Les problèmes de rangement de l’atelier Golczewski : sur la confusion de caractères romains et cyrilliques (Lwów, 1746)

À l’occasion du premier volet de l’introduction à la Nouvelle Athènes, j’ai consacré une note rapide au premier imprimeur du premier tome de l’ouvrage, Paweł Józef Golczewski. Ce billet est consacré à poser les bases d’une enquête sur les fontes typographiques utilisées dans son atelier : si, de fait, on ne sait pas grand’chose de cet éditeur léopolitain, un détail dans la typographie de la Nouvelle Athènes offre un éclairage instructif sur la librairie ruthène du 18e siècle.

Lwów (Львів, Lviv, Lemberg, Leopol) dans le dernier quart du 18e siècle, soit un peu plus tard que le floreat de Paweł Golczewski. Malheureusement, les pages de titre de ce dernier ne portent pas d’indication précise d’adresse (source : Polona.pl ; cliquer sur l’image).

Un éditeur d’almanachs polono-ruthènes (soit de rites latin et grec)

Pour esquisser le portrait de notre imprimeur titulaire d’un privilège royal (J. K. M. uprzywilejowany typograf), reprenons les informations portées en note dans l’introduction à la Nouvelle Athènes. L’histoire de Lwów du carme Ignacy Chodynicki (1786-1847) indique qu’il s’était spécialisé dans les livres de piété :

Ignacy Chodynicki, Historya… miasta Lwowa, Lwów, Karol Bogusław Pfaff, 1829, p. 416

La consultation de la Bilibografia staropolska d’Estreicher produit une liste de 54 ouvrages sortis de son atelier entre 1736 et 1754. En 1756 paraît un ouvrage « w Lwowie w Drukarni Sukcessorów Pawła Golczewskiego J. K. M. Typografa ». Cette seule mention n’est pas suffisante pour dater précisément la mort de Golczewski (il pourrait être mort dès 1748, comme semble le suggérer Chodynicki, et ses héritiers n’auraient changé l’adresse qu’en 1756, pour une raison ou pour une autre).

Répartition des cultes dans la République nobiliaire en 1750. Le jaune pâle représente le catholicisme latin, le jaune plus prononcé les uniates, en l’occurrence l’église catholique ukrainienne de rite grec. Source : Wikipedia Commons (cliquer sur l’image).

Quoiqu’il en soit, le bibliographie d’Estreicher confirme l’impression de Chodynicki : la production de l’atelier Golczewski contient quasi-exclusivement des livres de piété. Il a en particulier édité, de 1736 (pour l’année 1737) à 1744 (pour 1745) une série d’almanachs (kalendarze) intitulés Kalendarz polski i ruski, c’est-à-dire des almanachs à destination des catholiques de rite latin (les Polonais) comme de rite grec (les Ruthènes (Ruscy) — cf. carte ci-dessus), compilant pour l’année les deux martyrologes et les deux calendriers liturgiques (grégorien et julien).

Page de titre de l’almanach polono-russe pour l’année 1741. Source : Polona.pl (cliquer sur l’image)

Sur la page de titre de l’almanach de 1741 figure, de manière proéminente, l’auteur des données astronomiques : le grâcieux (M. est mis pour Miłościwy) Stanisław Duńczewski (1701-1767), docteur en philosophie, professeur d’astronomie (sur son travail, voir cette page sur le site du musée de Wilanów). La mention en italique qui précède son nom témoigne de l’hybridité religieuse de cet almanach : elle signale les dates du Carême (Mięsopust), et précise que la Pâque « ruthène » (du rite grec — Wielkanoc ruska) tombe la semaine suivant la Pâque « polonaise » (de rite latin — po polskiej).

Page du mois de janvier dans l’almanach polono-russe pour l’année 1741. Attention pour lire les dates : la semaine commence le dimanche, jour imprimé en rouge. Source : Polona.pl (cliquer sur l’image)

L’almanach comprend ainsi douze pages consacrées aux mois (suivent d’autres informations astronomiques, des conseils de piété, etc.). Si l’on prend l’exemple de la page de janvier, on y trouve successivement :

  • dans la première colonne, le calendrier grégorien assorti des fêtes du rite latin (calendrier polonais), en romaine ;
  • dans la deuxième, le calendrier julien, et le martyrologe et la liturgie de rite grec (calendrier ruthène), en szwabacha (nom polonais de la gothique Schwabacher), fonte gothique légèrement archaïque au 18e siècle qui évoque le caractère allogène du rite grec, lié à la langue et à l’alphabet slavons ;
  • dans la troisième colonne, des données astronomiques (phases de la lune, etc.) et astrologiques ;
  • dans la dernière, les prévisions météorologiques. La page de droite est laissée libre pour que le propriétaire de l’almanach puisse y porter des informations personnelles ou familiales.

Même si Golczewski n’a pas été le seul diffuseur des almanachs de Duńczewski, il est important pour la suite de noter que notre imprimeur léopolitain produisait des textes à destination des catholiques tant du rite romain (polonais) que du rite grec (ruthène).

Deux lettres qui en sont quatre

Revenons maintenant à la Nouvelle Athènes du p. Chmielowski. Certains lecteurs qui auront regardé les numérisations en très haute définition de Polona.pl auront peut-être déjà remarqué le détail dont je vais traiter maintenant. Pour ceux qui n’auraient pas encore eu cette curiosité, voici une page extraite de la section consacrée à l’athéisme de la première édition du tome I de la Nouvelle Athènes (le seul à être sorti de l’atelier de Golczewski).

Question : l’œil n’est-il pas attiré par quelque chose dans la typographie ? (tout le monde peut jouer : aucune connaissance du polonais n’est nécessaire).

Réponse : deux lettres semblent appartenir à une autre fonte que celle dans laquelle l’essentiel du texte est composé, le ⟨y⟩ et le ⟨w⟩. Si la ligne de pied est constante, la graisse de ces caractères est plus importante, et leur pleins et déliés (en particulier pour le ⟨w⟩) plus prononcés. Mais soyons exacts : cela ne concerne pas tous les ⟨y⟩ et les ⟨w⟩. Formulons le plus précisément possible cette observation : dans le corps de texte de cette page, un certain nombre de ⟨y⟩ et de ⟨w⟩ semblent appartenir à une autre fonte, à la fois plus grasse et plus déliée, que celle dans laquelle est composé le reste du texte.

Cette page devrait présenter deux fontes : la romaine (pour le texte polonais), et l’italique (pour le titre courant et certains mots soulignés dans le texte : noms propres et mots étrangers — dans cette page, latins et turcs). Il semblerait que certains caractères d’une troisième fonte se soient glissés dans les casseaux de la romaine. Si on les relève, on obtient la page suivante (les caractères latins de la fonte attendue sont encadrés en rouge, ceux de la fonte étrangère entourés en bleu canard, et les caractères italiques correspondant sont encadrés de losanges violets).

Figure 1 : relevé des variantes de ⟨y⟩ et ⟨w⟩ dans la p. 815

Cette autre fonte n’est pas une szwabacha : alors que cette dernière appartient à la famille des Fraktur, les ⟨y⟩ et les ⟨w⟩ égarés sur notre page sont beaucoup plus proches des rondeurs d’une onciale. Il s’agit en réalité des caractères cyrilliques ⟨ѡ⟩ et ⟨у⟩ (majuscules : ⟨Ѡ⟩ et ⟨У⟩ ; la première, omega, faisait déjà doublon avec le ⟨o⟩ au 18e siècle, mais restait en usage dans l’imprimerie). Le tableau ci-dessous propose la comparaison des deux lettres dans quatre fontes (la romaine, l’italique et les caractères cyrilliques égarés de la Nouvelle Athènes, et la szwabacha des almanachs) :

Figure 2 : comparaison de ⟨y⟩ et ⟨w⟩ dans quatre fontes (bas de casse uniquement) utilisées dans les ouvrages de Golczewski

Il est important de remarquer que les deux lettres cyrilliques n’ont absolument pas les valeurs phonétiques qu’elles prennent lorsqu’elles sont confondues avec les lettres latines, ce que résume la table ci-dessous :

Valeur phonétique
polonaise
Caractère
latin
Caractère
cyrillique
Valeur phonétique
russe
[v] w ѡ [o]
[ı]/[j] y у [u]

Une question de rangement

Comment s’est produite cette interpolation typographique ? On peut faire un certain nombre d’hypothèses (qui seront pour l’instant assez gratuites : ceci n’est que l’esquisse d’un travail qu’il faudra sans aucun doute approfondir sérieusement).

  1. les compositeurs manquaient de ⟨y⟩ et de ⟨w⟩, et ont puisé dans la casse cyrillique pour compléter le texte (appelons cette hypothèse Déficit) ;
  2. des caractères de la fonte cyrillique ont été rangés dans la mauvaise casse lors de la distribution (Distribution).

Déficit semble démenti par la distribution aléatoire des caractères dans la page (cf. supra Figure 1) : si les compositeurs s’étaient retrouvés devant des casseaux vides, on constaterait une présence beaucoup plus groupée des caractères cyrilliques, notamment en bas de page. On peut contourner cette objection en rappelant que la Nouvelle Athènes est l’un des plus importants ouvrage dont l’atelier Golczewski ait entrepris la publication, et il est possible que ses ressources aient été mobilisées plus que d’habitude à l’occasion de sa préparation. Mais si les casseaux cyrilliques avaient été pour l’occasion absorbés dans les casseaux romains, il y aurait eu un excédent de ⟨y⟩ et de ⟨w⟩ par rapport au reste de la fonte romaine : pourquoi, dans ce cas, mélanger délibérément des alphabets dont les typographes qui les pratiquaient devaient connaître les usages respectifs ?

Figure 3 : la composition typographique selon l’Encyclopédie. Le scénario distribution implique un compositeur devant sa casse, à l’instar de celui le plus à gauche (à ceci près que dans cette planche, le compositeur compose, alors que notre scénario implique l’opération inverse, la distribution). Le bas de la planche rappelle que les yeux des types mobiles présentent l’image en miroir du texte, ce qui a pu favoriser leur confusion.

J’aurais donc tendance à préférer l’hypothèse Distribution. Celle-ci, cependant, pose aussi des problèmes : pour que le compositeur ait eu l’occasion de mélanger les caractères lors d’une distribution, il faudrait que l’ouvrage qu’ils venaient de servir à composer ait été bilingue (sinon le typographe n’aurait pas eu l’occasion d’avoir affaire aux deux fontes ou d’ouvrir les deux casses en même temps). Or, une rapide recherche dans les catalogues des bibliothèques nationales de Pologne et d’Ukraine comme dans la Bibliografia staropolska ne font apparaître aucun ouvrage de ce type dans le catalogue de Golczewski, spécialiste des livres de piété en polonais ou en latin. Cela dit, ces recherches sont sans doute trop superficielles pour être concluantes, car les kalendarze prouvent bien que Golczewski publiait aussi à destination d’un public de rite grec, qui avait l’usage d’ouvrages slavons nécessitant des caractères cyrilliques.

Un autre scénario, que l’on pourrait appeler Récupération, voudrait que Golczewski ait eu l’occasion de récupérer une fonte cyrillique. N’en ayant pas eu l’usage, il aurait voulu la refondre, mais se serait épargné la peine, par économie d’argent et de temps, de refaire des caractères qui pouvaient très bien passer pour des caractères romains : ceux des casseaux ⟨ѡ⟩ et ⟨у⟩. Quoiqu’il soit advenu du reste de la fonte, cela expliquerait la présence de ces lettres dans les textes polonais d’un éditeur catholique romain.

Sans approfondir les recherches historiques ou bibliographiques, est-il possible d’exploiter les données chiffrées tirées du repérage sur la p. 815 pour évaluer la recevabilité de Récupération ?

Figure 4 : décompte des variantes de ⟨y⟩ et ⟨w⟩ dans la p. 815

Si les authentiques caractères romains dominent (52% des ⟨w⟩, 61% des ⟨y⟩), la proportion des caractères cyrilliques reste très forte (43% sur l’ensemble des caractères concernés). Cette très forte proportion me semble plaider en faveur de l’hypothèse Récupération : si 2 caractères sur 5 dans les casseaux ⟨w⟩ et ⟨y⟩ de la casse romaine sont des égarés de la casse cyrillique, celle-ci (en admettant que Golczewski ait conservé une casse russe complète) devait connaître un déficit visible dans ses casseaux ⟨ѡ⟩ et ⟨у⟩. Cela ne serait pas particulièrement gênant pour ⟨ѡ⟩, qui fait doublon avec ⟨o⟩, mais ⟨у⟩ est tout de même nécessaire et fréquent, ce qui plaide contre Distribution.

Récupération demande évidemment à être corroborée. Il faut s’assurer de l’existence (ou plutôt de la non-existence) de livres comportant des textes cyrilliques dans le catalogue de Golczewski ; répéter l’opération de repérage sur d’autres pages de la Nouvelle Athènes, et sur d’autres livres de cet imprimeur, pour établir des statistiques plus précises, plus fines et plus exploitables ; comparer cette typographie cyrillique avec celles d’autres imprimeurs léopolitains et ruthènes de la période saxonne, etc. C’est un travail minutieux et conséquent que je n’ai pas le loisir d’entreprendre maintenant, mais auquel je consacrerai sûrement du temps plus tard — après la thèse.

De l’atelier Golczewski à Spirou et Fantasio

Que le responsable de l’hybridité typographique de la Nouvelle Athènes soit Golczewski lui-même ou un de ses compositeurs, que l’erreur ou le sens de l’économie soient en cause, il s’est passé quelque chose dans l’atelier de Golczewski en 1746. Au croisement de problématiques économiques et industrielles (le fonctionnement de la librairie), linguistiques (la polyglossie du palatinat ruthène), religieuses (la cohabitation de différents rites catholiques), l’hybridité typographique de cette page est un exemple écrit de la densité et de l’intrication des cultures en Europe médiane au 18e siècle.

Quelqu’un, à Lwów, s’est retrouvé au 18e siècle en position de confondre (plus ou moins délibérément) des lettres latines et cyrilliques, ces dernières se retrouvant dotées de valeurs phonétiques nouvelles et introduisant, malgré leur immédiate intelligibilité, une petite étrangeté dans le texte imprimé. Les casses de l’atelier Golczewski ont anticipé de deux siècles un procédé que l’on retrouvera, au 20e, dans nombre d’évocations de l’Europe orientale, et notamment de la Russie soviétique.

Figure 5 : SPIЯOU ET FAИTASIO (prononcer : spiyaou et faïtasio) à Moscou, ou un autre exemple de confusion (assurément délibérée) entre des glyphes romains et cyrilliques au tracé très proche.

L’analogie entre les deux procédés est d’autant plus frappante que le ⟨И⟩ et le ⟨Я⟩ russes sont l’image en miroir du ⟨N⟩ et du ⟨R⟩ latins. L’exotisme introduit dans la couverture de Spirou et Fantasio à Moscou par le mélange des deux alphabets renvoie le lecteur francophone à l’imaginaire de l’imprimerie et de ses types, associant, cette fois délibérément, intelligibilité et étrangeté ; où l’on voit la séduction de la fiction trouver sa légitimité dans l’histoire d’un atelier typographique du 18e siècle.

 

Pour citer ce billet : Dimitri Garncarzyk, « Les problèmes de rangement de l’atelier Golczewski : sur la confusion de caractères romains et cyrilliques (Lwów, 1746) », in Un 18e siècle comparatiste, 22/08/2017, https://lic18.hypotheses.org/901.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search