Un exemple polonais de « l’ombre attardée du catholicisme baroque » au 18e siècle : la poésie des vanités du p. Józef Baka S.J.

Dans L’Art du roman, Milan Kundera définissait l’Europe centrale à l’époque moderne comme une terre baroque au temps des Lumières, formant au 18e siècle la part d’ombre d’une sorte de chiaroscuro idéologique :

EUROPE CENTRALE. 17e siècle : l’immense force du baroque impose à cette région, multinationale et, partant, polycentrique, aux frontières mouvantes et indéfinissables, une certaine unité culturelle. L’ombre attardée du catholicisme baroque se prolonge au 18e siècle : aucun Voltaire, aucun Fielding. Dans la hiérarchie des arts, c’est la musique qui occupe la première place. (Milan Kundera, L’Art du roman [1986], Paris, Gallimard, « Folio », 1995, p. 154)

Il y aurait à redire sur ce jugement — particulièrement sur le cas de la Pologne, où le genre romanesque pénètre à travers l’œuvre d’Ignacy Krasicki (1735-1801), auteur du premier novel polonais, Mikołaja Doświadczyńskiego przypadki (Les Aventures de Nicolas Doświadczyński, 1776), où l’on sent l’influence de Voltaire, mais aussi celle de Swift et d’Oliver Goldsmith, sinon de Fielding. La mauvaise éducation sentimentale de Nicolas, enfiévré par les romans baroques français que lui fait lire son précepteur au nom de berger de pastorale, Monsieur Damon, thématise par ailleurs assez dramatiquement l’opposition entre romance (roman chevaleresque et baroque) et novel (roman réaliste aux enjeux moraux et pratiques). (Il faudra consacrer un billet dans ce carnet à cette importante thématique — via probablement une traduction commentée de l’essai de Krasicki sur le genre romanesque).

Malgré le contre-exemple krasickien et la floraison du genre romanesque en Pologne après les Aventures, le jugement de Kundera, même s’il est formulé surtout à partir de l’exemple des pays des Habsbourg, ne manque pas de pertinence ; et si le héros de Krasicki se débat contre son éducation baroque et les superstitions qui accompagnent la naïve dévotion de sa mère, c’est parce que les Lumières polonaises et leurs innovations littéraires venues de l’Ouest ont dû s’affirmer face à la puissance du baroque sarmate qui était resté, sous les rois saxons, la norme artistique dans la szlachta.

Cette piété baroque s’exprime à travers une abondante floraison de littérature pieuse : les romans allégoriques que Nicolas lit avant l’arrivée de Monsieur Damon, mais aussi une poésie dévotionnelle remplie de danses macabres et de discours sur la vanité du monde ; et le mélomane Kundera n’a pas tort de souligner que cette Europe centrale baroque résonne de la musique de Jan Dismas Zelenka (1679-1745, particulièrement bien exploré par le Collegium 1704 de Václav Luks) ou du maître de chapelle du couvent de Częstochowa, Marcin Józef Żebrowski (c. 1710-(?)1792).

La poésie polonaise du 18e siècle fournit un excellent exemple de ce baroque catholique tardif avec l’œuvre du jésuite Józef Baka (1707-1780), qui oppose le miroir de la mort à toutes les activités humaines avec  une satisfaction narquoise et un humour macabre dans son recueil de vanités poétiques :

OBSERVATIONS sur
LA MORT
INÉLUCTABLE
lot commun de tous,
mises en vers
et aux dépens de son Excellence
XAVIER
STEPHANI
citoyen de la ville royale de Wilno,
DONNÉES
à la presse pour l’avantage des âmes
l’An 1766

Le livre de Baka n’a rien de luxueux : c’est un chapbook, un Volksbuch accessible à tous, dont la publication est financée par un généreux mécène, le bourgeois Xavier Stephani. Ces Uwagi śmierci sont publiées dans le même volume que les Uwagi rzeczy ostatecznych i złości grzechowej (Avertissements sur les choses dernières et la malice du péché, par des actes pieux, des prières et des textes variés), recueil, comme son titre l’indique, de textes pieux et d’exercices spirituels. Le verso de la page de titre porte une vignette grossière, clairement une gravure sur bois (du niveau de celles qui accompagnaient en France les livrets de colportage ou la Bibliothèque bleue e.g.).

Malgré sa facture, l’emblème est parfaitement identifiable : deux os croisés surmontés d’un crâne, lui-même surmonté d’un sablier (qui se réduit à quelques formes géométriques). Par la grossièreté de l’exécution, l’ensemble se rapproche davantage du drapeau pirate d’Emmanuel Wynn que d’une vanitas soignée — soulignant ainsi la constance d’une symbolique baroque populaire à l’époque moderne.

Le Jolly Roger du pirate Emmanuel Wynne (1650-1700).

L’emblème porte comme légende deux citations du Nouveau Testament traduites en polonais, de l’Épître aux Hébreux (9:27 : « il est arrêté que les hommes doivent mourir une fois, puis passer en jugement » — « [Et quemadmodum] statutum est hominibus semel mori, post hoc autem judicium ») et de l’Épître aux Romains (5:14, et non 6:14 comme indiqué : « la mort régna à partir d’Adam » — « [Sed] regnavit mors ab Adam [usque ad Moysen etiam in eos qui non peccaverunt in similitudinem praevaricationis Adae, qui est forma futuri] »). L’autorité des Apôtres est, dans ce contexte, bien plus importante que celle de l’Ecclésiaste (vanitas vanitatum…). La citation de l’Épître aux Romains est tronquée par souci de simplification, afin de n’en retenir que l’essentiel : la « mort [śmierć] » est, depuis la Chute, le lot commun des hommes. Cette mort associée au péché a pour corollaire le « jugement [sąd] », mentionné dans la citation de l’Épître aux Hébreux, que le chrétien doit avoir constamment à l’esprit.

Dans un registre moins exotique, cette vanité allemande de facture moyenne est une bonne traduction graphique de l’esprit dont est imprégnée la poésie de Baka :

Vanité allemande anonyme, 1e moitié du 18e siècle(?).

L’idée de l’égalité absolue dans la mort est matérialisée par les quatre crânes dissociés de leurs attributs, empilés en un tas indistinct au milieu de la composition, et est développée par une légende en forme de ritournelle (dans un style très caractéristique aussi de la poésie de Baka) :

Qui fut le fou, et qui le savant,
Qui l’empereur, et qui le mendiant ?
Riches ou misérables,
Dans la mort semblables !

Égalité et indistinction sont ainsi à l’œuvre dans la table des matières du recueil de Baka. Mis à part les poèmes 1-2 et 17-22, plus « synthétiques », qui en constituent les seuils, la plupart des pièces y sont adressées à des catégories sociales différentes, et s’enchaînent sans sembler suivre une progression particulière :

Titre polonais Traduction Remarques
[1] Do czytelnika Au lecteur  
[2] Uwaga śmieci wszystkim stanom służąca Avertissement sur la mort pouvant servir à tous les états  
[3] Starym uwaga Avertissement aux vieillards  
[4] Młodym uwaga Avertissement aux jeunes gens  
[5] Bogaczom ciemnym oświecenie Éclaircissement pour les riches sots  
[6] Panom uwaga Avertissement aux seigneurs  
[7] Uwaga damom Avertissement aux dames  
[8] Rycerzom uwaga Avertissement aux chevaliers  
[9] Duchownym Aux gens d’Église  
[10] Dworzskiej młodzi À la jeunesse de la Cour  
[11] Patriotom Korony polskiej i W[ielkiego] Ks[ięstwa] L[itewskiego] Aux patriotes de la Couronne de Pologne et du Grand-duché de Lituanie

 

 

[12] Cudzoziemcom Aux étrangers  
[13] Panom dysydentom Aux seigneurs protestants « Dysydent : […] En Pologne, celui qui suit les sentiments de Luther ou de Calvin » (Trotz)
[14] Miasta obywatelom Aux citoyens de la ville  
[15] Nędznym tu kmieciom Aux pauvres serfs ici-bas  
[16] Uwaga zabawnym, czy zatrudnionym, chmielem głowom Avertissement aux têtes dissipées ou préoccupées par le houblon  
[17] Radam wsystkim stanom Conseil pour tous les états  
[18] Suplika wszywtkich stanów Supplique de tous les états  
[19] Testament codzienny chrześcianina Testament quotidien du chrétien En prose
[20] Uwaga prawdy z rozrywką Avertissement divertissant de la vérité  
[21] Uwaga nikczemności świata Avertissement sur la vanité du monde  
[22] Rhytmus de vanitate mundi Poème sur la vanité du monde En latin

La poésie des vanités du p. Józef Baka témoigne ainsi, dans la seconde moitié du 18e siècle, de la persistance de la mentalité baroque au 18e siècle en Europe médiane, comme l’encyclopédisme alla Kircher du p. Chmieloswki ou, en Serbie, la poésie de Jovan Rajić. Elle est assurément décalée par rapport à « l’esprit libertin » et à l’essor du roman qui sont, selon M. Kundera, le propre du 18e siècle ouest-européen et à l’optimisme rationaliste du catholicisme éclairé de l’époque stanislavienne ; dans ce baroque tardif se manifeste la permanence du sarmatisme et, plus généralement, un certain ancrage « oriental » de la culture polonaise.

Si les poètes classiques de l’époque stanislavienne ont pu avoir, dans l’historiographie littéraire polonaise, mauvaise réputation — et si encore aujourd’hui, à l’exception sans doute des bajki (fables) d’Ignacy Krasicki, ils sont sans doute toujours moins lu que les romantiques —, le p. Baka a, pour sa part, longtemps été considéré comme un poète à la fois farfelu et macabre, auteur d’une poésie à la fois morbide et franchement mauvaise. Simone Marcel estime que Baka « compose une multitude de vers plus saugrenus les uns que les autres » (p. 181) ; et dans son histoire de la littérature polonaise, le poète (et prix Nobel) Czesław Miłosz assassine l’œuvre de Baka en un paragraphe truculent :

Rhymsters abounded throughout the Saxon Night, but their verbosity, the legacy of a decaying Sarmatian Baroque, makes their efforts painfully dull reading. Those who sound most genuine are the writers who took over the previous century’s main religious theme, juxtaposing transient human glory and omnipotent death. They embroidered it with images of the uncouth macabre. It is ti such a style that the Jsesuit father Józef Baka owes his niche in the national literary pantheon. His work is quoted as an example of the worst poetry ever written in Polish; it is so bad that it cannot but give pleaure to all seekers after oddities. His Remarks on Ineluctable Death, set in a gay dancelike rhythm, an orgy of inelegant rhyming, was re-edited in the 19th century for humourous purposes. In this collection, he issues dire warnings to people of various stations in life. His prediction for women (he describes in detail how their bodies will disintegrate in the grave) obviously provided him with sadistic gratification. (Czesław Miłosz, The history of Polish Literature, Berkeley, University of California Press, 2nd edition, 1983, p. 155)

Miłosz, comme Kundera, insiste sur la nette impression de retard esthétique et culturel que procure la poésie de Baka (et si celle-ci est particulièrement criante au regard des périodisations rétrospectives de l’histoire littéraire, elle l’était tout autant aux yeux de certains contemporains, les poètes du classicisme stanislavien au premier chef). Il y ajoute, cependant, un jugement de valeur nettement plus radical que celui de Kundera et promeut Baka, sur la foi de ses éditeurs du 19e siècle, pire poète de a langue polonaise.

Parmi les rééditions humoristiques du 19e siècle qu’il mentionne, on peut citer celles de Varsovie (1807, 1828) avec un préface en vers de Rajmund Korsak qui pastiche le style de Baka en retournant contre lui le thème de la vanité, affirmant que les efforts poétiques du pauvre Jésuite ont été en vain ; et le Baka odrodzony [Baka ressuscité] (Vilnius, 1855), dont le titre retourne le thème de la vie éternelle cher à Baka en une résurrection burlesque.

Le frontispice caricature le Jésuite accosté par la Mort, une image tirée de la préface de Korsak. Alors que notre moraliste se décompose de peur, le squelette narquois désigne de sa faux le volume des Uwagi tombé à terre et lui demande : « Que signifie cette tranche de semelle ? » (litt. : « ce morceau de botte »). On reconnaît, dans la ronde macabre qui sert de cadre à la scène, la Mort (avec des ailes de chauve-souris) ; un prêtre (uwaga n° 9) ; un szlachcic à la mode sarmate (destinataire de l’uwaga n° 6) ; un Cosaque ; un Juif ; un roi ; un vieux mendiant (béquille, besace vide, un pied déchaussé) ; une jeune élégante (uwaga n° 7) ; un jeune homm à la mode (uwaga n° 4 — ces deux derniers sujets ensemble peuvent aussi évoquer la jeunesse courtisane de l’uwaga n° 10) ; un moine (uwaga n° 9) ; un chevalier en armure (n° 8) ; un juriste et un médecin (professions urbaines qui peuvent renvoyer à l’uwaga n° 14). Baka est littéralement entouré par ses victimes, qu’il n’a de toute évidence aucune envie de les rejoindre.

Quelque plaisir que les lecteurs polonais du 19e siècle aient pris plaisir à retourner le style et l’imaginaire macabre du p. Baka contre lui, et en dépit du jugement décourageant de Czesław Miłosz, on trouvera dans ce carnet quelques traductions des poèmes de Baka — moins pour confirmer le jugement péremptoire de Miłoz que pour explorer la problématique suggéré par Kundera, et apprécier le caractère contrasté du 18e siècle médio-européen. Le prochain billet sera consacré à la traduction et à l’analyse de l’avertissement sur la vanité du monde (n° 21), et je proposerai sans doute plus une traduction de la préface de Rajmund Korsak — une fois que nous aurons eu l’occasion de décrire le style de Baka.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search