L’erreur de d’Alembert : un souvenir parisien de Jan Śniadecki

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer (dans le billet inaugural de la catégorie L’Europe en ses langues) la réticence des Français du 18e siècle à prononcer correctement les langues étrangères ; et aujourd’hui encore, on a tendance, en regardant un texte écrit en polonais, à le juger un peu vite « imprononçable ». Dans ce billet, on trouvera le témoignage d’un Polonais qui a eu l’occasion, au 18e siècle, de détromper un de ses amis parisiens à ce sujet. L’anecdote est prestigieuse, car l’ami français n’est autre que d’Alembert, et elle me fournit en excellent prétexte pour introduire le Polonais : Jan Śniadecki.

Portrait de Jean le Rond d’Alembert (1717-1783), huile sur toile d’après un pastel de Quentin de La Tour, 54.7 x 44.8 cm

Qui est donc Jan Śniadecki ?

Jan Chrzciciel Władysław Śniadecki (1756-1830), natif de Żnin, est d’abord un mathématicien et un astronome polonais, ami de d’Alembert, comme on va le voir, visiteur de William Herschel à Bath, auteur d’ouvrages de mathématiques et d’astronomie. Il fit une brillante carrière académique, au cours de laquelle il témoigna de son attachement aux idées des Lumières. Il fut longtemps professeur d’astronomie et de mathématiques supérieures à l’université de Cracovie, et participa aux côtés de Hugo Kołłątaj à la réforme de l’enseignement en Pologne, occupant à certains moments des postes importants dans l’administration de la  et de la Commission d’éducation nationale (Komisja edukacji narodowej). Après le dernier partage de la Pologne, il accepta de devenir recteur de l’université de Vilnius, et passa la fin de sa vie en Lituanie.

Jan Śniadecki vers la fin de sa vie, comme directeur de l’observatoire universitaire de Vilnius. (Jan Rustem, huile sur toile, 1823).

Sur le plan philosophique, Śniadecki est un empiriste admirateur de Bacon, de Locke et de Condillac. Son opus magnum philosophique, Filozofia umysłu ludzkiego (Philosophie de l’esprit humain, 1822-1834), témoigne de l’influence de la filozofia szkocka (la « philosophie écossaise », terme polonais pour désigner la philosophy of common sense promue inter alios par Thomas Reid), mais constitue un ouvrage original qui se veut une réponse empiriste au kantisme.

Le pan de son œuvre qui m’intéresse le plus (ou au moins le plus directement) relève de la philosophie et de la critique littéraire. Śniadecki s’est en effet penché sur un certain nombre de problèmes esthétiques et linguistiques auxquels il apporte des réponses originales : les rapports entre la langue polonaise (et les langues naturelles en général) avec le langage mathématique, ou, à la suite d’Aristote et George Campbell, les rapports entre la rhétorique et la logique. Sur le plan spécifiquement littéraire, Śniadecki a développé une réflexion théorique classique, et a vigoureusement défendu une conception normative de l’esthétique à la fois contre le kantisme et le romantisme.

Je travaille en ce moment à un article sur ce point particulier ; de manière générale, traduire et faire connaître ce pan de l’œuvre de Śniadecki en Europe occidentale est assurément l’une des choses que je compte faire dans ma carrière. On aura compris, en lisant le bref résumé de sa vie et de son œuvre ci-dessus, qu’il est un important représentant de l’idéal des Lumières en Pologne et l’un des précurseurs d’une tradition philosophique centre-européenne qui s’est exprimée, à partir de la seconde moitié du 19e siècle, dans les différentes écoles logico-mathématiques polonaises et jusqu’au positivisme logique du Wiener Kreis (autour de Moritz Schlick — autre philosophe centre-européen que j’apprécie particulièrement). Je suis convaincu que tant la littérature générale que la philosophie analytique contemporaines pourraient trouver un intérêt à nombre de textes de Śniadecki — mais cela ne veut bien sûr pas dire que je sois prêt à le défendre inconditionnellement sur absolument tout.

Un extrait des écrits divers de Śniadecki : l’essai « O języku polskim »

Dans la dernière catégorie d’écrits citée plus haut, il faut compter l’essai O języku polskim. Ce petit texte est consacré à un examen de l’état de la langue polonaise, qui après l’intense activité littéraire de la période stanislavienne était devenue la langue d’un peuple sans territoire. Il fut publié pour la première fois dans les Pisma rozmaite (Écrits divers, Vilnius, 818-1822, 4 t.), où Śniadecki avait rassemblé quantité d’écrits plus ou moins conséquents (allant de l’essai inédit à la première version de la Philosophie de l’esprit humain). Conformément à ces circonstances éditoriales, l’essai fut donc traduit dans une brochure par un certain Jean Flaget sous le titre Extrait des écrits divers de Jean Sniadecki (Paris, Dentu, 1823).

(Fait amusant : il y a trois jours, à la bibliothèque nationale de France, j’ai dû demander à ce qu’un conservateur coupe pour moi les derniers cahiers de cette brochure, qui n’avait jusqu’alors été qu’à moitié lue.)

L’erreur de d’Alembert

Jan Śniadecki dans la fleur de l’âge, portant habit et perruque : chalcographie d’Anton Tepplar d’après un dessin de Franciszek Xawery Prek. Ce portrait donne une meilleure idée du jeune homme que d’Alembert a fréquenté que le précédent, ce qui en soi est étonnant, puisque Prek est né en 1801 et Jan Rustem en 1762 ; son portrait ne saurait donc être d’après nature. Peut-être Prek a-t-il eu accès à des esquisses ou des croquis datant de la jeunesse de Śniadecki ?

Une partie de l’essai est consacrée à l’orthographe polonaise ; c’est cette dernière qui induisit d’Alembert en erreur. Voici le texte polonais et la traduction de Jean Flaget :

Cudzoziemcy patrząc na nasze pisanie nie pojmują, jak można zbieg kilku trudnych spółgłosek wymówić. Słysząc jednak mówiących Polaków, nie czują tej chropowatości języka, jaką wnoszą z pisania. Pamiętam że d’Alembert dostawszy książki polskiej i przypatrzywszy się wyrazom, mówił mi, że w Polszczę muszą ludzie często na zapalenie gardła chorować przez gwałt i wysilenie, którego wyciąga wymówienie tylu spółgłosek razem się schodzących. Gdym mu czytał książkę polską, zdziwił się, że ani żadnego wysilenia, ani tej twardości w mowie nie znalazł, jaką wnosił z pisania. Dla czegóż? bo my Polacy w wymawianiu dotykamy tylko lekko tonu każdej spółgłoski, ale jej całego brzmienia pojedynczego, nie wydajemy. Błędnie więc wnoszą ci, którzy z pisania sądzą o twardości języka.

Les étrangers qui jettent les yeux sur notre écriture ne peuvent s’imaginer comment on peut prononcer plusieurs consonnes difficiles et réunies ensemble. Lorsqu’ils entendent parler les Polonais, ils ne s’aperçoivent cependant pas que notre langue soit rude et raboteuse, comme nos caractères le leur avait fait penser. Je me rappelle que d’Alembert, ayant trouvé un livre polonais, après en avoir considéré les mots, me dit qu’en Pologne les gens devaient être sujets aux esquinancies, à cause de la violence et de la force qu’exige la prononciation de tant de consonnes qui se heurtent à la fois. Quel ne fut pas son étonnement, lorsqu’en m’entendant lire le même livre, il s’aperçut que ma prononciation n’avait rien de gêné et de dur, comme l’écriture le lui avait fait présumer. Pourquoi cela ? c’est parce que les Polonais, en prononçant, ne font que glisser légèrement sur chaque consonne, sans en faire sentir tout le son. Ainsi, ceux qui jugent d’après l’écriture de la rudesse d’une langue sont dans l’erreur.

Flaget suit de près son original, à quelques détails près que je commenterai plus bas. On remarquera, d’abord, la descente graduelle du général au particulier : la discussion sur l’orthographe (plus haut dans le texte) amène à parler des « étrangers » (cudzoziemcy), avant de basculer dans un récit doublement exemplaire, qui fait appel (1) à la mémoire de Śniadecki (pamiętam, « je me souviens ») et (2) à l’exemple d’un grand homme (d’Alembert). L’erreur du mathématicien français est compensée par l’honnêteté que trahit son « étonnement ».

On remarquera qu’au 18e siècle, on avait déjà tendance à considérer qu’une langue à l’orthographe inconnue s’éternue ou s’éructe plutôt qu’elle ne se parle (les « esquinancies » rendent très bien l’inflammation de la gorge, zapalenie gardła) ; et face à cette naïveté (ou ce trait d’esprit) de d’Alembert, Śniadecki, s’adressant au lecteur polonais, multiplie à plaisir des termes assonancés exprimant la légèreté : My Polacy… dotykamy tylko lekko tonu, « Nous autres Polonais… effleurons seulement légèrement le son ». Son traducteur, à l’inverse, glose le syntagme chropowatość języka (la rudesse de la langue) en « que notre langue soit rude et raboteuse », comme pour renvoyer la balle à la langue française, qui peut elle aussi esquinter.

Au centre de l’anecdote se trouve le « livre polonais » (książka polska), dont on se demande bien d’où il peut sortir. Des bagages de Śniadecki ? d’une savante correspondance ? Le plus savoureux dans l’histoire est peut-être le surgissement de l’imprimé polonais dans le Paris des Lumières, occasion de la naïveté plaisante de d’Alembert.

De tous les exemples possibles, Śniadecki (qui a beaucoup voyagé, et sans doute rencontré d’autres occasions de défendre sa langue), a choisi celui-ci. L’anecdote acquiert bien sûr, en vertu de son personnage principal, une certaine puissance rhétorique. Elle constitue peut-être aussi, dans ces premières années du 19e siècle où Śniadecki, en Pologne (c’est-à-dire nulle part), défendait encore l’idéal des Lumières, une taquinerie d’outre-tombe envers d’Alembert, en souvenir des enthousiasmes du temps de l’Encyclopédie et des réformes stanislaviennes.

En tout état de cause, l’Internet permet aujourd’hui à n’importe qui d’avoir sous les yeux (délibérément ou accidentellement) un échantillon de la langue polonaise (ou de n’importe quelle langue), et aussi d’avoir accès à des enregistrements sonores de la langue en question. Nous pouvons tous, en ce sens, « trouver » (dostawać) des échantillons de langues étonnantes : à charge pour nous de partager l’humble étonnement de d’Alembert et d’admettre le caractère contingent et conventionnel des orthographes et, plus généralement des systèmes d’écriture.

Une morale du souvenir parisien de Śniadecki adaptée à l’ère numérique pourrait donc être la suivante : si l’Internet est un medium de l’écrit par excellence, il nous appartient de l’utiliser aussi pour écouter les langues du monde. Je la prends en particulier pour moi qui ai souvent tendance à davantage lire des textes slaves du 18e siècle en philologue qu’à écouter mes contemporains polonais ou serbes parler leur langue. Quelque légitime et nécessaire que soit la philologie, il ne faudrait pas que sa pratique conduise à oublier la dimension vivante des langues et de leurs locuteurs. L’anecdote de Śniadecki le montre bien qui, passée de la vie au texte, traite certes des langues, mais nous dit quelque chose aussi de l’amitié.

Pour citer ce billet : Dimitri Garncarzyk, « L’erreur de d’Alembert : un souvenir parisien de Jan Śniadecki », in Un 18e siècle comparatiste, 20/10/2017, https://lic18.hypotheses.org/1066.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search