Des choses rampantes #4 : le basilic (2). Un basilic à Varsovie !

Voici la fin de la notice de Benedykt Chmielowski consacrée au basilic. Comme précisé dans le billet précédent, elle s’enchaîne avec le reste du texte sans aucun retour à la ligne : la séparation est de mon fait, pour aérer la publication sur le carnet (et publier le début un peu plus vite). La fin de cette notice fait donc état de deux observations du basilic : l’une à Rome, au 9e siècle, expédiée en une phrase ; l’autre, à Varsovie, en pleine Renaissance, qui est développée sous la forme de ce qu’André Jolles propose dans Formes simples d’appeler un mémorable.

Le basilic de Varsovie aujourd’hui (Rynek Starego Miasta 5). Source

Dans ce billet, je continue à traduire et à « remarquer » le texte de Chmielowski, en recensant ses sources et en commentant sa stylistique, et ce qu’elle nous apprend de l’état d’esprit de notre encyclopédiste ruthène. J’en propose aussi un commentaire général un peu long ; d’une part, parce que ce fragment de paragraphe me semble intéressant du point de vue de la critique textuelle, et d’autre part parce que cette anecdote varsovienne a fait l’objet, sur internet et à la presse, de traitements cryptozoologiques approximatifs. Elle m’intéresse en tant qu’historien de la littérature, des idées, de l’Europe centrale et/ou de l’époque moderne, et il m’a semblé que face à la concurrence des historiens du bizarre, elle méritait d’être traitée et analysée avec soin.

Lire la suite

Parmentier et la brambora : autour des voyages de la pomme de terre au 18e siècle

Il y a cinq jours, le 12 août, on pouvait célébrer le 280e anniversaire de la naissance d’Antoine Parmentier, promoteur de la culture de la pomme de terre en France. Je ne suis pas du tout historien de l’agriculture ou de la table, et n’ai pas l’ambition d’apporter à ce sujet des éléments de recherche originaux. Mais cet anniversaire a été l’occasion, pour le dix-huitiémiste que je suis maintenant, de se rappeler un souvenir d’enfance, qui résonne (à sa petite échelle) dans le contexte d’une actualité plus vaste.

Edward Hartwig (1909-2003), champ de pomme de terre dans le wojewódstwo krakowskie, 1956. (Source : Polona.pl ; œuvre diffusée avec l’autorisation des héritiers de l’artiste, reproduction ou altération totale ou partielle à des fins commerciales interdite).

Lire la suite

Des choses rampantes #3 : le basilic (1), ou les mystères d’un serpent mi-coq, mi-dindon

Revenons à nos serpents. Après avoir ouvert le chapitre sur les reptiles par deux courts paragraphes (un prœmium et une notice sur l’amphisbène), le p. Chmielowski aborde une créature beaucoup plus importante : le basilic. L’animal doit son importance à l’abondante littérature (crypto)zoologique et poétique qui s’y rapporte, mais aussi à un contexte plus local : Varsovie est l’un des derniers endroits où l’on aurait observé un basilic à l’époque moderne.

Une belette ceinte de rue attaque un basilic (basilicoq), par Václav Hollar. Source

Lire la suite

Une introduction à la Nouvelle Athènes de Benedykt Chmielowski #1 : déchiffrer le monde depuis une bibliothèque ukrainienne

Après deux billets consacrés à présenter de courts extraits du chapitre de la Nowe Ateny (Nouvelle Athènes) de Benedykt Chmielowski, il est temps d’introduire l’ouvrage dans son ensemble. On trouvera donc dans ce billet, qui est le premier d’une nouvelle série dédiée à l’examen plus large de l’ouvrage (laquelle paraîtra concurremment avec les passages sur les serpents) :

  • quelques rapides éléments de contexte ;
  • une traduction, annotée et commentée comme à l’accoutumé, de la page de titre de l’édition princeps du premier tome, qui est peut-être la meilleure introduction possible au monde baroque du p. Chmielowski.

Lire la suite

Des choses rampantes #2 : l’amphisbène

On trouvera ici une courte suite au précédent billet consacré à la Nouvelle Athènes de Chmielowski. Le prochain billet de cette série sera consacré à une présentation plus générale du texte et de l’auteur.

Après l’entrée en matière du premier paragraphe, Chmielowski commence donc l’inventaire « De Reptilibus, albo o Gadzie » (d’après le titre courant de la page 497) à l’amphisbène.

L’amphisbène, symbole de la discorde civile, par Václav Hollar (1607-1677). Chmielowski substitue à cette interprétation politique une interprétation psychologique. Source

Lire la suite