280e anniversaire de la naissance d’Antoine Parmentier, promoteur de la culture de la pomme de terre en France. Je ne suis pas du tout historien de l’agriculture ou de la table, et n’ai pas l’ambition d’apporter à ce sujet des éléments de recherche originaux. Mais cet anniversaire a été l’occasion, pour le dix-huitiémiste que je suis maintenant, de se rappeler un souvenir d’enfance, qui résonne (à sa petite échelle) dans le contexte d’une actualité plus vaste.

Edward Hartwig (1909-2003), champ de pomme de terre dans le wojewódstwo krakowskie, 1956. (Source : Polona.pl ; œuvre diffusée avec l’autorisation des héritiers de l’artiste, reproduction ou altération totale ou partielle à des fins commerciales interdite).

Lire la suite

Pour un 18e siècle comparatiste

Pour introduire un carnet d’esquisses : Brouillons d’architecture par le Comte Stanislas Potocki, c. 1800, sépia sur papier. Source : Polona.pl

Bienvenue sur ce carnet Hypothèses.org !

C’est avant tout un carnet d’esquisses, qui devrait me permettre de mettre au clair un certain nombre d’idées issues de ma recherche et de les partager avec la communauté des chercheurs, mais aussi avec le public curieux.

Lire la suite