Parmentier et la brambora : autour des voyages de la pomme de terre au 18e siècle

Il y a cinq jours, le 12 août, on pouvait célébrer le 280e anniversaire de la naissance d’Antoine Parmentier, promoteur de la culture de la pomme de terre en France. Je ne suis pas du tout historien de l’agriculture ou de la table, et n’ai pas l’ambition d’apporter à ce sujet des éléments de recherche originaux. Mais cet anniversaire a été l’occasion, pour le dix-huitiémiste que je suis maintenant, de se rappeler un souvenir d’enfance, qui résonne (à sa petite échelle) dans le contexte d’une actualité plus vaste.

Edward Hartwig (1909-2003), champ de pomme de terre dans le wojewódstwo krakowskie, 1956. (Source : Polona.pl ; œuvre diffusée avec l’autorisation des héritiers de l’artiste, reproduction ou altération totale ou partielle à des fins commerciales interdite).

Une lecture illustrée d’enfance

Petit à petit, au long de ma scolarité (et de ma vie en général), j’ai décidé de devenir dix-huitiémiste. L’une des premières choses qui m’y a peut-être poussé est une page d’un livre que j’ai lu et relu chez mes grands-parents pendant toute mon enfance (au début des années 1990 : précision nécessaire pour sentir l’anachronisme de la situation). C’était un grand album intitulé L’Histoire de France racontée à tous les enfants, écrit par Jean-Jacques et Claude Nathan, et illustré par Henri Dimpre ; il avait été publié pour la première fois en 1959, mais mon exemplaire d’enfance datait du « 2e trimestre 1971 ».

La Révolution mise à part (pp. 46-49), le 18e siècle tenait en trois pages : « La Régence et Louis XV » (p. 43), « Louis XVI et Marie-Antoinette » (p. 44), et enfin « Les découvertes du XVIIIe siècle » (p. 44). Chacune de ces pages consistait en une série de vignettes en couleur, avec des légendes noires titrées en rose.

Jean-Jacques et Claude NATHAN (texte), Henri DIMPRE (illustrations), L’Histoire de France racontée à tous les enfants, Nathan, 1959, p. 45

La page des découvertes répertoriait, dans l’ordre : ligne 1 « Lavoisier », « Le bateau de Jouffroy d’Abbans » et « Parmentier » ; ligne 2 « L’ascension en montgolfière » et « La voiture de Cugnot » ; ligne 3 « Des écrivains et des savants composent un grand livre : l’Encyclopédie », avec une seule vignette reproduisant des portraits flatteurs de Voltaire, Rousseau, Condorcet, d’Alembert, Diderot et Buffon.

La page était composée avec le même souci de symétrie que la plupart des planches de l’ouvrage ; dans ce cas précis, cette symétrie soulignait un crescendo. Première ligne : à gauche et à droite, le savant est au second plan, derrière son invention (la cucurbite du chimiste, le tubercule de l’agronome) ; au milieu, un bateau à vapeur, progrès technique dont l’importance est soulignée dans la légende : « 50 ans plus tard les voiliers seront presque tous remplacés par des navires à vapeurs ». Deuxième ligne : deux progrès techniques, tout aussi orientés vers l’avenir. La montgolfière annonce le voyage aérien (« c’est à Paris, en 1783, que le ballon des frères Montgolfier emporte pour la première fois des hommes dans le ciel »), et le fardier de Cugnot devient une « voiture ».

De part et d’autre de la bande de blanc qui les sépare, ces images plongent dans une troisième : le bandeau monochrome, jaune/or, où s’alignent les portraits des hommes des Lumières. L’ensemble des travaux et des initiatives individuelles des deux premières lignes semblent ainsi préparer l’entreprise collective d’un projet de savoir universel, consistant à rassembler « dans un grand livre tout ce que les hommes ont découvert et inventé depuis les temps lointains où ils chassaient le mammouth » (ces temps lointains sont en p. 3). Cette dynamique visuelle est confirmée par la présence, au centre de la composition, de Condorcet, qui « montre comment les hommes sont devenus plus savants et plus habiles, de siècle en siècle » (allusion à l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain de 1795) : bref, le projet de l’album lui-même.

De l’explorateur au pharmacien

Dans cette page, le progrès technologique a la part belle, mais le progrès scientifique (Lavoisier) et le progrès agronomique et social (Parmentier) y ont aussi leur place. Il est donc temps d’en venir à la figure de Parmentier.

Parmentier l’explorateur : Jean-Jacques et Claude NATHAN (texte), Henri DIMPRE (illustrations), L’Histoire de France racontée à tous les enfants, Nathan, 1959, p. 45, détail

Parmentier a les yeux mi-clos, le front d’un sage, le menton d’un homme d’action ; son élégance (en particulier sa perruque et sa cravate très blanches) contraste avec le légume grisâtre dont il semble expliquer les propriétés. Les paysans du second plan sont beaucoup plus schématiques, et celui de gauche regarde la pomme de terre d’un air suspicieux. Mais n’a-t-il pas raison de se méfier de ce légume exotique ? Relisons la légende :

Parmentier rapporte d’Amérique un nouveau légume : la pomme de terre. Grâce à elle tout le monde mangera à sa faim.

La deuxième phrase laisse entendre qu’en dépit des réticences, Parmentier va imposer un progrès social. Soit. La première, confortée par le profil d’acteur de Parmentier, suggère qu’il s’agit d’un voyageur ramenant de loin ce légume, panacée de l’agriculture française (et je soupçonne le bateau d’Abbans, juste à gauche, de renforcer cette impression). La patate serait ainsi à Parmentier et aux potagers du peuple ce que le bougainvillier est à Bougainville et aux jardins d’agrément.

Mais Parmentier ne fait pas partie de la série des grands explorateurs du 18e siècle, et s’il a bien découvert la pomme de terre à l’occasion d’un voyage, c’est en Allemagne, en tant que prisonnier de guerre (il était pharmacien des armées), qu’il a fait pour la première fois l’expérience de la valeur nutritionnelle du prodigieux légume. La pomme de terre est arrivée en Europe, comme la tomate, dès le 16e siècle, et était déjà connue en France. Je ne m’étendrai pas sur ce point, car la BIU Santé de Paris Descartes a consacré à Parmentier et à la pomme de terre un très bon petit dossier numérique.

La pose et le décor prêtés à Lavoisier dans l’album Nathan correspondrait donc en réalité aussi bien à Parmentier, dont la contribution à l’histoire est celle d’un chercheur, auteur de travaux de chimie organique. C’est un beau combat de légitimer un légume, mais la réalité — et le vrai portrait de Parmentier — sont tout aussi nobles que le film de cape et d’épée que j’avais inventé à partir de la vignette de mon album.

Parmentier le pharmacien : François Dumont, portrait d’Antoine Parmentier, 1812 (Source)

Pomme de terre, Kartoffel, ziemniak, brambora

L’étrange déception que j’ai d’abord ressentie le jour où j’ai appris que Parmentier n’était jamais allé en Amérique chercher la pomme de terre m’aurait été évitée si j’avais fait plus attention au mot tchèque qui désigne la pomme de terre : brambora. Le mot dérive de Brandebourg (Braniborsko, déformé en Bramborsko), signalant ainsi l’origine allemande de la diffusion de la pomme de terre dans l’Europe du 18e siècle (le mot a été introduit à la fin des années 1770 : voir le détail en tchèque sur une page de l’office de la langue tchèque de l’académie de sciences de Tchéquie).

En polonais, la pomme de terre est ziemniak (ce qui pousse dans la terre), mais aussi, depuis le 18e siècle, kartofel. En 1795, un des plus grands éditeurs varsoviens, Michał Gröll, publie une brochure agronomique traitant de la récole du trèfle et de la culture de la chicorée et de la pomme de terre : Wiadomości naypożyteczniejsze gospodarskie o zasiewaniu koniczyn, i uprawie cykoryi i kartofli ; de cette époque datent les kartofliska, les grands champs de patates du paysage polonais (voir le beau cliché de Hartwig en haut de ce billet).

Bref, l’histoire de la pomme de terre dépasse Parmentier (pour preuve, La Botanique mise à la portée de tout le monde de Nicolas-François Regnault, publié en 1774, consacre une notice très flatteuse à la pomme de terre sans mentionner une fois le nom de Parmentier, mais en louant le Normand Duhamel). Cela ne change pas grand’chose à l’importance de la contribution de Parmentier en France ni aux paysages agricoles de la Pologne ; mais le scénario de la vignette se trouve démenti, et ce qu’il contient de vrai inscrit dans un trame d’histoire longue et internationale, car (comme l’écrit Regnault) la pomme de terre, « originaire du Chili, fut apportée en Europe au commencement du XVIIe siècle » (au moins).

Nicolas-François Regnault, « La pomme de terre », La botanique mise à la portée de tout le monde, Paris, 1774, p. 237

Déception, sciences humaines et tranquillité d’esprit

L’expérience autobiographique qui a fourni le point de départ de ce billet est une déception ; mais elle est plus difficile à identifier qu’elle ne semble d’abord. Est-ce la déception de voir Parmentier, dès que je me suis un tout petit peu intéressé à sa biographie, d’explorateur redevenir pharmacien ? Probablement. Mais c’est aussi, pour une personne curieuse, la déception de voir un savoir somme toute superficiel (sa captivité allemande est l’une des premières choses que l’on apprend de Parmentier quand on se renseigne) démentir quelque chose que l’on était persuadé d’avoir appris.

Il faut donc réapprendre, et se tourner vers l’histoire de la pomme de terre qui a été écrite du point de vue des sciences naturelles par le botaniste anglais Jack Hawkes (auteur entre autres de The Potato — Evolution, Biodiversity and Genetic Resources (1990)) ; du point de vue des sciences humaines, Marc de Ferrière le Vayer et Jean-Pierre Williot ont dirigé en 2011 La Pomme de terre, de la Renaissance au XXIe siècle (PUR).

La déception vient de l’impossibilité de faire fonctionner ensemble la séduction de la vignette (et du personnage qu’elle construit avec une belle économie de moyens) et la connaissance de l’histoire foisonnante de la traversée du monde par un légume. Il me semble qu’il y a une parenté entre les termes de cette déception et ce que l’on pouvait lire dans le Figaro du 19 janvier dernier, à l’occasion de la sortie de l’Histoire mondiale de la France dirigée par Patrick Boucheron (signalons qu’une autre réaction du même type à cet ouvrage a été analysée sur le carnet ParenThèse) :

[…] une histoire de France « à l’ancienne » s’est répandue dans l’édition et à la télévision, pour la plus grande joie des lecteurs et des téléspectateurs. Et la plus grande fureur de nombre d’historiens universitaires, qui voyaient leurs livres, transformés en pensums jargonnant de sciences humaines, délaissés.

L’album Nathan constitue « une histoire de France “à l’ancienne” », et il y avait un plaisir certain à rêver sur ses vignettes. Il ne me semble pourtant pas envisageable (mais c’est l’universitaire qui parle) de le trouver préférable au genre de travail mené par Ferrière le Vayer et Williot. Embrasser ce type de narration historique entretient la concurrence entre un imagier (et les imaginations dont il est le support) et un savoir, parce que les sciences humaines, quelque arides qu’on puisse les trouver, sont exactement cela : des sciences dont le but est moins de raconter que de connaître. En somme, il s’agit d’une alternative fallacieuse : continuer à rêver sur des vignettes légendées conduit à la déception ou à l’aveuglement.

Si le Parmentier de la vignette relève du « légendaire national » dont parle Patrick Boucheron dans la préface de son ouvrage, on peut le trouver plus séduisant que le botaniste au nez proéminent du portrait de Dumont. Autour de ce dernier, pourtant, gravitent (dans une optique de science humaine) la planche de Regnault ou le cliché de Hartwig (reproduits ci-dessus), qui ne sont pas dépourvus de beauté, ou l’étymologie de brambora, qui ne manque pas de sel et qui elle aussi, avec des moyens réduits, génère une image frappante (au profit d’une guerre entre deux États d’Europe médiane, un légume sud-américain voyage).

Pour finir ces remarques, il me semble que le bénéfice de l’attitude qui consiste à préférer l’apport des sciences humaines (lesquelles ne sont pas forcément jargonnantes ou dépourvues de charme, mais sont, effectivement, exigeantes) à la séduction d’images et de légendes qui ne résistent pas à une mise en perspective n’est pas seulement épistémique. Il y a aussi là un bénéfice psychologique : celui d’éviter l’amertume de la déception, et par suite d’affronter le monde avec plus de tranquillité d’esprit.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.