Des choses rampantes #4 : le basilic (2). Un basilic à Varsovie !

Voici la fin de la notice de Benedykt Chmielowski consacrée au basilic. Comme précisé dans le billet précédent, elle s’enchaîne avec le reste du texte sans aucun retour à la ligne : la séparation est de mon fait, pour aérer la publication sur le carnet (et publier le début un peu plus vite). La fin de cette notice fait donc état de deux observations du basilic : l’une à Rome, au 9e siècle, expédiée en une phrase ; l’autre, à Varsovie, en pleine Renaissance, qui est développée sous la forme de ce qu’André Jolles propose dans Formes simples d’appeler un mémorable.

Le basilic de Varsovie aujourd’hui (Rynek Starego Miasta 5). Source

Dans ce billet, je continue à traduire et à « remarquer » le texte de Chmielowski, en recensant ses sources et en commentant sa stylistique, et ce qu’elle nous apprend de l’état d’esprit de notre encyclopédiste ruthène. J’en propose aussi un commentaire général un peu long ; d’une part, parce que ce fragment de paragraphe me semble intéressant du point de vue de la critique textuelle, et d’autre part parce que cette anecdote varsovienne a fait l’objet, sur internet et à la presse, de traitements cryptozoologiques approximatifs. Elle m’intéresse en tant qu’historien de la littérature, des idées, de l’Europe centrale et/ou de l’époque moderne, et il m’a semblé que face à la concurrence des historiens du bizarre, elle méritait d’être traitée et analysée avec soin.

Traduction : Benedykt CHMIELOWSKI, Nowe Ateny, t. I, Lwów [Lviv], 1745, p. 498


••• Sous le Pape LÉON IV, à Rome, il en est éclos un, particulièrement fatal aux Citoyens de cette ville, comme le rapport Platina. Un de ses semblables est éclos l’An 1587, à Varsovie, chez nous, dans une cave négligée et débordante de déchets et de rebuts, appartenant à un Fourbisseur dans laquelle deux garçons qui, n’en faisant qu’à leur tête, s’y étaient cachés l’un après l’autre, s’écroulèrent brusquement, ainsi qu’une troisième personne, un servante qui les cherchait. La  maîtresse du lieu, cherchant ses enfants, devant ce spectacle, poussa un cri ; un SÉNATEUR, voyant les cadavres extirpés de la cave, et entendant le récit de leur mort, conjectura que ce devait être le fait d’un Serpent BASILIC. Il fut rapidement décidé d’y envoyer un homme du nom de Jan Pareus, condamné à mort, lequel, s’étant harnaché de miroirs et de cuir, muni d’un masque sur les yeux, une arme et une torche en main, s’introduisit dans la cave : où, examinant les recoins jusqu’à une deuxième cave encombrée, il découvrit ce meurtrier, frappé à mort, dans un trou dans la paroi, le rapporta ad spectaculum de tous, comme le rapporte Chwałkowski in Singularibus Poloniæ et quatre autres auteurs. Par nature, il craint le Coq, c’est pourquoi en Afrique, au lieu d’armes contre cet Ennemi, les voyageurs emportent des Coqs.


Commentaire d’ensemble

Dans le précédent billet consacré au basilic, j’évoquais la distinction revendiquée par Francis Bacon entre le savoir livresque et le savoir expérimental ; cette fin de l’article de Chmielowski rend encore plus évident son ancrage dans le premier (la démarche philologique), et l’on verra en note comment s’est constituée une petite tradition du basilic de Varsovie qui s’est diffusée dans la librairie allemande du 17e siècle à partir d’un récit vernaculaire, privé et perdu, de Jacob Mosan.

Ces auteurs parlent d’« admiranda historia » (Chwałkowski), « memorabilis historia » (Sennert), « memorabilissima historia » (Kirchmayer) : un mirabile, en somme, dont il importe de ne pas perdre la trace (écrite). Cette tradition à la fois affirme et démontre le caractère mémorable de l’épisode, qui tient beaucoup d’une des formes simples définies par André Jolles : le mémorable. Cette forme est dominée par la factualité : elle raconte un événement en lui adjoignant une série de détails factuels qui visent à le concrétiser, si bien qu’« en devenant concret, l’effectif [i.e. ce qui s’est effectivement passé] devient crédible » (p. 170) :

[…] les faits son mentionnés […] car ils expliquent et commentent […] l’événement en soulignant par comparaison et confrontation une réalité d’ordre supérieur […] On voit l’événement progressant indéfiniment et irrésistiblement, se cristalliser ensuite en des points déterminés et durcir, l’événement mouvant se figer et la langue s’en saisir pour lui donner une forme littéraire là où il a durci, là où il s’est figé. (André Jolles, Formes simples, trad. Antoine Marie Buguet, Seuil, « Poétique », 1971,  p. 164-165)

Le but du mémorable est assurément de rendre crédible l’existence du basilic, qui constitue une « réalité d’ordre supérieur » qui se heurte compréhensiblement à un certain scepticisme. Nous vivons donc bien dans un monde énigmatique : on voit la population varsovienne, à l’aide de ses autorités (le sénateur) et de ses rebuts (Jan Pareus) résoudre le mystère de la cave encombrée. Le statut social du bourgeois chez qui l’événement est arrivé (le miecznik) inscrit le surgissement de la bête au cœur de la modernité ; la notation sur l’absence enfantine de limites (ze swywoli) offre un contraste entre le jeu inconséquent et la profondeur des mystères du monde, et le cri de la maîtresse de maison opère la transition entre le secret (physique grâce à la cave, métaphysique parce que l’on touche aux arcanes de la nature) et le public. Le sénateur incarne l’autorité de l’État, mais aussi l’autorité savante qui autorise sa conjecture (domyślił się).

Qui se plonge, comme Chmielowski y invite, dans les textes qui lui fournissent sa matière, se rend rapidement compte qu’il n’existe qu’une version (celle du médecin Jacob Mosan), transmise par les textes ultérieurs, jusqu’au texte de Mikołaj Chwałkowski, que Chmielowski cite nommément. Ce texte, situé au bout de la tradition, fait déjà l’économie de certains détails, comme le cri de la bonne. Chwałkowski écrit : « exclamavit Ecce ibi jacent ! », comme sa propre source (Sennert) ; le texte original de Pincier portait :

Itaque uxor machæropæi ancillam emissit, quæ diu quæsitos in gradibus cellæ, quos dixi, jacere conspexit, moxque sic vernacula lingua exclamavit, Bawey tam lezan/ etc., hoc est, Ecce, ibi jacent.

Le correspondant qui envoie à Pincier l’anecdote avait donc un contact direct avec la langue polonaise pour ajouter un détail aussi pittoresque que l’exclamation « Bawej, tam leżą! » (ce qui est intéressant pour la genèse de l’épisode dans la tradition humaniste). Le vernaculaire sert comme un élément d’exotisme et d’accréditation, mais une question demeure : puisque la bonne s’écroule avant que sa maîtresse n’aille la chercher, qui a entendu le cri ?

Peut-être est-ce là la raison qui pousse Chmielowski à se dispenser complètement du cri de la bonne, et à le transférer sur la maîtresse de maison (gospodyni). Chmielowski pratique de manière générale une poétique de l’économie, promise sur la page de titre (w słów krótkości), et à laquelle l’oblige l’ampleur des matières traitées. Il est permis cependant de ne pas considérer sa sélection d’informations comme aléatoire : peut-être a-t-il considéré comme superflus certains des détails conservés par les versions antérieures. Sa sélection semble dépendre de deux facteurs au moins : un souci parénétique (la notation sur l’entêtement de l’enfance, héritée des versions antérieures), et une légitimation administrative de l’anecdote (le sénateur ou le nom du condamné, qui apporte à l’histoire la caution référentielle de l’état civil). J’ai tendance à voir dans cette sélectivité de Chmielowski un signe que se mélangent, dans l’atmosphère intellectuelle qu’il respire en Ruthénie, la tradition vivace et tenace (qui, vue de l’Ouest, semble anachronique), de l’humanisme livresque, et un parfum d’encyclopédisme critique issu de la tradition baconienne, qui s’épanouit au même moment dans l’Encyclopédie.

L’événement est une preuve de l’existence du basilic, particulièrement crédible (elle met en scène la foule des témoins et la puissance administrative). Il fallait ces procédés d’accréditation importants pour que l’on puisse croire au basilic : l’histoire (sur)naturelle d’une créature de ce genre tient nécessairement du mémorable, puisqu’il n’existe pas de cas normal sur lequel pourrait s’appuyer une démarche expérimentale et falsifiable — de quoi faire frémir Bacon. Cela explique d’une certaine manière la transition abrupte de la fin du récit varsovien à une nouvelle donnée générale sur le basilic (Z natury boi się Koguta) : entre le récit mémorable et la donnée pittoresque, il n’existe pas vraiment de hiérarchie ; l’animal hybride est décrit par un texte hybride.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur la tradition textuelle du basilic de Varsovie (et je le ferai peut-être un jour). Je terminerai pour l’instant ce commentaire par une précision webo-bibliographique. Le mémorable du basilic de Varsovie a été traité dans trois sources anglophones, dont deux relativement récentes et en libre accès sur internet :

  1. un article de Mike Dash intitulé « On the Trail of the Warsaw Basilisk », paru sur Smithsonianmag.com en 2012 ;
  2. une version antérieure de cet article, paru en 2011 sur le blog de Mike Dash : « The Strange Tale of the Warsaw Basilisk » ;
  3. un passage d’un livre de 1999 de Jan Bondeson, The Feejee Mermaid and Other Essays in Natural and Unnatural History, dont Dash extrait le récit de l’épisode du basilic de Varsovie (qui se trouve dans l’original aux pp. 173-174).

En découvrant ces textes au cours de la préparation de ce billet, j’espérais pouvoir y renvoyer mes lecteurs. Il appert, cependant, que (3) n’est absolument pas fiable, se contentant de reformuler, à partir (probablement, car le texte n’est pas sourcé) des sources latines (mal lues), l’épisode, ajoutant à la tradition un nouveau mémorable, mais n’apportant certainement pas une contribution à la critique textuelle ou à la connaissance historique. Ce mauvais traitement des sources conduit d’entrée M. Dash (auteur de (1) et (2)) à couper les cheveux en quatre pour faire justice d’éléments en réalité assez simples (cet auteur commettant par ailleurs de son propre chef un certain nombre d’approximations). Je réfléchis encore à l’opportunité d’une critique plus complète, et dirai juste pour le moment que de tels auteurs continuent la tradition (le savoir livresque de Bacon) plus qu’il ne participent, scientifiquement, à son analyse. Leur démarche est, en ce sens, apparentée à celles des « diaboliques » dont Umberto Eco fait le portrait collectif dans Le Pendule de Foucault : des historiens de l’anecdotique, dont l’objet (comme on l’a vu plus haut) n’a par nature aucune portée générale, qui font l’histoire du bizarre, où qu’il se trouve, avant de maîtriser le contexte « normal » d’un chronotope donné (comme la Pologne moderne) ou sa langue (le néo-latin), et sous couvert d’analyse reformulent des contenus datés sans y rien apporter de nouveau, parce qu’ils souhaitent en réalité reconduire l’ébahissement que ces merveilles procurent.

Cela peut sembler sévère, mais il me semble qu’un épisode comme celui du basilic de Varsovie, pour baroque (an sens historique comme au sens familier) qu’il soit, mérite un traitement aussi méthodique que n’importe quel autre. Je ne vois par ailleurs pas pourquoi cela lui enlèverait son charme et son pouvoir de fascination — comme l’a dit Robert Musil (résumé par Jacques Bouveresse), « ce que la physique nous a appris sur les propriétés des corps et de la lumière ne rend pas l’herbe moins verte » ; mais il me semble, sinon dangereux, du moins de mauvaise méthode de s’en servir pour réenchanter le monde.

Notes de traduction

Un de ses semblables : pol. Podobny Roku 1587… Après l’épisode romain, il semble logique que podobny désigne quelque chose qui ressemble à la créature qui vient d’être évoquée. Cependant l’adjectif (employé sans support nominal) pourrait aussi désigner un possible basilic, ou quelque chose qui est vraisemblablement un basilic.

à Varsovie, chez nous : pol. w Warszawie u nas. D’un coup, un savoir étonnant et lointain se rapproche ; l’expression déictique u nas redouble l’information neutre du toponyme. Où l’on retrouve quelque chose du « ça s’est passé près de chez vous » de journaux de faits divers, à cette exception près que le rédacteur ici s’inscrit dans la communauté (nationale) concernée par l’événement. Chwałkowski, Polonais écrivant en latin, reprenait le récit de la tradition, mais l’introduisait sobrement par « Varsoviæ anno 1587 accidit » : pour un Polonais, il n’est guère étonnant qu’il se passe quelque chose à Varsovie. La première version du récit, celle de Johann Pincier, commençait elle par « Warsaviæ (metropolis hæc est Masoviæ comitiis procerum Poloniæ celeberrima) annno 1587 accidit » : la ville est là célèbre pour des raisons politiques (provinciales : la Masovie, et nationales : la diète électorale). Les versions suivantes (Sennert e.g.) commenceront plus simplement par « Vasoviæ in Polonia » : alors que la notation politique introduisait une notion de familiarité, le renvoi à un simple toponyme évoque plus un pays lointain (la Pologne au ciel parcouru d’hippogriffes de Calderón). En précisant ce « u nas », Chmielowski reprend bien à nouveaux frais les procédés de dramatisation de la tradition textuelle.

un Fourbisseurpol. Miecznik. Le terme peut signifier deux choses (que Trotz recense dûment) : l’office aulique ou provincial de Porte-glaive, ou le métier de fourbisseur (« artisan qui fourbit et qui monte des épées »). Il s’agit ici du second sens : le récit latin de Chwałkowski (cf. infra) fait état d’un machæropæus, terme de latin moderne qui désigne un fourbisseur (profession répandue dans toute l’Europe moderne ; cf. A Vocabulary in Six Languages, London, Vaillant-Meadows, 1725, pp. 105-106. Le terme latin en usage pour le Porte-glaive était ensifer, comme on le lit dans le cartouche de ce portrait de Mikołaj Faustyn Radziwiłł e.g.). J. Bondeson et M. Dash commettent donc une erreur de lecture (parmi d’autres) en faisant de Machæropæus le nom de famille du Varsovien…

n’en faisant qu’à leur têtepol. ze swywoli swawola signifie, littéralement, le fait de ne suivre que sa volonté ou ses élans : l’anarchie ou, pour employer un joli mot du 18e siècle (rencensé par l’Académie et proposé par Trotz), la pétulance. (Trotz répertorie une forme à flexion interne, swęwolę, entre parenthèses et présente comme l’usage courant la forme avec le premier élément figé, swawolę). Cette notation traduit le constant souci parénétique du bon père Chmielowski ; mais elle introduit aussi un puissant élément de dramatisation, en l’inscrivant dans une trame narrative topique : toute inconséquence est suivie d’un châtiment (ce qui, par ailleurs, est totalement compatible avec un avertissement moral). C’est un des éléments qui rattachent ce petit récit à la forme du mémorable selon Jolles.

un SÉNATEUR : pol. SENATOR. Dans la République nobiliaire de Pologne (Rzeczpospolita slachecka), un sénateur est un membre de la chambre haute du parlement (la diète générale, Sejm walny), présidée par l’archevêque de Gnesne (Gniezno), primat de Pologne (lequel sert d’interrex avant l’élection du souverain). Y siègent les archevêques, les comtes palatins (wojewodowie), les castellans (kasztelanowie), les ministres du roi (le reste de la noblesse pouvait siéger à la chambre basse — chambre des représentants, Izba poselska). Par hasard passe donc un personnage de premier plan, qui magnifie l’incident par sa présence et lui donne une dimension nationale (u nas…).

La salle du sénat au château de Varsovie, manuscrit de 1732 (Source)

Références

Platina : Bartolomeo Sacchi, dit Platina (1421-1481), humaniste italien du quattrocento, est l’auteur d’un De vitis pontificum romanorum ; la vita de Léon IV (*790-r. 847-†855) rapporte comment il vainquit, par la prière, le basilic qui décimait la population romaine (ce n’est, par ailleurs, que l’un des miracles qu’il fit) :

Hunc autem tantæ sanctitatis fuisse constat, ut et basiliscum serpentem (quem Latini regulum appellare possunt) suis orationibus e fornice sancta Luciæ virginis in Orthea expulerit, cuijus habitu et veneno multi mortalium perierant

Chwałkowski in Singularibus Poloniæ et quatre autres auteurs : pol. … z czterma innymi Autorami. Chmielowski souligne ici l’abondance de ses sources, même si Chwałkowski semble être sa source première, et semble proposer un jeu de piste à son éditeur. On cherchera donc cinq auteurs.

a Senerto in Epitome Naturalis Scientiæ refertur, intergam hic apponere.

Memorabilis vero est historia, quam ex relatione D[omini] Mosani, Archiatri Cassellani, refert Jo. Pincier, ænigmat. lib. 3 ænigm. 23, quæ quia forsan omnibus obvia non est, integram hic adscribere lubet. Warsowiæ in Polonia…

Hujus fuit ille, cujus historiam D[ominus] Doctor Mosanus Archiater Cassellanus sinceræ amicitiæ vinculo mihi conjuctissimus, non ita dudum legendam mihi misit. Ea vero (propriis quibusdam nominibus, quæ legere non poteram, præteritis), e Germanco in Latinum sermonem translata hic habet. Warsaviæ…

  • Jacob Mosanus était l’archiatre du landgrave de Hesse-Cassel. La question se pose de savoir s’il est bien un auteur, au sens où Chmielowski l’entend : l’introduction de Pincier fait visiblement référence à une correspondance (en allemand) entre deux amis chers bien plus qu’à un ouvrage publié (Bartholin (cf. infra) est du même avis : « Aliam historiam ex communicatione D. Mosani Archiatri Cassellani contexuit Jo. Pincierus »). Ces humanistes publient, de toute façon, en latin, comme ce fut le cas d’un l’ouvrage dont Mosanus est co-auteur, avec Hermann Wolff, autre médecin de la cour de Kassel : De natura viribus et usu aquarum medicatarum in agro cassellano (1609). Cette activité éditoriale suffit à faire de Mosanus un auteur, donc un autorité : on peut, je pense, considérer qu’il est le quatrième autor de Chmielowski.

Avec cette correspondance privée, la chaîne de transmission s’interrompt et, à en croire Chmielowski, il nous manque encore un auteur. Ne disposant pas de données plus précises sur les livres à sa disposition, je propose ici une série de candidats au titre de cinquième autorité :

les voyageurs emportent des Coqs : rapporté entre autres par Aldrovande, d’après Élien :

Ælianus addit galli quoque præsentiam Basilisco esse metui : immo canentem audiens gallum pavore concussus fugit, et paulo post moritur. Tradit etiam hanc antipathiam itinerantibus per Africam non esse incognitam : quando quidem gallum itineris comitem secum deferunt, ut pstilens Basiliscus virus arceant.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search