Comment l’Europe parlait français (2) : Copenhague, 1797

Après un premier billet où j’ai présenté l’intérêt d’un parcours bibliographique parmi les méthodes de langues modernes dans le contexte d’une réflexion sur le statut de la langue française dans l’Europe du 18e siècle, il est temps maintenant de lire l’un de ces manuels : ce sera les Principes généraux de la langue danoise, avec un abrégé des curiosités de la ville de Copenhague et des environs de cette capitale (Copenhague et Leipsig, Proft & Storch, 1797) par Mathias Hagerup, professeur à l’académie des cadets de marine de Copenhague.

Lire la suite

Comment l’Europe parlait français (1) : entre plaisir lettré et communication efficace

C.W. Eckersberg (1783-1853), Scène de Jean de France (I, 6) de Ludvig Holberg, 1812. Source : smk.dk

Il ne fait guère de doute que L’Europe, selon le mot de Marc Fumaroli, parlait français au 18e siècle ; mais de quelle manière ?

Ce carnet est dédié à une approche comparatiste du 18e siècle ; et l’un des premiers outils de ce comparatisme est la polyglossie. C’est pourquoi je me propose d’inaugurer ce carnet par une série de billets (dont le nombre n’est pas encore fixé) sur le sujet des rapports qui existaient au 18e siècle entre la langue française et d’autres langues modernes ; ces langues seront surtout les « langues rares » de l’Europe médiane et septentrionale, en particulier, en l’état actuel de mes dépouillements, le polonais et le danois.

Lire la suite